Publicité

3 règles de bases pour protéger sa vie numérique car c’est essentiel

  • pirate_informatique.jpg

    pirate_informatique
    Plusieurs méthodes simples existent pour se protéger. crédits : pixabay.com
  • Le débat concernant la protection de la vie numérique sur internet a été relancé depuis le lancement du RGPD (Règlement général sur la protection des données) en mai dernier. 

    Anne-Sophie Letellier, codirectrice de Crypto.Québec, un média numérique à but non lucratif fondé en juillet 2015 à Montréal, nous livre ses conseils pour s’assurer de la protection de ses données. 

    Faites vos mises à jour régulièrement

    En plus d’offrir de nouvelles fonctionnalités, les mises à jour permettent de corriger les brèches de sécurité. Un ordinateur qui n’est pas mis à jour depuis un an va être beaucoup plus facile à attaquer qu’un ordinateur qui a été mis à jour, affirme Anne-Sophie Letellier.

    Elaborez un mot de passe difficile à pirater

    On ne cesse de le répéter, mais encore trop de gens choisissent un mot de passe facile à trouver. En 2017, l’éditeur SplashData a réalisé une liste des 100 mots de passe les plus populaires dans le monde. C’est certain que les 100 mots de passe les plus utilisés vont être les premiers à être essayés, prévient Anne-Sophie Letellier.

    Elle conseille également d’avoir un mot de passe différent pour chacun de ses comptes. « Si je suis un pirate informatique et que j’obtiens le mot de passe de votre adresse email, il y a de très fortes chances que j’essaie le même mot de passe sur l’ensemble de vos comptes », précise la codirectrice.

    Sauvegardez vos fichiers importants

    Protéger sa vie numérique, ça veut aussi dire conserver ses biens numériques. Anne-Sophie Letellier recommande fortement d’avoir au moins trois copies de ses fichiers les plus importants, sur deux supports conservés dans des endroits différents.

    A propos des empreintes digitales ? 

    Les appareils permettant le déverrouillage par empreinte digitale sont de plus en plus nombreux.
    A la question : cette méthode est-elle plus sécuritaire que les mots de passe alphanumériques? 
    Anne-Sophie Letellier répond : « ça a vraiment des avantages, dans l’optique où c’est beaucoup plus difficile de falsifier une empreinte digitale, mais ça dépend des circonstances ».
    Elle fait remarquer qu’il est beaucoup plus difficile de soutirer à quelqu’un son mot de passe que de prendre sa main et de l’apposer sur l’appareil pour avoir son empreinte digitale.

    Une responsabilité collective

    Anne-Sophie Letellier souhaite que les gouvernements adoptent des normes plus sévères pour forcer les compagnies à préserver la vie privée des utilisateurs. « La protection de sa vie numérique est quelque chose de très important pour le grand public, il faut le revendiquer pour faire bouger les gouvernements » conclut-elle.

     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité