Article réservé aux abonnés Archimag.com

Écologie digitale : l'impact du numérique sur l'environnement n'est pas virtuel !

  • ines_leonarduzzi.jpg

    Ines-Leonarduzzi-ecologie-numerique
    Inès Leonarduzzi rappelle que les entreprises sont les premiers foyers de pollution numérique atmosphérique. Selon elle, "les centres de données sont les usines du 21e siècle". (DR)
  • Rencontre avec Inès Leonarduzzi, présidente de Digital for the Planet, qu’elle a fondé en 2017 pour faire la promotion de l’écologie digitale dans le monde. La même année, elle a également créé l’association Women Inspiring Talks, un réseau de femmes entrepreneures basé sur l’échange et l’entraide. Pour Archimag, elle revient sur les définitions de pollution numérique et d'écologie numérique, ainsi que sur les mesures que peuvent (doivent) prendre les entreprises pour limiter leur impact environnemental. 

    Guide-veille-nouveaux-fondamentaux>>> Si l'écologie numérique et la pollution digitale vous intéressent, découvrez le dossier spécial "Passez à l'écologie numérique" du numéro 329 d'Archimag. La dématérialisation est-elle écologique ? Avec le numérique, est-on respectueux de l’environnement ? Vous saurez tout grâce à ce dossier complet. Découvrez son sommaire !

     

    En quoi le numérique est-il source de pollution ?

    Il l’est d’abord d’un point de vue atmosphérique. Nous savons maintenant tous que la fabrication et le recyclage de nos appareils électroniques sont extrêmement polluants. Les nanotechnologies ont besoin de métaux dont l’approvisionnement à travers le monde entraîne des conflits armés, une surexploitation des ressources naturelles et une pollution croissante (sols, air, eau, etc.) en plus de graves inégalités sociales.

    >Lire aussi : L'écologie numérique : infographie, chiffres-clés et conseils pour une dématérialisation plus verte

    La question des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE), et dont les experts estiment qu’ils devraient atteindre les 52,2 millions de tonnes d’ici 2021, est aussi problématique. La majeure partie d’entre eux, produits aux États-Unis et en Europe, sont exportés illégalement vers l’Inde, la Chine ou l’Afrique, et s’entassent dans des décharges à ciel ouvert extrêmement toxiques pour les populations, les sols et l’air. L’air n’ayant pas de frontières, nous sommes tous concernés.

    Avec d’autres acteurs, nous avons réalisé un important travail ces deux dernières années pour mesurer et révéler à l’aide de chiffres à quel point les usages du numériques sont aussi très polluants. Par exemple, beaucoup de gens ignorent encore qu’envoyer un email contenant une pièce jointe d’un mégaoctet dépense autant d’énergie qu’une ampoule allumée pendant une heure. Ou que l’impact écologique annuel de l’industrie du spam est le même que celui de trois millions de voitures.

    Nos cerveaux ne peuvent ressentir des dangers que nos sens ne peuvent pas percevoir, mais de tels chiffres peuvent les y aider. Le numérique est une industrie comme une autre et son impact sur l’environnement n’est pas virtuel : les centres de données sont les usines du 21e siècle.

    >Lire aussi : Écologie numérique : 10 conseils pour réduire votre empreinte numérique !

    Le numérique engendre-t-il d'autres types de pollutions ?

    Oui. Par exemple, la pollution numérique intellectuelle décrit la façon dont les technologies, quand elles sont censées nous tirer vers le haut et décupler nos potentiels, nous font au contraire parfois régresser, que ce soit d’un point de vue cognitif ou au niveau de notre intelligence collective.Il en va de même pour ....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-archivistes-culture
    Combien d'oeuvres, combien d'événements s'appuient sur des archives pour leur réalisation ? A la manoeuvre ou apportant leur contribution, les archivistes qui endossent cette mission de valorisation parallèlement à celle de conservation.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre moyen de journées télétravaillées chaque mois.
    Recevez l'essentiel de l'actu !
    Publicité