Publicité

Le top 6 des distractions en open space (et comment y remédier pour être plus efficace au bureau)

  • openspace_distractions.JPG

    openspace-animal-bureau
    Les entreprises qui autorisent les salariés à ramener leur animal au bureau ne sont encore qu'une poignée en France. Mais la tendance du "Pets at Work" s'est largement développée aux Etats-Unis en une dizaine d'années. (Poly)
  • Plusieurs pistes sont évoquées pour améliorer la productivité des salariés dans les open space.

    Quand nous sommes au bureau, nous sommes distraits toutes les 3 minutes. Pas étonnant que 99 % des salariés reconnaissent être distraits lorsqu'ils sont à leur poste de travail, au sein d'un open space. D'après eux, les principales causes de nuisances sonores sont leurs collègues qui parlent fort au téléphone, suivis par les collaborateurs qui discutent à proximité. Pour près de la moitié des personnes interrogées, ces distractions nuisent à leur capacité de concentration. Par ailleurs, nous ne serions pas égaux face à ces nuisances, selon notre âge. C'est ce que révèle une étude réalisée par le cabinet de conseil Future Workplace pour le compte de Poly (anciennement Plantronics et Polycom), qui propose justement des solutions de télécommunications pour favoriser la collaboration dans les espaces de travail. 

    gif_craquage.gif

    Si les plus jeunes plébicitent les open-space, affirmant être plus productifs dans des environnements bruyants (55 % des membres de la "génération Z" et 56 % de la "génération Y"), ce n'est pas le cas de leurs aînés (60 % des "baby-boomers"), qui avouent préférer les bureaux fermés - et donc calmes - pour travailler efficacement.

    Comment faire face aux distractions dans l'open space ?

    Si chacun fait comme il peut pour gérer au mieux sa productivité au bureau, force est de constater que les plus jeunes s'accomodent mieux que leurs aînés d'un environnement propre à la distraction : 35 % des membres de la "génération Z" utilisent par exemple des écouteurs pour s'isoler du bruit ambiant, quand seuls 16 % des "baby-boomers" font de même. Ces derniers sont même trois fois plus nombreux que les jeunes à reconnaître n'avoir trouvé aucune solution pour lutter contre les distractions dans un bureau ouvert.

    "Des millions de jeunes de la Génération Z sont en train d’arriver sur le marché du travail, et notre étude révèle qu'ils ont des styles de travail très différents de ceux des générations précédentes", déclare Jeanne Meister, cofondatrice de Future Workplace. "Nous avons maintenant quatre générations qui travaillent sous le même toit, ce qui oblige les entreprises à reconsidérer les définitions traditionnelles d’un environnement de travail productif et d’une collaboration optimale des employés."

    Comment améliorer la productivité dans les open space ?

    Mais alors, travailler dans un open space nuit-il à la productivité ? On peut le penser, puisque près de trois personnes sur quatre ont déclaré lors de cette enquête qu'elles travailleraient davantage au bureau - et seraient donc plus productives - si leurs employeurs agissaient plus pour réduire les distractions sur le lieu de travail.

    Parmi les pistes de solutions évoquées, citons notamment de meilleures outils pour les appels téléphoniques et vidéo, l'élimination du bruit de fond, la création de "zones calmes", la rédaction de directives sur les niveaux de bruit appropriés et un nouvel aménagement des bureaux. 

    gif_apero.gif

    Quelles sont les principales distractions au bureau ?

    Avec les "happiness managers" (en anglais "chief happiness officer" ou CHO), nouvellement chargés d'insuffler du bonheur sur le lieu de travail et veiller au bien-être des salariés, de nouveaux équipements, aménagements et événements se sont également répandus dans certaines entreprises. On ne compte plus les organisations où des pots sont planifiés chaque semaine sous tous les prétextes... où l'on travaille sur des ballons de yoga ou dans des canapés... où des jeux vidéo, des pianos, ou même des chats font désormais partie d'un quotidien professionnel à mi chemin entre une salle de jeux et le salon de ses grands-parents.

    Top 6 des distractions en open space

    Pourtant le "top 6 des distractions au bureau" dressé par l'étude de Future Workplace est sans appel. Voici les six principales sources de distraction identifiées par les salariés sur leur lieu de travail, et qui nuisent donc à leur productivité, par ordre d'importance :

    1. Les collègues qui parlent fort au téléphone
    2. Les événements et fêtes sur le lieu de travail
    3. Les collègues qui discutent à proximité
    4. Les jeux et les loisirs
    5. Les notifications et sonneries de téléphone
    6. Les animaux au bureau

     

    GP60.jpgSi la transformation des espaces de travail et les solutions technologiques pour y répondre vous intéressent, découvrez le guide pratique d'Archimag :

    Digital workplace et mode collaboratif

    Travail nomade, télétravail, flex office, virtualisation, etc., l’environnement de travail est en pleine mutation. Les salariés sont demandeurs de plus en plus de flexibilité et d’espaces de travail hébergés dans le cloud facilitant les échanges, la collaboration et la capitalisation de l’information et des connaissances. Comment mettre en oeuvre cette transformation ? Comment impliquer les utilisateurs ? Pour quelle réorganisation ? Avec quels outils et équipements ? Autant de points à considérer pour à terme concilier efficacité et bien-être. Découvrez ce guide pratique en cliquant-ici.

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !

    Travail nomade, télétravail, flex office, virtualisation, etc., l’environnement de travail est en pleine mutation. Les salariés sont demandeurs de plus en plus de flexibilité et d’espaces de travail hébergés dans le cloud facilitant les échanges, la collaboration et la capitalisation de l’information et des connaissances. Comment mettre en oeuvre cette transformation ? Comment impliquer les utilisateurs ? Pour quelle réorganisation ? Avec quels outils et équipements ? Autant de points à considérer pour à terme concilier efficacité et bien-être.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    76
    des échanges se font par mail au sein des organisations. L'usage d'une plageforme digitale permet de désengorger la boîte mail.

    Recevez l'essentiel de l'actu !