Publicité

Start-up : EuroCloud s'associe à Euroquity, la plateforme de financement de la BPI

  • Atos Flickr.jpg

    Le partenariat entre la BPI et EuroCloud est surtout un service aux start-up du cloud (Atos / Flickr)
    Le partenariat entre la BPI et EuroCloud est surtout un service aux start-up du cloud (Atos / Flickr)
  • Oodrive, RunMyProcess, eNovance, Platform.sh… Ils sont passés par la machine EuroCloud.

    L'accord signé entre la branche française de l'association EuroCloud et la Banque publique d'investissement (BPI) est présenté comme un partenariat. Il consiste à intégrer « une communauté EuroCloud » à la bourse de la BPI, intitulée EuroQuity.

    300 millions d'euros en 8 ans

    Depuis 2008, le site internet EuroQuity est propulsé par la BPI. Plateforme d'échanges et de discussions entre professionnels du cloud et investisseurs potentiels, c'est surtout, concrètement, un lieu où des start-up de la dématérialisation recherchent des financements pour leurs innovations.

    Selon la BPI, ces entreprises auraient mené en 8 ans 500 levées de fonds pour près de 300 millions d'euros.

    EuroCloud de son côté est un réseau d'entreprises qui regroupe 1 500 structures à travers l'Union européenne. L'intégration des start-up française à EuroQuity vise à renforcer la coopération entre les différents professionnels du cloud et les investisseurs.

    Un accord gagnant pour le cloud

    La BPI, détenue par l'État français et dont l'objectif est le soutien aux entreprises innovantes, peut y voir l'avantage de réunir un plus grand nombre d'entreprises sur sa plateforme.

    Selon un communiqué d'EuroCloud, « ce nouveau dispositif au sein d’EuroQuity (lui) permettra de renforcer (ses) actions en faveur des start-up du cloud ».

    EuroCloud organise par exemple des remises de prix tous les ans ainsi qu'un salon dédié à la dématérialisation, la Cloud Week Paris, qui aura lieu cette année du 4 au 8 juillet.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png