Publicité

Construction 4.0 : comment tirer pleinement profit de la digitalisation

  • Construction_sable.jpg

    Il est impératif que les entreprises prennent conscience des enjeux et des avantages de la digitalisation.
  • Si la transition digitale impacte tous les secteurs d’activités, celui du bâtiment se montre relativement lent à embrasser le mouvement : l’indice McKinsey (lié au passage à la dématérialisation) le classe au 21ème rang des 22 secteurs d’activité examinés. Il est temps pour les organisations du secteur d’abandonner leurs vieilles méthodes et de prendre enfin ce virage.

    Passer au numérique, c’est faire un premier pas dans la bonne direction. De nombreuses organisations pensent encore qu’il leur suffit de mettre en ligne leurs documents pour résoudre leurs problèmes. Or, l’archivage documentaire dématérialisé n’est pas plus utile que l’archivage papier si des procédures permettant de récupérer, d’utiliser et d’analyser ces documents de manière efficace n’ont pas été mises en place. Une stratégie de digitalisation s’impose donc pour rendre accessibles à tous et en temps réel, les informations importantes concernant la conception d’un projet, ses ressources, sa chaîne logistique, son calendrier et ses échéanciers. Toutes ces données doivent bien entendu être conservées dans un environnement sécurisé, facilitant leur récupération ultérieure, avec garantie de l’unicité de la version qui en est fournie.

    La place du BIM dans la stratégie de digitalisation

    Si le BIM est un facteur de réussite et accroît l’efficacité des projets de construction, il n’est cependant qu’un point de départ sur la voie vers la digitalisation. Toujours selon une étude du McKinsey Global Institute, 75% des sociétés ayant adopté le BIM ont constaté un retour sur investissement positif. Le BIM offre, en effet, un vaste potentiel, qui au-delà de la seule amélioration de la planification, introduit une méthode de travail applicable tout au long du cycle de vie d’un projet.

    Vers la Construction 4.0

    La digitalisation présuppose la mise en place d’une banque de ressources numériques et de différents processus permettant d’en extraire des informations utiles. Un réseau de dématérialisation intégré, rassemblant données, appareils, informations et acteurs, voilà ce qu’il faut pour porter une entreprise au niveau supérieur.

    Effacer les frontières entre monde physique et monde numérique

    La digitalisation est en train de révolutionner le mode de fonctionnement des entreprises modernes. Les frontières entre le monde physique, regroupant main d’œuvre, machines et matériaux, et le monde numérique, caractérisé par la diversité de ses solutions et la dématérialisation de ses données et de ses processus, commencent à s’effacer. L’objectif étant de parvenir à un univers hybride dans lequel l’homme et la machine communiquent harmonieusement, grâce à des technologies telles que l’IoT, des applications de terrain adaptées aux terminaux mobiles, des environnements de travail basés sur le cloud et une informatique intégrés.

    Les impacts chiffrés de la digitalisation

    Le McKinsey Global Institute estime d’ailleurs qu’à l’horizon 2030, les dépenses d’infrastructure atteindront 57 trillions de dollars, au rythme de la croissance du PIB mondial. Cela devrait inciter les entreprises du bâtiment à investir dans de nouvelles technologies leur permettant de conserver leur compétitivité sur leur marché. Selon les projections du Forum Économique Mondial, la digitalisation devrait même permettre au secteur de la construction non résidentielle de dégager une économie annuelle de 0,7 trillion à 1,2 trillion de dollars sur les phases de conception et d’ingénierie, et entre 0,3 trillion et 0,5 trillion de dollars en phase d’exploitation.

    Avec le renforcement de la concurrence dans le secteur du bâtiment, les entreprises qui n’adoptent pas les nouvelles technologies sont condamnées à se faire distancer. La clientèle étant déjà habituée à des pratiques dématérialisées, si ses attentes sont déçues, elle n’hésitera pas à s’adresser ailleurs.

    Des données pérennes, organisées et facilement consultables

    La digitalisation permet de combler un vide entre l’achèvement d’un projet de construction et le stade de sa mise en exploitation et de sa maintenance. Il arrive malheureusement qu’entre ces deux stades, des données soient perdues. Or leur digitalisation permet d’assurer leur pérennisation sous une forme organisée et de faciliter leur consultation. La création de valeur portée par une prestation capable de fournir des informations sur les modalités d’exploitation et de maintenance des projets, une fois ceux-ci achevés, séduira d’autant plus une clientèle d’investisseurs potentiels.

    Les 5 principaux avantages de la digitalisation

    • un partage de l’information efficace

    Avec la digitalisation, les informations sur les projets stockées en fichiers dans un bureau central peuvent être acheminées directement aux équipes sur le terrain. Disposer d’un espace unique regroupant toute la documentation traitant de la planification, de la conception, de la construction, de l’exploitation et de la maintenance permet à chacun des intervenants d’un projet de se synchroniser en temps réel.

    • de nouvelles possibilités collaboratives

    Outre leur archivage centralisé, la numérisation des représentations visuelles et des maquettes permet de les annoter et de les modifier facilement, et de les mettre immédiatement à la disposition de tous les intervenants. En réunissant monde physique et monde dématérialisé, la digitalisation fait en sorte que tous puissent être sur la même longueur d’onde au même moment.

    • des gains de temps et d’argent

    Dans le secteur du bâtiment, les retards de chantier et les dépassements de coûts constituent un véritable casse-tête permanent. La digitalisation offre un moyen d’intégrer à un projet des solutions professionnelles, capables de réduire ce type de problèmes, d’accroître l’efficacité et d’optimiser la qualité des projets en améliorant l’organisation du travail et la gestion du temps. De manière générale, la digitalisation permet de réaliser une économie sur les coûts d’un projet de presque 20 % sur l’ensemble de son cycle de vie.

    • combler le fossé entre le bureau et le terrain

    Le déploiement d’une nouvelle solution peut s’avérer complexe lorsque les équipes sont dispersées à différents endroits ou relèvent de sociétés distinctes faisant face à leurs propres problématiques. La mise en place d’une stratégie de digitalisation permet toutefois de rationaliser le flux de travail et d’améliorer la collaboration entre les équipes. En s’appuyant sur le cloud, l’accès aux informations devient possible depuis n’importe quel lieu et à partir de multiples terminaux. Et grâce aux terminaux et aux réseaux mobiles, il est désormais possible d’obtenir des informations à jour en temps réel et sur site, même dans des zones isolées, d’autant que l’offre en application de terrain s’étoffe.

    • tirer parti des enseignements des projets passés

    La possibilité d’analyser les données portant sur des projets antérieurs en les centralisant au sein d’un seul et même espace ouvre également la voie à une amélioration de la gestion des risques et de l’efficacité des futurs projets. Les enseignements et les données issus de l’expérience acquise sur des projets passés constituent des matériaux essentiels pour l’analyse prédictive. Cela permet de ne plus être condamné à démarrer chaque nouveau projet en repartant à zéro.

    L’avenir passe par la digitalisation

    In fine, il est impératif que les entreprises prennent conscience des enjeux et des avantages de la digitalisation et se donnent les moyens de faire face aux défis actuels du secteur de la construction. Les efforts doivent aussi porter sur la modernisation des outils métier, la formation, l’acquisition de terminaux mobiles mais aussi le recrutement de spécialistes en nouvelles technologies. Car l’avenir du secteur du bâtiment passe inévitablement par sa digitalisation. Cantonner sa stratégie à la seule adoption du BIM n’offre pas une solution valide sur le long terme.

    think project! a publié un livre blanc sur le sujet que vous pouvez télécharger gratuitement : Qu'est-ce que le BIM ?

    Article réalisé en partenariat avec L'Agence Digitale

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !