Article réservé aux abonnés Archimag.com

Engie : quand la veille en market intelligence se mutualise

  • hand-523231_1920.jpg

    "Nous veillons 1 200 acteurs concurrents, près de 400 gros clients et une cinquantaine de banques d'affaires et de fonds d'investissement, tout en suivant 150 thèmes transverses à nos métiers" Yohann Delzant. (Pixabay/geralt)
  • Sommaire du dossier :

    Afin de capitaliser au mieux ses ressources, qu'elles soient humaines ou techniques, le service veille et analyse acteurs du groupe Engie a mis en place une plateforme dédiée à sa veille en market intelligence commune à l'ensemble des veilleurs et utilisateurs du groupe. Un projet en continu, qui ne se laisse jamais de répit.

    Réaliser la veille du troisième plus grand groupe mondial du secteur de l'énergie est affaire d'organisation. Une organisation qui s'est d'ailleurs vue totalement remaniée en 2008 lors de la fusion entre Gaz de France (GDF) et Suez, faisant alors du service veille et analyse acteurs (SVAA) un véritable centre d'expertise.

    Ce nouveau statut a ainsi reconnu son rôle stratégique, notamment dans l'animation du réseau des veilleurs du groupe (bilocalisés à Paris et Bruxelles), ainsi que dans la mise à disposition d'outils, dans la mutualisation des sources d'information et dans le partage de bonnes pratiques. "En amont de la fusion, nous avons réalisé une cartographie des différentes stratégies de veille et d'analyse du groupe, explique Yohann Delzant, manager du knowledge office au sein du SVAA. Nous nous sommes alors aperçu que l'activité de veille était diffuse, à tous les niveaux de l'organisation, sans réel budget ni outils convenables". 

    Sur ce besoin de rompre l'isolement des veilleurs du groupe tout en leur fournissant un outil performant mutualisant les sources, la rédaction d'un cahier des charges est entamée en 2006. "Il nous fallait une plateforme de market intelligence capable de gérer l'ensemble du cycle de veille, depuis sa collecte à sa diffusion, poursuit Yohann Delzant ; elle devait récupérer toutes les sources d'information disponibles (bases de données de presse, réseaux sociaux, micro-blogging, etc.) et être la plus ergonomique possible". Le second objectif du projet est alors de créer une synergie entre les différents veilleurs en favorisant le partage de projets et la capitalisation sur des sources et des bases de données communes.

    La veille comme agitateur d'idées

    Lancé en décembre 2006, l'appel d'offres aboutit fin janvier 2007 à la sélection du français Ami Software, spécialisé dans les logiciels de veille stratégiques. Watch!Net, un portail de veille sur 

    l'environnement concurrenciel d'Engie, costomisé par le groupe et basé sur la plateforme d'Ami Software, est implémenté au printemps 2007 avant d'être lancé officiellement à la rentrée suivante.

    S'enrichissant au fur et à mesure des requêtes déposées par les veilleurs, le plan de veille de Watch!Net comporte plus de 6500 scénarios (requêtes lancées automatiquement). "Trois personnes administrent la plateforme à temps plein, poursuit Yohann Delzant ; nous veillons 1 200 acteurs concurrents, près de 400 gros clients et une cinquantaine de banques d'affaires et de fonds d'investissement, tout en suivant 150 thèmes transverses à nos métiers". Rassemblant chaque jour quelque 3 000 flux, elle nécessite un important travail de curation : entre 600 et 650 liens sont conservés quotidiennement, venant alimenter la base de données accessible via le portail.

    En plus des recherches spécifiques, ponctuelles et régulières, le SVAA propose aux plus pressés une synthèse baptisée Essential news. Mettant en avant une quinzaine d'informations importantes, elle est envoyée chaque jour à 2 200 cadres et managers. "Cette synthèse est une sorte d'agitateur d'idées, explique Yohann Delzant ; par son intermédiaire, notre objectif est d'éclairer nos collaborateurs sur le caractère évolutif du marché, quitte à les déstabiliser. Nous leur présentons ici les tendances et les nouveaux marchés sur lesquels nous ne sommes pas toujours présents... Bref, tout ce qui pourrait s'interposer un jour entre nos client et nous".

    L'enjeu de la mobilité

    La plateforme Watch!Net se décline en neuf portails grand public disposant d'une base de données commune à toutes les branches, mais paramétrée afin de n'en offrir qu'une vision partielle. Elle propose également des portails privatifs par communautés - des veilleurs ont été formés dans les différentes business units -, ainsi que des accès personnels destinés aux veilleurs et aux analystes.

    Un nouvel appel d'offres est finalement lancé fin 2011. "Nous étions satisfaits de notre collaboration avec Ami Sofware, explique Yohann Delzant, mais nous voulions faire évoluer l'outil afin qu'il soit toujours plus intuitif et le plus à la pointe possible en ce qui concerne la collecte de sources sur les réseaux sociaux et de sources vidéo". Satisfait de l'effort opéré par l'équipe R&D d'Ami Software, le SVAA renouvelle alors son partenariat avec l'éditeur. "Certes, je ne cesse de l'embêter avec des demandes régulières d'évolution et de nouvelles fonctionnalités, ajoute Yohann Delzant, mais il s'est toujours adapté avec une grande agilité". La question de l'accès à la plateforme via des terminaux mobiles est d'ailleurs le prochain dossier sur lequel planchera l'équipe d'Ami Software : "Il s'agit pour nous de l'enjeu des mois à venir", conclut Yohann Delzant.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Les bibliothèques du monde à l’Ifla 2015​
    - Bibliothèques, archives et réforme
    - Labels, certifications et normalisation : ce qu’il faut savoir
    - Quand les intégrateurs refont le web​​

    DOSSIER Market intelligence : extension du domaine de la veille​​

    Veille ? Intelligence économique ? Market intelligence ! Voici un "nouveau" terrain pour les veilleurs. Avec un peu de veille économique, un peu de veille concurrentielle et un solide ancrage dans le marketing de l’entreprise.

    Et aussi :
    - La gestion électronique du courrier sans complexe​​
    - Neutralité et loyauté des plateformes numériques
    - Total : la visualisation, or noir d’un projet de veille​​
    - Favoris : plus performant sur Twitter
    - Sabine Van Gaver : la vigie numérique passée par la case littérature
    - Rencontre avec Stéphane Mallard : "Demain, nous aurons tous un double dans le monde digital"​
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    48
    C'est le pourcentage des entrepreneurs qui craignent des risques d'erreur administrative liés à la dématérialisation des procédures de création d'entreprise.

    Recevez l'essentiel de l'actu !