Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comment faire une veille efficace sur Twitter ?

  • veille_twitter.jpg

    veille-twitter
    Astuce : un opérateur permet de sélectionner les tweets les plus appréciés par les twittos. (Freepik)
  • Incontournable agora numérique où le pire côtoie le meilleur, Twitter mérite l’attention des professionnels de l’information-documentation. À condition d’adopter les gestes qui sauvent...

    500 millions de tweets diffusés chaque jour. Plus de 330 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde. Près de 11 millions de twittos actifs en France... Il y a deux façons de définir ce qu’est Twitter : un tout à l’ego indigeste et repu de haine ou bien un gisement d’informations de qualité produites collectivement. Avec un peu de méthode et quelques outils gratuits, il est possible de séparer le bon grain de l’ivraie : sélection des comptes à suivre, création de listes, outils et opérateurs de recherche, et conversion de Twitter en flux RSS.

    1. Sélectionner des comptes à suivre

    Le sourcing est la pierre angulaire du veilleur. Mais comment trouver les comptes les plus fiables et les plus intéressants ? D’abord vérifiez la mini-biographie associée au compte Twitter qui souvent renvoie vers un blog ou une page de type LinkedIn : cela donne une vue plus précise de l’intérêt du compte. Jetez ensuite un œil au nombre d’abonnés. Mais en gardant bien à l’esprit que la taille ne fait pas tout ! Des comptes incontournables comme ceux de Christophe Deschamps (@crid) ou Frédéric Martinet (@actulligence) comptent entre 5 000 et 6 000 abonnés. Comparés à celui de Cyril Hanouna (6 millions de suiveurs), il n’y a pas photo. Mais les professionnels de la veille savent où ils mettent les pieds.

    Il est également possible de recourir aux suggestions de Twitter qui sont calculées selon vos propres centres d’intérêt. Il s’agit là d’un moyen simple et fiable pour trouver des sources d’information pertinentes. Un peu plus compliqué, « Twitter search » avancé permet d’appliquer une série de filtres (langue de rédaction, lieux de production, dates…) pour découvrir de nouvelles sources.

    En revanche, on évitera de passer par la colonne « Tendances pour vous » qui se contente de remonter les sujets en vogue et les tweets futiles. À l’usage, ces suggestions ne sont guère convaincantes.

    Autre méthode « à l’ancienne », mais plus chronophage : chercher le compte Twitter des blogueurs, sites d’information, entreprises et institutions que l’on a l’habitude de suivre pour leur fiabilité. Quasiment tous disposent d’un compte. 

    2. Créer des listes

    Une liste regroupe un certain nombre de twittos autour d’une thématique. Très utile pour mener une veille collaborative avec d’autres internautes, la liste présente l’avantage de centraliser dans un seul espace les tweets en relation avec la thématique de la liste.

    Pour créer une liste, trois clics suffisent : après avoir nommé et décrit cette liste, il suffit de choisir entre « publique » (ouverte à n’importe qui) et « privée » que vous serez le seul à pouvoir consulter. Une fois cette liste créée, vous pouvez facilement ajouter un compte en cliquant sur « Ajouter ou retirer de vos listes… » à partir de la roue crantée en haut de l’écran. Détail intéressant pour les professionnels qui mènent une veille concurrentielle : il n’est pas indispensable de s’abonner à compte pour l’insérer dans la liste. On peut ainsi suivre un concurrent sans qu’il le sache.

    Notons par ailleurs qu’un même compte peut être ajouté à un nombre illimité de listes : il suffit de cocher les cases correspondant aux listes souhaitées. 

    3. Utiliser les outils de recherche

    Twitter propose d’effectuer une recherche via un champ de saisie (avec une loupe) situé en haut de page. Attention ! Si l’on fait une recherche autour du terme « veille », Twitter remontera indifféremment tous les tweets incluant le mot « veille » : « la veille du match… » ou....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    magazine-Archimag
    Dans la course à l’innovation, difficile d’affronter la concurrence avec de vieux outils. Mais d’abord, peut-on encore parler de gestion électronique de document (Ged), de gestion de contenu ? De quels types d’outils les entreprises ont-elles besoin ? Un observateur nous éclaire.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !