Publicité

Numérique et environnement : le gouvernement présente sa feuille de route

  • numerique_ecologie.jpg

    le gouvernement entend faire converger numérique et écologie (Guillaume de Germain)
  • L'exécutif entend privilégier une filière numérique respectueuse de l'environnement. L'Etat prendra sa part en favorisant l'achat de matériel informatique reconditionné.

    Le gouvernement a fixé le cap : faire converger le numérique avec l'exigence environnementale. Un chemin qui sera long et difficile. Aujourd'hui, plus de 75 % de l'impact environnemental en France (émissions de gaz à effet de serre, consommation d'eau et de
    ressources) se concentre sur la phase de fabrication des équipements numériques. Le flux de déchets d'équipements électriques et électroniques augmente de 2 % par an en Europe.

    Et, individuellement, chacun doit doit balayer devant sa porte. Une écrasante majorité de Français (88 %) change de téléphone portable alors que l'ancien fonctionne toujours. Résultat : entre 50 et 100 millions de téléphones dorment dans nos tiroirs. Pour rappel, pas moins de 70 matériaux différents, dont 50 métaux sont nécessaires pour fabriquer un smartphone.

    Collecte obligatoire de données environnementales

    Face à cette situation, les ministres Barbara Pompili et Cédric O ont présenté la feuille de route du gouvernement. Un baromètre environnemental des acteurs du numérique sera mis en place dans les prochains mois. Piloté par l'Arcep et l'Ademe, il s'appuiera sur une collecte annuelle obligatoire de données environnementales auprès des acteurs du numérique.

    L'Etat devra lui aussi se montrer "exemplaire" et privilégier l'achat de téléphones portables et de matériel informatique reconditionné. Un objectif de 20 % a été fixé par le gouvernement.

    La Mission French tech, quant à elle, accompagnera les jeunes pousses les plus impliquées dans le respect de l'environnement.

     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.