Publicité

L'Etat demande à ses agents de ne plus utiliser Microsoft Office 365

  • dinum-microsoft.jpg

    L'Etat demande à ses agents de ne plus utiliser Microsoft Office 365
    L'Etat promeut sa doctrine "cloud au centre" sans recourir aux GAFAM (Timothy Muza)
  • Selon une note de la Direction interministérielle du numérique, la suite bureautique de Microsoft n'est pas conforme à la "doctrine Cloud au centre" édictée par l'Etat.

    C'est une nouvelle qui ravira les partisans d'une souveraineté numérique française. Dans une note en date du 15 septembre 2021 adressée aux ministères, Nadi Bou Hanna, directeur général de la Direction interministérielle du numérique (Dinum), demande aux agents de l'Etat de ne plus utiliser la suite bureautique de Microsoft : "les solutions collaboratives, bureautiques et de messagerie proposées aux agents publics relèvent des systèmes manipulant des données sensibles. Ainsi, la migration de ces solutions vers l'offre Office 365 de Microsoft n'est pas conforme à la doctrine Cloud au centre".

    Cette note fait suite à une circulaire du 5 juillet 2021 relative à la doctrine d’utilisation de l’informatique en nuage par l’État. Ce texte, signé par le Premier ministre Jean Castex, a pour amibtion de définir la doctrine d'utilisation de l'informatique en nuage par l'État dite "cloud au centre".

    Dérogation pour les projets les plus avancés

    La Dinum laisse cependant une porte de sortie aux "projets très avancés" qui pourront utiliser la suite Microsoft à titre dérogatoire. "Cette dérogation se limiterait aux seuls services de messagerie et de drive personnel pour une durée limitée à  mois après la date à laquelle une offre de cloud acceptable sera disponible en France". 

    Reste à savoir si la Dinum a l'intention d'élargir cette interdiction à d'autres suites collaboratives (Google par exemple...) susceptibles de ne pas être conformes à la doctrine "Cloud au centre.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité