Article réservé aux abonnés Archimag.com

Pour un cloud européen garant de notre indépendance numérique : extraits

  • cloud_europe.jpg

    cloud-europe-souverainete-numerique
    Les extraits de "Pour un cloud européen garant de notre indépendance numérique", coécrit par Stanislas de Rémur, Cédric Mermilliod et Édouard de Rémur ont été reproduits avec l'autorisation des éditions du Cherche Midi. (Freepik/macrovector)
  • Il y avait eu les initiatives Cloudwatt et Numergy. Mais face à l’hégémonie des américains Amazon, Microsoft et Google, et au risque de transmission de données françaises vers l’extérieur, l’idée d’un cloud souverain semble compter de plus en plus de voix pour la soutenir. Ainsi, vient de paraître aux éditions du Cherche Midi « Pour un cloud européen » , coécrit par Stanislas de Rémur, Cédric Mermilliod et Édouard de Rémur, cofondateurs de la société Oodrive. L’ouvrage est préfacé par Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique et des Communications électroniques. Extraits reproduits avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

    Temps de lecture : 7 minutes.

    mail Découvrez le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée à la transformation numérique des organisations.

    1. "Retrouver son indépendance

    livre-cloud-europeen“Les acteurs français et européens ont compris — certes tardivement — que la maîtrise, l’analyse et la compréhension de leurs données représentaient des enjeux importants, à la fois économiques, stratégiques et éthiques. La pandémie de coronavirus n’a fait qu’accentuer cette prise de conscience et elle l’a portée au-delà du numérique. Des utilisateurs de la solution de visioconférence Zoom se sont, par exemple, aperçus que des anonymes s’étaient discrètement introduits dans leurs conversations. Certaines entreprises, préoccupées de savoir où étaient hébergés les dossiers et les données que leurs collaborateurs en télétravail partageaient en ligne, ont découvert qu’ils étaient stockés sur des serveurs installés… en Chine. Ce qui était alors considéré comme un concept passéiste est subitement devenu un enjeu d’actualité : notre souveraineté ne doit pas être négociable ! Et dans le contexte de la crise sanitaire et de la numérisation accélérée qu’elle a entraînée, cela s’applique également aux données et au cyberespace. L’Institut de la souveraineté numérique n’hésite pas à affirmer que « les instruments fondamentaux de la souveraineté sont devenus indiscernables des outils de la puissance technologique » ! (p. 39)

    enlightenedLire aussi : Cloud européen Gaia-X : le French Hub se met en place

    “Pour nous, la souveraineté européenne consiste à reprendre le contrôle du cloud et des données en Europe, c’est-à-dire à assurer la sécurité et la confidentialité de nos données. La souveraineté ne doit pas seulement s’envisager dans les aspects matériels du numérique, mais bien pour ce qui en crée toute la valeur, à savoir les datas ! Certes, le Règlement général sur la protection des données (RGPD), entré en vigueur en mai 2018, a été un premier pas dans cette direction, mais il faut aller plus loin. Concrètement, il faut que nous puissions gérer nos données en toute indépendance, que nous soyons libres de les exploiter nous-mêmes pour le bien de nos sociétés, de les vendre ou non, sans dépendre d’entreprises ou de puissances étrangères, sans être soumis à d’autres législations que celles de l’Europe et de ses pays membres. Faute de quoi, nous nous exposons à des risques économiques, de cybersécurité, d’espionnage industriel ou d’exploitation et de monétisation de nos données à notre insu. Car ce sont bien aujourd’hui les données qui concentrent la valeur. (p. 39-40)

    enlightenedLire aussi : Cloud public ou cloud privé : quel hébergement choisir pour ses données ?

    2. "Une prise de conscience tardive

    “Ce n’est qu’en juillet 2018 que le gouvernement a présenté sa stratégie en matière de cloud. L’objectif ? « Développer l’usage du cloud par les administrations, les établissements publics et les collectivités territoriales d’ici à trois ans. » L’État souhaitait développer une offre de cloud hybrid....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    veille-evaluer-redeployer
    Une veille est installée, elle est en accord avec la stratégie et les besoins exprimés pour les projets en cours. Mais elle peut s’essouffler (baisse des remontées d’informations, baisse d’efficacité pour les usagers…) ou être confrontée à un nouvel événement qui la remet en question. Il est donc temps de faire un bilan pour l’évaluer et définir comment la redéployer.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    Couv demat 2020.png