Publicité

Dématérialisation : ce qui change pour les entreprises en 2018

  • dematfact 2018.jpg

    Plus de 9 millions de factures ont été dématérialisées en 2017 (Pixabay / FirmBee)
  • Depuis le 1er janvier 2018, la facturation électronique est obligatoire pour les entreprises de taille intermédiaire fournisseurs du secteur public.

    Le chantier de dématérialisation poursuit son irrésistible avancée. C'est désormais au tour des entreprises de taille intermédiaire (de 250 à 5 000 salariés) de devoir procéder à une facturation électronique dans leurs échanges avec le secteur public : Etat, collectivités locales, hôpitaux, établissements publics...

    Cette obligation commencée l'an dernier pour les grandes entreprises de plus de 5 000 salariés se poursuit donc aujourd'hui avec les ETI. Elle concernera les PME (de 10 à 250 salariés) à partir du 1er janvier 2019 puis les très petites entreprises de moins de 10 salariés au 1er janvier 2020.

    Déjà 9 millions de factures dématérialisées en 2017

    Les entreprises ne sont pas seules face à cette nouvelle obligation. L'Etat met à leur disposition le portail Chorus Pro qui permet de dématérialiser facilement, gratuitement et de façon sécurisée les factures. Au mois de novembre 2017, Chorus Pro avait déjà traité plus de neuf millions de factures. Un chiffre d'autant plus important qu'il ne concerne que les grands comptes de plus de 5 000 salariés.

    Cette année, Chorus Pro devra donc être en mesure d'absorber des flux numériques supplémentaires générés par les 5 100 entreprises de taille intermédiaire que compte la France.

    Du côté de Bercy, on met en avant les multiples atouts de la facturation dématérialisée : gain de temps dans le traitement des factures, économies d'affranchissement et d'archivage papier, suivi en ligne du traitement des documents...

     

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !