Article réservé aux abonnés Archimag.com

Pourquoi s'intéresser aux technologies du Web3 ?

  • web3-technologies-data.jpg

    web3-technologies-concepts-blockchain-metavers-nft
    Plusieurs grands concepts et technologies composent le Web3 à l'image de la blockchain, les NFT, le métavers... (Canva)
  • Le Web3 est sur toutes les bouches, mais de quoi s’agit-il exactement et surtout en quoi promet-il de révolutionner l’ensemble des secteurs et en particulier celui de la data ? S’il fallait ne retenir que trois mots-clés, ce seraient : désintermédiation, propriété et confiance. Prenons le temps de comprendre les grands concepts et technologies qui composent le Web3.

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des data, de la dématérialisation et de la transformation numérique !

    Web3

    Le Web3 est un concept qui fait référence à la troisième génération d’Internet qui repose sur les technologies blockchains. Il s’agit d’un web décentralisé et sécurisé, où l’utilisateur reprend le contrôle sur ses données et sa vie privée. Une révolution, lorsque l’on connaît les dérives actuelles des Gafam et autres entreprises peu scrupuleuses en termes de gestion de données.

    Le Web3 englobe ainsi différents concepts comme les NFT, la finance décentralisée, les cryptomonnaies, que nous allons découvrir.

    Lire aussi : Transition numérique : « Aujourd’hui, les grandes évolutions concernent la data »

    Blockchain

    Une blockchain ou « chaîne de blocs » représente une technologie de stockage de transmission d’informations. Sa définition selon la Cnil : « Elle est transparente, sécurisée et fonctionne sans organe central de contrôle ». Les blockchains permettent avant tout de proposer un stockage sécurisé de tous types de données.

    Il s’agit d’une technologie qui constitue le squelette du Web3 et sans laquelle rien n’y serait possible. Elles fonctionnent via un système de cryptographie et d’échange pair à pair des données, présenté en 2008 dans « Le Livre blanc du bitcoin », écrit par Satoshi Nakamoto.

    Cryptomonnaies

    Une cryptomonnaie ou cryptoactif représente un actif numérique qui permet de payer sans intermédiaire (sans besoin de banque centrale) via un réseau informatique décentralisé. Il existe aujourd’hui plus de 5 000 cryptomonnaies actives, dont l’utilité varie en fonction de leurs caractéristiques et de leur tokenomics (économie de ces cryptomonnaies).

    Elles ont de nombreux avantages : d’abord, les échanges sont plus rapides et moins coûteux. Beaucoup plus inclusif, ce système permet également, par exemple, aux personnes ne disposant pas de compte bancaire d’accéder à des services financiers.

    Lire aussi : Dossier : Les technologies du futur pour les pros de l'info

    NFT

    Un NFT (« non fungible token », en anglais ou « jeton non reproductible ») désigne une propriété numérique de forme non définie (une image, une vidéo, un QR code, etc.) et dont la particularité est qu’elle ne peut être reproduite. Ce principe permet d’assurer à son propriétaire l’authenticité d’un bien ou de données, par exemple.

    Les cas d’usage sont nombreux : comme chez Carrefour, cette technologie permet d’assurer la traçabilité de la chaîne de distribution du lait et des œufs que l’enseigne distribue. Elle permet également d’assurer l’authenticité d’un bien, comme celle d’un grand cru (avec l’application Winedex) ou celle d’une œuvre d’art, comme l’a fait la maison Christie’s.

    Métavers

    Un métavers est un méta-univers, un monde virtuel partagé, persistant (il continue même lorsque vous éteignez votre téléphone ou votre ordinateur) et social. De nombreuses définitions existent. Toutefois, selon Matthew Ball, grand vulgarisateur du métavers, il s’agit « d’un gigantesque réseau interopérable de mondes virtuels affichés en 3D en temps réel, qui peut être vécu de manière synchrone et persistante par un nombre illimité d’utilisateurs, avec une sensation de présence individuelle et une continuité de données, comme l’identité, l’histoire, les droits, objets, communications et paiements. »

    Lire aussi : Reprendre le contrôle de son identité numérique dans les métavers

    Les grands avantages d’un métavers est qu’il permet de tester de nouvelles manières de faire, notamment là où il serait compliqué à expérimenter dans notre monde réel. Par exemple : former des médecins (formations coûteuses), imaginer de nouvelles règles de sécurité dans des secteurs comme la gestion de déchets nucléaires (risques de perte de matières dangereuses), etc.

    Prenez le temps de comprendre et de décortiquer ces notions, notamment en vous formant. Vous pourrez ainsi découvrir de manière pratique les différentes facettes du Web3 (blockchain, NFT, DAO, DeFi, etc.) et ses usages multisectoriels.

    Olivia Scotti
    [Cofondatrice et formatrice chez Wagli]

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    gestion-electronique-courrier-Gec
    Est-ce la fin annoncée des « ouvreurs d’enveloppes » ou en tout cas une formidable opportunité d’évolution pour les services courrier ? Indispensable à tout projet de digitalisation, la gestion électronique du courrier (Gec) est annonciatrice de changements. Désormais, les entités métier pilotent la circulation des flux courrier entrant et sortant. Et de nouvelles briques optimisent toujours plus ces circuits, depuis la capture jusqu’à l’archivage, comme les imprimantes virtuelles, la LRE ou l’e-enveloppe, dont la gestion est centralisée par des plateformes performantes garantes de la traçabilité. Comment mener ces projets, sources d’évolutions pour les organisations comme pour les métiers ? Experts et entreprises témoignent.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    Serda Formations Data 2023