Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comment mesurer la maturité data de son organisation ?

  • mesurer-maturite-data-entreprises.jpg

    comment-mesurer-organisations-data-maturite
    Selon l’Observatoire de la maturité data des entreprises (OMDE), 53 % des PME/ETI déclarent en 2023 disposer de compétences en interne pour aborder le domaine des données. (Freepik)
  • Si bien exploiter et valoriser ses données est devenu un axe stratégique pour de nombreuses entreprises, sont-elles suffisamment matures pour se lancer ? Voici une méthode basée sur cinq piliers (potentiel, stratégie, compétences, gouvernance et culture data) afin d’évaluer la maturité data de votre organisation.

    mail Découvrez Le Brief de l'IT, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des data, de la dématérialisation et de la transformation numérique !

    Nous entendons et voyons passer énormément d’informations sur les possibilités offertes par l’exploitation des données d’entreprise. À la lecture de ces multiples articles, il semble que la valorisation des données soit devenue une évidence pour tous. Pourtant, dans le quotidien des PME et des ETI, la réalité est parfois tout autre : un quart seulement des PME/ETI (24 %) se déclare en capacité d’exploiter correctement ses données.

    La maturité data d’une entreprise s’appréhende au travers de cinq piliers : le potentiel, la stratégie, les compétences, la gouvernance et la culture data. Passons en revue chacune de ces dimensions fondamentales.

    Le potentiel data

    La première question à se poser est de savoir si le volume et l’historique des données disponibles dans l’entreprise sont suffisants pour pouvoir commencer un travail de valorisation de ces données.

    C’est la première étape lors de laquelle il est indispensable de faire le constat de l’existant : quels sont les types de données disponibles (données clients, financières, de production…) ? Pour l’établir, il est primordial d’identifier clairement les sources de données de l’entreprise et de déterminer s’il est facile d’accéder à ces données.

    Lire aussi : Data Governance Act : le règlement sur la gouvernance des données est applicable

    Une fois ce premier travail d’état des lieux établi, vous allez pouvoir travailler sur votre stratégie data.

    L’Observatoire de la maturité des data entreprises (OMDE) dresse depuis quatre ans le portrait des entreprises de tous secteurs d’activité et sur l’ensemble du territoire français. À travers l’analyse de cinq piliers, un questionnaire en ligne permet à chaque dirigeant ou décideur d’évaluer le niveau de maturité de son entreprise. Les résultats de l’enquête 2023 de l’OMDE viennent tout juste d’être analysés et seront publiés très prochainement. Quelques chiffres clés apparaissent en exclusivité dans cet article.

    La stratégie data

    La stratégie data, c’est avant tout votre vision et votre objectif : que souhaitez-vous accomplir à l’aide de vos données ?

    Il est essentiel de démarrer par un travail important (et trop souvent négligé) : la synchronisation de la vision et de l’ambition de la direction avec un recueil le plus exhaustif possible des besoins opérationnels de l’entreprise. Cette étape effectuée, vous pourrez mieux dimensionner votre projet data et partir dans la bonne direction.

    Selon l’enquête 2023 de l’Observatoire de la maturité data des entreprises, une entreprise sur deux (48 %) déclare avoir mis en place des actions concrètes pour tirer profit de ses données et 62 % déclarent avoir des projets pour l’année à venir. Interrogées sur les motivations qui sous-tendent leur désir d’optimiser l’exploitation de leurs données, les entreprises évoquent, par ordre de préférence :

    • faciliter le pilotage de l’entreprise ;
    • optimiser la performance opérationnelle ;
    • mieux anticiper les ventes, organiser les stocks… ;
    • améliorer la connaissance, la satisfaction et l’expérience client.

    Lire aussi : Durées de conservation et numérique : l’affaire de tous

    Les compétences data

    À mesure qu’une entreprise progresse dans sa maturité, la nécessité de développer ses compétences et connaissances en matière de données devient plus prégnante. En 2023, 53 % des PME/ETI déclarent disposer de compétences en interne pour aborder le domaine des données.

    Cependant, identifier le profil adéquat et déterminer le moment opportun pour recruter ne sont pas des tâches toujours évidentes. Ainsi, avant de franchir le pas et afin d’accélérer leurs projets, 21 % des entreprises optent pour l’accompagnement par des spécialistes de la data.

    Il est parfois compliqué de s’y retrouver parmi tous les (anciens et nouveaux) métiers de la data (data analyst, ingénieur data, data scientist, chief data officer, etc.). Pour explorer davantage les métiers liés aux données, l’OMDE a réalisé un épisode dédié dans sa série de podcasts "Bouge ta data !" : quelles compétences, à quel moment ?

    Doit-on externaliser ou former en interne ? Doit-on créer un pôle data ? avec une réflexion sur les nouveaux métiers liés à la data et leurs évolutions.

    Lire aussi : Pourquoi et comment assurer la qualité de ses données ?

    La gouvernance data

    La gouvernance des données revêt une importance cruciale en alignant la politique de gestion des données sur la stratégie globale de l’entreprise. En d’autres termes, elle garantit que les données sont collectées, gérées et exploitées de manière à répondre aux besoins de l’entreprise et à soutenir ses objectifs stratégiques, tout en respectant les normes légales et éthiques. Pour concrétiser une gouvernance efficace des données, il est essentiel d’examiner de près les éléments suivants :

    • Les rôles et responsabilités des acteurs de l’entreprise (doit-on créer un pôle data ? Quel est son périmètre d’intervention ?). D’après l’enquête 2023 de l’OMDE, seulement 10 % des PME/ETI ont nommé un chief data officer ou équivalent. Dans la plupart des cas, c’est le directeur des systèmes d’information ou encore la direction générale qui est responsable des projets data.
    • La documentation, indispensable pour assurer la traçabilité et la fiabilité des données. Vous devez être en mesure d’expliquer tout indicateur présenté dans un tableau de bord et de remonter jusqu’à sa source. La mise en place et le maintien d’une documentation sont des missions qui peuvent paraître fastidieuses, mais que vous ne regretterez pas d’avoir réalisées !
    • La qualité des données. 40 % des entreprises n’assurent aucun suivi de la qualité de leurs données. C’est pourtant une problématique récurrente et des solutions existent ! Cela passe par un pilotage de la qualité et par la mise en place de procédures. Ces dernières doivent déterminer qui, au sein de l’entreprise, a la responsabilité de nettoyer, modifier, et supprimer des données dans les systèmes source.
    • La sécurité. Avez-vous pris les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité de vos données ? C’est un prérequis incontournable, surtout si vous êtes amené à gérer des données personnelles. Sur ce sujet encore, du chemin reste à parcourir, puisque seulement 17 % des PME/ETI assurent avoir totalement sécurisé leur système d’information.

    La culture data

    La culture data, c’est-à-dire la compréhension partagée des données de l’entreprise et de leur intérêt, est un pilier que nous avons choisi de mettre en avant tant cette dimension est primordiale et trop souvent négligée.
    Mais pourquoi est-elle si importante ?

    Lire aussi : 7 solutions no-code à mettre au service de vos données

    Parce qu’une vision et des enjeux mal compris engendreront une mauvaise utilisation des outils, une détérioration de la qualité des données, de la défiance, voire même l’échec ou l’arrêt de vos projets. Pour favoriser la réussite de vos projets data et donc l’atteinte de vos objectifs, l’adhésion de vos collaborateurs est décisive. Aujourd’hui, environ 55 % des collaborateurs ont un niveau de connaissance faible des sujets data.

    Si vous pensez être très avancé sur chacun de ces piliers, alors vous pouvez vous estimer mature en ce qui concerne la valorisation de vos données. Si vous identifiez encore des points de progression, vous avez alors encore de la route à parcourir sur le chemin de la maturité data.

    Mais cette route finit-elle vraiment un jour ? Il s’agit en réalité d’un travail permanent dans un environnement en perpétuelle évolution, offrant des opportunités nouvelles à chaque virage.

    Et si vous avez encore des doutes, le questionnaire de l’OMDE vous aidera à évaluer votre maturité data.

    Camille Morelon
    [Directrice Data chez Datasulting et responsable de l’enquête annuelle menée par l’Observatoire de la maturité data des entreprises]

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    km-monde-apres
    Transmission, aide à la décision et à l’innovation, culture d’apprentissage continu... Dans un environnement en perpétuelle transformation, la gestion des connaissances est plus que jamais un atout stratégique. Mais justement, quels défis le knowledge management (KM) doit-il surmonter dans un monde professionnel en mutation?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    Serda Formations Data 2023