Article réservé aux abonnés Archimag.com

Droit : sur les réseaux sociaux, les traces semblent éternelles

  • applications réseaux sociaux.jpg

    "Dans l’espace-temps des réseaux sociaux, les traces semblent éternelles" selon Adrien Basdevant. (LoboStudioHamburg)
  • Adrien Basdevant est coauteur de l’ouvrage "Réseaux sociaux : 101 questions juridiques" (Editions Diateino, 2013). Il répond aux questions d'Archimag sur les précautions à prendre lorsque l'on crée un compte sur un réseau social et fait le point sur le droit à l'oubli ainsi que sur les autres enjeux juridiques sous-jacents des médias sociaux.

    Quelles précautions élémentaires faut-il prendre sur les réseaux sociaux ?

    L’utilisation, souvent gratuite, des réseaux sociaux n’est pas sans contrepartie. Toute inscription vaut acceptation des conditions générales d’utilisation. Ces contrats d’adhésion comportent notamment des clauses relatives à la propriété intellectuelle des contenus ou à la divulgation des données. La précaution élémentaire consiste donc, pour les individus comme pour les entreprises, à savoir à quoi ils s’engagent lorsqu’ils créent un compte.

    La loi arrive-t-elle à suivre le rythme imposé par l’évolution des réseaux sociaux ?

    L’innovation numérique connaît un rythme soutenu, mais les enjeux juridiques sous-jacents sont souvent connus. Les réseaux de communications électroniques sont régis par un ensemble de textes ayant fait l’objet de nombreuses modifications. Toutefois, il y aura, de fait, toujours un décalage entre le droit et la technique. Le défi juridique majeur tient à la dimension internationale de ces réseaux. Cela soulève plusieurs problèmes de détermination de la juridiction compétente et de la loi applicable, mais surtout de l’exécution des décisions de justice rendues en vertu d’un droit qui demeure principalement national.

    Est-il possible d’effacer définitivement ce que l’on a posté sur Twitter ou Facebook ?

    Lorsque Max Schrems (un étudiant en droit autrichien) a demandé l’accès aux données dont Facebook dispose sur lui, il a reçu un CD comportant plus de 1200 pages d’informations. Dans l’espace-temps des réseaux sociaux, les traces semblent éternelles : il n’existe aucune obligation légale de suppression ni limite de conservation dans la durée d’une potentielle copie de sauvegarde. Si un droit à l’oubli est consacré, cela ne signifie pas pour autant que vos données seront effacées des serveurs. À cet égard, rappelons que certains acteurs sont tenus à une obligation de conservation des données de connexion.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Les métiers de la gestion de l’information portent bien d’autres étiquettes que celle de documentaliste, correspondant à une large diversité de compétences.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité