Publicité

Laurent Onaïnty d'Arkhênum : "nous sommes des artisans du numérique”

  • 374_1_7_success_story_du_mois_portrait_laurent_onaity_arkhenum.jpg

    Laurent-Onainty-nous-sommes-artisans-numerique
    Laurent Onaïnty, directeur général d’Arkhênum. (DR)
  • Il y a 25 ans, Arkhênum comptait parmi les tout premiers acteurs spécialisés dans les services de numérisation patrimoniale. Retour sur l'histoire de cette entreprise avec Laurent Onaïnty, directeur général d’Arkhênum. 

    enlightenedCET ARTICLE A INITIALEMENT ÉTÉ PUBLIÉ DANS ARCHIMAG N°374
    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux professionnels de la transformation numérique, des bibliothèques, des archives, de la veille et de la documentation. 


    Comment est né Arkhênum ?

    Arkhênum, qui célèbre ses 25 ans cette année, est né en 1999 de la rencontre de deux ingénieurs de Xerox, qui étaient basés à Bordeaux, avec I2S, un industriel spécialisé dans l’imagerie qui distribuait un prototype de scanner dédié à la numérisation de livres anciens.

    Les deux ingénieurs ont proposé de réaliser des prestations de numérisation de documents anciens avec l’appui du matériel d’I2S à une époque où ce type de matériel était onéreux et où l'informatique dans le milieu du patrimoine était encore peu développée.

    Lire aussi : Comparatif : quel prestataire en numérisation patrimoniale choisir ?

    Comment fait-on pour exister et tenir dans un marché aussi concurrentiel ?

    Nous disposons avant tout de valeurs fortes. Nous mettons l’accent sur la notion de qualité, car nous travaillons dans un domaine exigeant.

    De plus, nous sommes toujours à l'écoute des besoins de nos clients en leur apportant l’accompagnement dont ils ont besoin. Et surtout, la passion et le savoir-faire des personnes qui composent Arkhênum sont les points centraux de notre ADN : nous sommes des artisans du numérique.

    Quelles sont les clés du succès ?

    Grâce à ses innovations, Arkhênum a contribué à la naissance du marché de la numérisation patrimoniale. En effet, nous avons très rapidement transposé la technologie directement au sein des entreprises, des sites, et des lieux qui conservent le patrimoine. Cela a permis d’offrir une dynamique locale très intéressante aux collectivités, en l'occurrence, et cela nous a entraînés pour nous ouvrir ensuite à l'international.

    Diriez-vous que Arkhênum a eu du flair ?

    Être au contact de notre équipe commerciale et de notre équipe de chefs de projet, qui sont elles-mêmes en liens quotidiens avec nos clients, nous place naturellement au cœur de leurs besoins.

    Nous avons été tout simplement à leur écoute et des tendances du marché afin d’adapter au mieux les exigences techniques.

    Lire aussi : Scanners : petit volume, grande variété

    Quelles sont les demandes de vos clients aujourd’hui ?

    Dans le secteur public, le cadre de l’image a été dépassé. Au-delà de la numérisation, nous traitons l'image pour en extraire le contenu sémantique afin d’en faire de la donnée exploitable.

    Dans le secteur privé, les entreprises souhaitent bénéficier d’une chaîne d’offres complète pour prendre en main leur patrimoine et attendent des services de conseil de la part des archivistes et des documentalistes qui nous accompagnent.

    3 infos clés

    • Année de fondation : 1999
    • Lieu de naissance : Bordeaux (33)
    • Effectif : 115 collaborateurs
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png