Article réservé aux abonnés Archimag.com

Prunelle Charvet, en renouvellement perpétuel

  • prunelle-charvet-portrait-veille.jpg

    prunelle-charvet-projet-veille-dgesip
    Prunelle Charvet, cheffe de projet veille et études documentaires à la DGESIP. (DR)
  • Quand sait-on qu’on a trouvé sa voie ? À quel moment ressent-on le fameux déclic ? S’il n’existe aucune règle en la matière, pour Prunelle Charvet, c’est lorsqu’elle travaille à la bibliothèque de linguistique africaine de l’université Paris III, à la fin de son master, que la magie opère et que son appétence pour les métiers de l’information prend forme.

    mail Découvrez Le Push du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels de la veille et de la documentation !

    « Je ne savais pas trop ce que je voulais faire et j’ai eu un déclic. C’est devenu une évidence. Après ma maîtrise, j’ai entamé une formation d’un an à l’INTD. » Aujourd’hui, la cheffe de projet veille et études documentaires de la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle rattachée au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (DGESIP) évolue dans un environnement où il faut sans cesse se réinventer.

    « Je n’aurais pas pu trouver mieux ! La veille est un métier tellement stimulant intellectuellement ! J’ai l’impression d’être une éternelle étudiante, qui défriche toujours de nouveaux sujets. Et en même temps, il contente largement mon côté “geek”, avec les tests d’outils. » La gestion de projet ainsi que l’aspect stratégique et collaboratif du métier séduisent aussi Prunelle Charvet.

    Lire aussi : Réussir ses projets de veille

    C’est après avoir décroché son DESS en sciences de l’information et de la documentation qu’elle entre en 2004 au Centre international d’études pédagogiques (Ciep). « On m’a proposé un double poste : un mi-temps à la Revue internationale d’éducation de Sèvres (qui m’a permis de me plonger dans le monde de l’édition) et un poste de documentaliste au centre de ressources, en parallèle. »

      De la linguistique à la veille

      Rapidement, les fonctions de Prunelle Charvet évoluent et le Ciep lui propose de créer une cellule de veille autour des appels d’offres dans le secteur de l’éducation et de la formation à l’international. Pour cela, elle se forme à la veille auprès de Fla Consultants. En 2010, elle se lance un défi en intégrant la Délégation aux usages d’internet.

      « Sur le papier, le job n’était pas directement lié à la gestion d’information. Finalement, j’ai pu y investir largement mes compétences en ingénierie documentaire et informationnelle. » La cheffe de projet y est alors chargée de la refonte d’un portail dédié à la formation et aux métiers de l’internet. « C’était une vraie plongée dans l’écosystème du numérique ! »

      En 2013, Prunelle Charvet intègre ses fonctions actuelles pour accompagner au départ la stratégie nationale de l’enseignement supérieur (StraNes). Études, benchmarks, veille des pratiques internationales… Durant un an, la jeune femme suit le comité StraNes, et ses missions, qui s’adressent aux décideurs politiques, s’axent dans un premier temps sur l’analyse.

      Lire aussi : Documentation : la quête de l’efficacité

      « C’était passionnant ! J’ai rarement autant produit de fiches de synthèse ! » C’est ensuite qu’elle se consacre au développement d’un service de veille à destination de l’ensemble des agents.

      Projet collaboratif et partage de connaissances

      Pour aider ses collègues à la préparation de lois et de rapports, ou pour qu’ils puissent rester à l’écoute de leur domaine, Prunelle Charvet se charge de capitaliser et de faire circuler l’information. En 2018, elle monte un projet de veille collaborative avec l’équipe de la Direction générale de la recherche et de l’innovation, de la Direction du numérique pour l’éducation et de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche.

      « Nous avons une plateforme commune pour partager nos veilles. La collaboration permet la mutualisation de nos livrables de veille, de nos supports de communication et de formation. » Prunelle Charvet travaille sur la restitution de son savoir pour permettre aux différents agents de la DGESIP de s’approprier les outils et réflexes de veille.

      Lire aussi : Professionnels de la veille et de la documentation, voici les grands salons et événements à ne pas manquer en 2023 !

      « Récemment, je me suis formée aux méthodes agiles et au design thinking et j’ai maintenant envie de développer des ateliers de co-création autour de l’expérience utilisateur de la plateforme de veille. »

      Elle like

      • Son auteur préféré ? Grande fan de Gabriel Garcia Marquez, j’adore les grandes épopées familiales !
      • Son metteur en scène préféré ? Peter Brook, notamment pour As you like it de Shakespeare, aux Bouffes du Nord, dont je conserve un souvenir inoubliable.
      • Son activité préférée ? Marcher, dont j’ai découvert tardivement le plaisir… et mes capacités !
      Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
      comment-faire-vivre-bases-connaissance
      E-mails, fichiers et dossiers multiples, commentaires, messages instantanés, réseaux sociaux... Si vous souhaitez regrouper les expertises de votre organisation sur un sujet précis au sein d’un système unique et accessible en ligne, il est temps de vous lancer dans une base de connaissance!
      Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
      À lire sur Archimag
      Les podcasts d'Archimag
      Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

      Serda Formation Veille 2023