Article réservé aux abonnés Archimag.com

Anonymat sur internet : les principes juridiques

  • anonymat-internet-principes-juridiques.jpg

    anonymat-internet-juridique
    Les personnes qui s’imaginent que sur internet «on ne peut jamais rien effacer» sont autant dans l’erreur que celles qui croient qu’avec une baguette magique informatique, on fait disparaître des contenus — ce qui reviendrait à faire du hacking, (Freepik)
  • Depuis que des moteurs de recherche surpuissants permettent de scruter internet et de retrouver tout contenu en quelques clics, à partir de mots-clés tels que le prénom et le nom d’une personne, et ainsi de découvrir tout ce qui existe sur elle en ligne, la question de l’anonymat sur internet se pose. Né en 1998, Google n’est certes pas le seul moteur au monde, mais il a pris une place hégémonique : en octobre 2021 plus de 91 % des internautes français utilisent Google. La question de l’anonymat est donc cruciale sur internet, de même celle de l’anonymisation. Nous tentons ici de faire un point sur le plan juridique.

    Temps de lecture : 7 minutes

    mail Découvrez toutes les newsletters thématiques gratuites d'Archimag sur la transformation numérique, les datas, les archives et la gestion de l'information !

    La protection des données personnelles

    Juridiquement, la protection des données à caractère personnel est aujourd’hui principalement réglementée par le règlement général sur la protection des données (RGPD), avec la jurisprudence élaborée sous l’empire des anciens textes : la directive de 1995 sur la protection des mêmes données et la loi « Informatique, fichiers et libertés » du 6 janvier 1978, dont la dernière version, tenant compte des récents textes européens est entrée en vigueur le 1er juin 2019.

    Le RGPD offre plusieurs facettes permettant de faire respecter l’anonymat des personnes.

    enlightenedLire aussi : RGPD : des outils pour se mettre en conformité

    Le principe du consentement, clé du RGPD

    Le RGPD a renforcé la notion de consentement des personnes concernées pour qu’un traitement de données soit réalisé, ce qui est le cas de la publication en ligne d’un prénom et d’un nom. Toutes les fois où le traitement n’est pas rendu obligatoire (pouvoirs publics) ou encore nécessaire par des impératifs particuliers, la personne concernée doit avoir donné son consentement (article 7 du RGPD). L’un de ces impératifs, accordé aux activités journalistiques professionnelles, est l’information du public. Un organe de presse peut donc nommer une personne dès lors qu’elle est présente dans l’actualité.

    Mais en revanche, un simple blogueur ne peut se le permettre puisqu’il n’est pas journaliste professionnel. L’article 7, point 3 spécifie également que la personne « a le droit de retirer son consentement à tout moment ».

    enlightenedLire aussi : Le RGPD dopé par le confinement

    Les personnes identifiées ou identifiables

    Il faut aussi savoir qu’il y a traitement de données à caractère personnel dès l’instant que la personne est identifiée ou identifiable.Ce sera le cas lorsque la photo du visage d’une personne sera publiée sur le net, quand bien même son nom ne serait pas cité. C’est encore le cas lorsqu’on diffuse des élémen....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    accessibilite-archives-bloque
    Mais où en sommes-nous du libre accès aux archives publiques ? La question peut étonner : le principe de l’accessibilité est posé de longue date par le Code du patrimoine et la loi de 2008. Dans les faits, c’est la classification secret défense qui fait débat.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Catalogue Gestion des Data 2022 Serda Formation