Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comment faire une veille efficace sur Twitter ?

  • veille_twitter.jpg

    veille-twitter
    Astuce : un opérateur permet de sélectionner les tweets les plus appréciés par les twittos. (Freepik)
  • Incontournable agora numérique où le pire côtoie le meilleur, Twitter mérite l’attention des professionnels de l’information-documentation. À condition d’adopter les gestes qui sauvent...

    500 millions de tweets diffusés chaque jour. Plus de 330 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde. Près de 11 millions de twittos actifs en France... Il y a deux façons de définir ce qu’est Twitter : un tout à l’ego indigeste et repu de haine ou bien un gisement d’informations de qualité produites collectivement. Avec un peu de méthode et quelques outils gratuits, il est possible de séparer le bon grain de l’ivraie : sélection des comptes à suivre, création de listes, outils et opérateurs de recherche, et conversion de Twitter en flux RSS.

    1. Sélectionner des comptes à suivre

    Le sourcing est la pierre angulaire du veilleur. Mais comment trouver les comptes les plus fiables et les plus intéressants ? D’abord vérifiez la mini-biographie associée au compte Twitter qui souvent renvoie vers un blog ou une page de type LinkedIn : cela donne une vue plus précise de l’intérêt du compte. Jetez ensuite un œil au nombre d’abonnés. Mais en gardant bien à l’esprit que la taille ne fait pas tout ! Des comptes incontournables comme ceux de Christophe Deschamps (@crid) ou Frédéric Martinet (@actulligence) comptent entre 5 000 et 6 000 abonnés. Comparés à celui de Cyril Hanouna (6 millions de suiveurs), il n’y a pas photo. Mais les professionnels de la veille savent où ils mettent les pieds.

    Il est également possible de recourir aux suggestions de Twitter qui sont calculées selon vos propres centres d’intérêt. Il s’agit là d’un moyen simple et fiable pour trouver des sources d’information pertinentes. Un peu plus compliqué, « Twitter search » avancé permet d’appliquer une série de filtres (langue de rédaction, lieux de production, dates…) pour découvrir de nouvelles sources.

    En revanche, on évitera de passer par la colonne « Tendances pour vous » qui se contente de remonter les sujets en vogue et les tweets futiles. À l’usage, ces suggestions ne sont guère convaincantes.

    Autre méthode « à l’ancienne », mais plus chronophage : chercher le compte Twitter des blogueurs, sites d’information, entreprises et institutions que l’on a l’habitude de suivre pour leur fiabilité. Quasiment tous disposent d’un compte. 

    2. Créer des listes

    Une liste regroupe un certain nombre de twittos autour d’une thématique. Très utile pour mener une veille collaborative avec d’autres internautes, la liste présente l’avantage de centraliser dans un seul espace les tweets en relation avec la thématique de la liste.

    Pour créer une liste, trois clics suffisent : après avoir nommé et décrit cette liste, il suffit de choisir entre « publique » (ouverte à n’importe qui) et « privée » que vous serez le seul à pouvoir consulter. Une fois cette liste créée, vous pouvez facilement ajouter un compte en cliquant sur « Ajouter ou retirer de vos listes… » à partir de la roue crantée en haut de l’écran. Détail intéressant pour les professionnels qui mènent une veille concurrentielle : il n’est pas indispensable de s’abonner à compte pour l’insérer dans la liste. On peut ainsi suivre un concurrent sans qu’il le sache.

    Notons par ailleurs qu’un même compte peut être ajouté à un nombre illimité de listes : il suffit de cocher les cases correspondant aux listes souhaitées. 

    3. Utiliser les outils de recherche

    Twitter propose d’effectuer une recherche via un champ de saisie (avec une loupe) situé en haut de page. Attention ! Si l’on fait une recherche autour du terme « veille », Twitter remontera indifféremment tous les tweets incluant le mot « veille » : « la veille du match… » ou « ce n’est pas demain la veille… » Autant dire que cette méthode ne présente aucun intérêt, car la polysémie est l’ennemi du veilleur. Il est donc conseillé d’utiliser le hashtag #veille qui garantit une meilleure précision : la quasi-totalité des tweets remontés présente un lien avec la veille en tant que discipline dédiée à la recherche d’information.

    Le #veille présente un autre avantage. Il suggère des comptes à suivre a priori spécialistes du sujet (dont ArchimagRedac). Twitter propose aussi de filtrer les résultats de la requête #veille par type de contenu : photo, vidéo, etc.

    Il est également possible de faire appel à des outils de recherche tiers comme twXplorer. Gratuit, il se présente sous la forme d’un tableau de bord organisé en quatre volets : les 500 tweets les plus récents, les termes associés, les hashtags et une sélection de liens. Là aussi, attention à la requête ! Il faut absolument saisir la requête en mot-dièse #veille si l’on veut des résultats optimums. 

    À noter que twXplorer doit se connecter à votre compte Twitter pour fonctionner. Ce service tiers aura donc accès à vos données.

    4. Utiliser les opérateurs de recherche

    Rappel de définition : un opérateur de recherche est un terme ou un symbole permettant d’améliorer la qualité des résultats proposés par un moteur de recherche. Les plus connus sont les opérateurs booléens : ET (présence des deux termes, par exemple signature ET électronique), OU (présence d’un des deux termes), SAUF (exclusion d’un des deux termes). Utilisés dans un moteur de recherche, ces opérateurs peuvent également l’être sur Twitter via le champ de recherche qui se trouve en haut à droite de la page d’accueil. Le plus connu d’entre eux est le célèbre (voir le chapitre précédent) qui donne en général de bons résultats de recherche.

    Moins connu, l’opérateur from : restreint la recherche à un seul compte Twitter. Très utile lorsque l’on a identifié un compte fiable et que l’on veut savoir ce que ce compte a publié sur un sujet précis. La combinaison #veille from:ArchimagRedac permet de remonter tout ce que le compte ArchimagRedac a publié avec le #veille. Attention à la graphie notamment les espaces qui doivent être scrupuleusement respectés.

    Autre opérateur intéressant : Min_faves : permet de sélectionner les tweets les plus appréciés par les twittos. Ainsi la combinaison #veille lang : fr Min_faves : 10 va remonter les tweets #veille émis en français qui ont reçu au moins 10 « j’aime ». Notons que la valeur 10 retenue dans cet exemple peut évidemment être revue à la baisse ou à la hausse. De même, la langue de production du tweet (ici le français) peut être déclinée en en (anglais), de (allemand), etc.

    Les veilleurs qui sont en quête de photos, vidéos ou de liens utiliseront l’opérateur filter : capable de sélectionner les tweets enrichis d’un média. La combinaison #veille filter : links sélectionne les seuls tweets #veille dotés d’un lien pointant vers une source extérieure. 

    Au total, Twitter accepte jusqu’à 40 opérateurs ! De toute évidence, ces procédures sont relativement lourdes à mettre en place et peuvent décourager certains professionnels de l’information. Heureusement, une fois créées ces combinaisons peuvent être mémorisées et converties en flux RSS une bonne fois pour toutes grâce à Queryfeed.

    5. Convertir Twitter en flux RSS

    Pour les veilleurs qui privilégient les flux RSS (et l’anonymat qu’ils procurent), Queryfeed est l’outil idoine. Ce service permet de créer facilement un flux RSS adossé aux différentes fonctions de Twitter : compte, hashtag ou requêtes réalisées avec des opérateurs. Il suffit de se rendre sur la plateforme et de saisir au choix : l’adresse d’un compte, un mot-dièse ou même une liste. Cette saisie doit être réalisée sur le premier champ situé sur la page d’accueil. Queryfeed génère alors un flux RSS qu’il suffira de copier-coller dans votre agrégateur préféré (Feedly, Inoreader…).

    Mieux, des filtres permettent d’écarter certains types de tweets intempestifs : messages directs ou retweets par exemple. Encore mieux, Queryfeed fonctionne aussi avec quelques-uns des plus importants réseaux sociaux de la place : Facebook, Google+ et Instagram. Toujours mieux, l’outil est gratuit ! Mais il est plus performant en version payante. 

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    magazine-Archimag
    Dans la course à l’innovation, difficile d’affronter la concurrence avec de vieux outils. Mais d’abord, peut-on encore parler de gestion électronique de document (Ged), de gestion de contenu ? De quels types d’outils les entreprises ont-elles besoin ? Un observateur nous éclaire.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    des bibliothèques proposant des ressources numériques ont constaté depuis le début du confinement une augmentation des usages de leurs ressources en ligne, selon une enquête flash menée par le ministère de la Culture fin mars 2020.
    Publicité

    Veille 2020.PNG