Publicité

Pollution numérique : et si on profitait du confinement pour faire un grand nettoyage ?

  • pollution_numerique_confinement_nettoyage.jpg

    covid-19-pollution-numerique-nettoyage
    Une association lance un appel : tous les internautes sont invités à profiter du confinement lié à la pandémie de coronavirus (covid-19) pour lutter contre la pollution numérique. (Freepik)
  • Toujours aussi soucieuse des problématiques liées à l’environnement, l’association World CleanUp Day France a profité du confinement pour lancer un appel à la mobilisation afin de lutter contre la pollution numérique. Le but : rassembler les citoyens autour d’une vaste opération de nettoyage 100 % digital afin de rendre le monde plus propre. Une initiative écologique qui fait écho à la Journée mondiale du nettoyage de la planète, dont la 3e édition est prévue le 19 septembre prochain. Les détails. 

    En novembre 2019, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) alertait sur l’impact environnemental du numérique, aujourd’hui responsable de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, dont 47 % imputables aux équipements des consommateurs (ordinateurs, smartphones et autres tablettes notamment) et 25 % aux data centers.

    Afin de limiter les dégâts, l’association World CleanUp Day France, qui rassemble chaque année des milliers de citoyens le temps d’une journée dédiée au nettoyage de la nature, a décidé de profiter du confinement pour mettre en place une opération inédite.

    Un CleanUp depuis son domicile

    Le 20 mars dernier, l’organisme a lancé un vaste « appel à la mobilisation numérique » adressé aux millions de Français contraints de rester chez eux dans un contexte de crise liée au Covid-19. Profitant de la situation, World CleanUp Day France propose à chacun de s’engager dans un « CleanUp numérique » visant à réduire la pollution liée aux technologies du quotidien. 

    « L’enjeu est de donner envie à chacun d’avancer et d’agir concrètement en matière de lutte contre les déchets (cette fois, numériques), même en période de confinement », explique l’association. « De cette manière, vous vous protégez en respectant les consignes du gouvernement, vous protégez les vôtres et vous faites du bien à la planète en allégeant votre impact environnemental ! ».

    Des opérations déjà suivies

    Afin de rassembler un maximum de participants, c’est sur les réseaux sociaux que l’organisme partage chaque jeudi ses astuces : tri et suppression de mails inutiles, conseils pour un usage responsable du streaming (qui représente 60 % des flux de données sur le web, comme le rappelle Greenpeace), effacement des données obsolètes, suppression des applications peu utilisées, etc. Chaque internaute peut ainsi prendre part à cette initiative grâce aux hashtags (mots-clics) #cyberchallenge et #cybercleanup.

    Malgré des débuts timides (13 publications sous ce second hashtag sur Instagram), trois sessions ont d’ores et déjà eu lieu sur les réseaux sociaux avec des thématiques diverses : « Trier et supprimer mes applications » le 19 mars, « Trier et organiser mon ordinateur » le 26, puis « Trier et ranger mes photos » le 2 avril. Autant d’actions positives qui pourraient avoir un impact non négligeable sur l’environnement.

    La 3e édition de la Journée mondiale du nettoyage de la planète se prépare

    Pour autant, cet appel au nettoyage numérique ne fait pas oublier à l’association la 3e édition du fameux World CleanUp Day, qui se tiendra le 19 septembre 2020 à l’occasion de la Journée mondiale du Nettoyage. L’association espère faire encore mieux qu’en 2019, où 265 000 personnes avaient récolté quelques 842 tonnes de déchets. 

    « Notre challenge, pour cette édition 2020, est de franchir le cap du million de participants. Un focus particulier est apporté à la mobilisation de la jeunesse ; de la maternelle, jusqu’aux études supérieures. L’objectif est de mobiliser 3,5 millions de personnes en France, soit 5 % de la population ; le seuil nécessaire pour engager un changement réel dans la société », conclut World CleanUp Day France.
     

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Archimag-Ecologie-numerique
    La dématérialisation est-elle écologique ? Avec le numérique, est-on respectueux de l’environnement ? À l’heure où se multiplient les alertes sur la santé vacillante de la planète, ces questions méritent d’être approfondies. Rapidement, on constate que les paramètres sont multiples et les enjeux complexes.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité