Publicité

Le Maroc accélère la dématérialisation de son administration

  • maroc_demat.jpg

    Le gouvernement marocain vise le zéro papier (Pixabay / Larsonb)
  • Le ministère de l'Intérieur marocain lance une série de chantiers dédiés à la digitalisation de certains services publics.

    A son tour, le Maroc ouvre la voie à la dématérialisation de son administration. "La mise en œuvre accélérée des chantiers de dématérialisation devient d’autant  plus pressante compte tenu des défis majeurs posés par la pandémie du Covid-19" explique le ministère de l'Intérieur marocain.

    Dans une circulaire adressées aux régions du royaume, le gouvernement entend lancer une série de chantiers prioritaires : la digitalisation des services rendus aux citoyens et aux entreprises, la dématérialisation de la gestion des finances des collectivités territoriales, l'ouverture des données publiques... L'état-civil sera l'un des premiers chantiers à voir le jour avec la création d'un registre national accessible sur un portail dédié.

    Création d'un identifiant numérique

    Le portail Alhalalmadania fait déjà figure de guichet unique marocain sur lequel les citoyens peuvent commander en ligne des documents administratifs. Les Marocains peuvent également se rendre sur le portail Chikaya afin d'adresser des réclamations aux services administratifs. A ce jour, plus de 542 000 réclamations ont été déposées auprès de 119 administrations.

    Les autorités marocaines annoncent également d'autres projets liés à la création d'un identifiant numérique et à la construction de centres de données.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    supplement-confiance-numerique-270500.png