Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comment les professionnels de l'information perçoivent leurs métiers et compétences en 2021

  • professionnels-information-enquete-metier-competences-2021.jpg

    professionnel-information-metier-competences-2021
    Après quelques années de tâtonnement et d'inquiétude (mon métier va-t-il disparaître ?), de nombreux professionnels de l'information ont saisi des opportunités pour se positionner. (Freepik/@gpointstudio)
  • Exigence dans leur métier, confiance en l'avenir, accès à la formation... Comment les pros de l'information (documentalistes, veilleurs, bibliothécaires, archivistes, knowledge managers, doc controllers, etc) perçoivent-ils leur métier en 2021, après des mois de crise sanitaire liée au Covid-19 ? Voici les résultats de la 6ème enquête de l’Observatoire Archimag-Serda Compétences sur les métiers et compétences des professionnels de la gestion de l’information. 

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag dédiées aux différents professionnels de la gestion de l'information !

    professionnels-information-enquete-metier-exigencePlus des deux tiers des professionnels interrogés pensent que l’exigence dans leur métier s’est accrue, et pour 75 % leur métier s’est complexifié.

    L’année 2020 avec sa crise sanitaire a bien évidemment impacté la vision des choses, mais cela n’a pas démoralisé nos métiers, au contraire.

    enlightenedLire aussi : Infographie : bibliothécaires, archivistes, documentalistes et veilleurs face au télétravail durant le confinement

    Avenir du métier : la confiance règne…

    6,9/10 : c’est la note moyenne que vous avez accordée à la confiance en l’avenir de votre métier. Cette note est en hausse progressive depuis 3 ans.

    Il est clair qu’après quelques années de tâtonnement et d’inquiétude (mon métier va-t-il cesser d’exister ?), vous êtes nombreux à avoir saisi des opportunités pour vous positionner : mieux travailler en prise directe avec vos interlocuteurs, réorganiser ou créer une nouvelle offre de service.

    On retrouve une tonalité plutôt positive, en tout cas beaucoup plus qu’il y a 4 ans. En témoignent certains commentaires :

    « Le métier change avec les technologies du numérique et, dans les années à venir, l’intelligence artificielle. La réglementation évoluera également notamment sur la protection des données. Il reste tellement à faire ! Nous serons là »

    « La transformation numérique fait appel à nos compétences, nous sommes légitimes ».

    enlightenedLire aussi : Métiers de l'info : boostez vos compétences !

    D’autres plébiscitent leur environnement et leurs activités :

    « J’adore mon métier et je m’attelle à le faire évoluer »

    « La collecte et l’analyse de l’information afin d’aider à la décision devient un travail indispensable pour l’entreprise et ça, nous savons le faire »

    « De beaux projets se profilent ! »

    Un répondant mise sur de nouvelles compétences à acquérir pour mieux se positionner : « Je suis maître de mon avenir, donc je fais en sorte que mon avenir et celui de mon entreprise évoluent et s’adaptent au monde ».

    enlightenedLire aussi : Professionnels de l'information, quelles compétences technologiques devez-vous maîtriser (et à quel point) ?

    … mais pas partout

    En filigrane, on trouve d’autres commentaires moins enthousiastes, notamment sur les stratégies internes.

    « Malheureusement, la documentation n’est pas un service reconnu dans ma collectivité »

    « Manque de reconnaissance interne et de visibilité sur la pérennité du service à deux ans ».

    D’autres s’interrogent : « Le marché du travail va devenir compliqué, et si la réduction des coûts arrive, les fonctions support seront concernées. Quels seront les métiers de demain post-Covid ? ».

    Les budgets sont évidemment essentiels et les professionnels de l’infodoc sont encore plus de 22 % à rencontrer des difficultés à ce niveau, mais aussi à travers les choix politiques.

    « Les choix budgétaires semblent s’orienter plutôt vers l’informatique », s’inquiète un répondant.

    Un autre accentue cette perception :

    « Les choix de la direction ne m’offrent aucune perspective d’élargissement de mon champ d’activité ».

    enlightenedLire aussi : Archivistes, documentalistes et veilleurs : enquête sur vos projets de reconversion professionnelle

    Accès à la formation : pas si simple !

    professionnels-information-enquete-competences-formation75 % des salariés déclarent avoir bénéficié d’au moins une formation complémentaire au cours de leur carrière — et même 63 % d’entre eux à plusieurs reprises, c’est en hausse sur les dernières années.

    C’est très positif, même si cela laisse 1 professionnel sur 4 sans formation complémentaire.

    Autre tendance corrélée par les grandes études nationales : plus les niveaux d’études sont élevés, plus l’accès à la formation est facilité.

    Le même phénomène est observé avec la position hiérarchique : les cadres partent globalement plus facilement en formation.

    La récente réforme introduisant le compte personnel de formation (CPF) n’a pas vraiment résolu ce problème. Il est très utile pour les jeunes et les publics faiblement diplômés, mais complètement inadaptés aux professionnels déjà en poste.

    enlightenedLire aussi : Professionnels de l'information : être entrepreneur ou freelance, ça vous tente ?

    Jean Gauthier
    [Directeur Serda Compétences]

    Enquête menée en ligne du 15 novembre 2020 au 15 janvier 2021 auprès de 500 professionnels de l’information. Analyse complète prochainement publiée par Serda Compétences.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-343-intelligence-artificielle-veille
    À quels stades les outils de veille recourent-ils à des éléments d’intelligence artificielle ? Peu à peu, celle-ci intervient tant en amont (sourcing) du processus de veille qu’au niveau du traitement (analyse, datavisualisation…) ou en aval (diffusion). Mais cette assistance aux tâches de veille ne risque-t-elle pas d’empiéter sur le métier ? Quelle est son ampleur actuelle ?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    1
    est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.
    Publicité

    couv_veille_2022.png