Publicité

Biblio-poste : entre la bibliothécaire et la postière, la commune d'Hirel n'a pas voulu choisir

  • hirel_biblioposte.jpg

    adolescente-livres
    Les bibliothèques d'Hirel, La Fresnais, La Gouesnière et Saint-Benoît-des-Ondes, se sont réunies en association afin de mutualiser la réalisation de supports de communication, le prêt ou l'achat de matériel. (Illustration / Freepik)
  • La biblio-poste se présente comme la solution idéale permettant à la fois le maintien de la poste et le développement de la lecture publique en milieu rural.

    A Hirel, en Ille-et-Vilaine, il est possible d'emprunter un livre tout en envoyant un colis. Depuis maintenant une dizaine d'années, la mairie de cette petite ville de 1 350 habitants fait cohabiter son agence postale communale avec un espace dédié à la consultation et à l'emprunt de livres. Cette biblio-poste, qui dispose d'un fonds propre de 2 000 documents, accueille chaque année plus de 1 850 personnes. Avec une centaine d'inscrits et une fréquentation en hausse de 14 % par an, le bilan de ce double guichet est positif.

    Accompagnement de la médiathèque départementale

    Le bureau de poste fait face à l'entrée de l'agence et la banque de prêt de la bibliothèque se trouve à sa droite. Entre les deux, une seule employée navigue d'un guichet à l'autre et dans les deux salles remplies de livres que compte l'agence. Des livres jeunesse aux romans pour adultes, en passant par les CD de musique, la biblio-poste d'Hirel a pu bénéficier du prêt de 1 000 ouvrages de la part de la médiathèque départementale d'Ille-et-Vilaine, qui l'accompagne, pour alimenter son fonds. Bientôt, un outil informatique permettra à la bibliothécaire-postière de profiter d'un prêt inter-bibliothèques avec trois autres communes rurales regroupées au sein de l'association de l'Entente du marais blanc. 

    "L'association idéale"

    C'est pour répondre à la fermeture de son bureau de Poste, il y a dix ans, que la commune d'Hirel a créé une agence postale communale où ses habitants pourraient effectuer les opérations courantes, telles que la vente de timbres, la réception de colis ou l'envoi de lettres recommandées. La bibliothèque la plus proche étant à plus de 10 minutes en voiture, adjoindre à l'agence postale un espace et un projet de lecture publique était la solution pour sauver les deux services à la fois : "Cela paraissait l'association idéale, confie Henri Béchereau, second adjoint au maire d'Hirel, à la Gazette des communes ; mieux que d'installer l'agence postale dans un commerce privé qui aurait pu, lui aussi, fermer ses portes".

    Qualité de service

    Aurélie Brune, la bibliothécaire-postière, est présente à l'agence chaque matin, du mardi au samedi. Cette employée communale, titulaire d'un CAP petite enfance, et qui était anciennement chargée du portage des repas à domicile, n'avait jusque-là jamais travaillé en bibliothèque. C'est la médiathèque départementale d'Ille-et-Vilaine qui l'a formée à l'accueil et à la gestion des fonds, et la jeune femme organise même des animations gratuites le mercredi pour les enfants. "Avec une telle structure, l'avantage est de pouvoir faire venir des gens plus aisément, observe Isabelle Ménard, référente de la médiathèque départementale auprès de l'agglomération de Saint-Malo ; mais il est possible que le frein réside dans le fait de devoir gérer les deux services en même temps, avec la même qualité. Une lecture de conte peut être interrompue par une personne venant acheter un timbre". 

     

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    GP_62
    Les bibliothèques sont de vieilles institutions. Cependant, si elles restent des sanctuaires du savoir et des points de repère dans une ville ou sur un campus, elles n’en sont pas moins capables d’innovations, dans un monde qui change, pour attirer de nouveaux publics tout en gardant les anciens. Ces innovations s’opèrent par petites touches ou à travers de vastes chantiers. Les évolutions des usages forment le moteur de la transformation. Il est devenu nécessaire d’élargir les horaires d’ouverture, de faire davantage appel à l’automatisation, de procéder à des “mesures d’impact” et d’ajuster son offre. Les challenges sont nombreux : gestion des données de recherche, transition bibliographique, prêt numérique, mobilité, chatbot, question des communs, prêt d’objets, tenue d’ateliers, présence à travers les réseaux sociaux, maîtrise de l’expérience utilisateur… Logiciels, mobilier, automates et équipements divers : les moyens à la disposition des bibliothèques prennent aussi part à l’innovation.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    6,6
    C'est la croissance enregistrée pour le marché de la digitalisation des processus documentaires et métiers en 2019.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Publicité

    2019_03_270x270_aidel-archimag_fondu.gif

    banniere GP52 web.png