Publicité

vers la dématérialisation décarbonée : mettre le développement durable à la portée des organisations

  • pixabay_nature-5345843_1920.jpg

    Concilier gouvernance de l’information et réduction des émissions de carbone.
  • Grande première sur Documation 2020 : une conférence tenue sur le thème de la dématérialisation et de la réduction des émissions de carbone. Un sujet nouveau et urgent proposé par Pierre Fuzeau, codirigeant et expert du Groupe Serda.

    “Projets de dématérialisation : comment calculer l’empreinte carbone et agir pour la réduire ?” La dématérialisation est, de fait, au coeur des préoccupations tant publiques que privées. En revanche, le sujet de la réduction de l’empreinte carbone qui lui est liée est trop rarement - voire simplement pas - traité. Lors de sa conférence du 22 septembre sur Documation 2020, Pierre Fuzeau, codirigeant du Groupe Serda, part du constat que, certes, tout le monde est sensibilisé au développement durable, mais en pratique, passer à l’action n’est pas si évident et reste trop souvent théorique.

    On peut se référer à la norme Iso 26000 sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Des organisations se sont engagées dans cette voie et peuvent être certifiées. Mais, à l’échelle d’un projet de dématérialisation, il est difficile d’en déduire la feuille de route opérationnelle.

    Vers la sobriété numérique

    Dès lors, comment s’orienter vers la "sobriété numérique" - expression issue d’un rapport du Sénat du 24 juin 2020 ? Concilier gouvernance de l’information et réduction des émissions de carbone ?

    Les symptômes du gaspillage numérique sont connus : envois répétés et multiples de mails avec de lourdes pièces jointes, moteurs de recherche peu efficaces poussant à multiplier les requêtes, rematérialisation d’un document pour le signer manuellement avant de le rescanner, etc. Autant d’opérations sollicitant au-delà du raisonnable les réseaux et infrastructures.

    Oui, réduire sa consommation de papier est positif pour l’environnement - selon l’enquête annuelle sur la gouvernance de l’information réalisée par Serda Conseil, 46 % des personnes interrogées le réclament -, encore faut-il que cela ne “déplace” pas - en l'aggravant ! - sur le numérique le poids de l’empreinte carbone.

    Il faut donc parvenir à appréhender une échelle concrète, mesurable de l’empreinte carbone, à partir de quoi l’on pourra agir. Pierre Fuzeau livre quelques ordres de grandeur, notamment :

    • un arbre absorbe 20 kg de CO2 en un an ;
    • et si vous envoyez 666 mails avec chacun un fichier joint d’1 Mo, vous obtenez ces 20 kg de CO2 immédiatement !

    Faites le calcul : combien de milliers de mails stagnent dans votre boîte aux lettres ? Combien faudrait-il planter d’arbres pour éponger cette empreinte carbone ? En sachant qu’il faut 1 000 m2 pour 100 arbres…

    Et le calcul peut être renouvelé pour une requête dans un moteur de recherche (6,65 g de CO2), une minute de visioconférence (1 g par personne), une lettre recommandée (70 g), etc. L’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) propose aussi un référentiel général, hélas insuffisamment précis dans le domaine de la dématérialisation.

    Développer les bonnes pratiques

    Il est donc temps de développer les bonnes pratiques, non pour parvenir au système d’information à zéro carbone - impossible -, mais pour progresser étape par étape en visant des objectifs raisonnés et chiffrés.

    Pierre Fuzeau, s’appuyant sur l’expérience de Serda Conseil, avance des recommandations selon trois axes :

    1. sélectionner les projets de dématérialisation prioritaires qui ont le plus de potentiel pour la réduction de l’empreinte carbone ;
    2. évaluer l'empreinte carbone au lancement du projet de dématérialisation ;
    3. piloter la réduction de l’empreinte carbone en mesurant la progression à chaque étape ;
    4. tirer le bilan et les enseignements.

    Si les entreprises ont tendance à davantage se préoccuper de RSE, le secteur public, quant à lui, poussé par les enjeux politiques, prend le sujet de la réduction de l’empreinte carbone à bras le corps.

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.
    Publicité

    Couv demat 2020.png