Publicité

Les éditeurs français de logiciels anticipent une baisse de leurs revenus

  • covid_editlogiciel.jpg

    La filière logicielle française va être confrontée à une baisse de son chiffre d'affaire en 2020 (Pixabay / lmonk72)
  • La crise sanitaire du Covid-19 conduit les acteurs de la filière logicielle à réduire la voilure dans certaines de leurs dépenses.

    - 12 % au premier semestre 2020 et - 13 % au second semestre. C'est la baisse du chiffre d'affaires que devraient connaître les éditeurs français de logiciels et solutions internet au cours de l'année 2020 par rapport à 2019. 

    Selon une enquête réalisée par Tech In France auprès d'une centaine d'acteurs de la filière logicielle basés en France, la crise sanitaire a un impact direct sur leur activité : "cette baisse est la conséquence de la forte diminution anticipée des revenus liés au nouveaux contrats (-25 % pour le premier semestre et -23% pour le second semestre) alors que le revenu récurrent est en légère diminution (entre -3 et - 4 %)".

    Le revenu logiciel (licence, maintenance, support et abonnement), principal indicateur de l’activité économique des éditeurs, pourrait décroître de plus de 6 % en 2020 alors que ce revenu avait enregistré une hausse de 6,6 % en 2019.

    35 % des éditeurs envisagent des coupes budgétaires

    Alors qu'un climat d'incertitude prévaut au sein des entreprises, Tech In France signale que 38 % des entreprises interrogées enregistrent des demandes de renégociation de contrats et 35 % des demandes d'interruption de contrats de la part de leurs clients. 

    Conséquences : 35 % des entreprises interrogées prévoient des coupes budgétaires pour un total de 13 % de leurs dépenses en moyenne. Et 58 % décident de réduire leur budget marketing et communication de 21 % en moyenne. 

    En revanche, moins d'un quart (23 %) ont décidé de réduire les investissements sur le cœur métier : la recherche et développement. 

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.
    Publicité