Publicité

Fraude documentaire : la start up Finovox lève 1,9 million d'euros

  • finovox.png

    Fraude-documentaire-start-up-Finovox-leve-1,9-million-euros
    Marc de Beaucorps, Théophile du Portal et Pierre-Alexis Gouzien co-fondateurs de Finovox (Finovox)
  • Face à l'explosion et à la diversification de la fraude documentaire, la jeune pousse française entend consolider ses positions sur un marché très prometteur.

    La start-up française Finovox, spécialisée dans la détection de faux documents, a procédé à une levée de fonds de 1,9 million d'euros auprès de plusieurs investisseurs dont Shapr Ventures qui cible les jeunes pousses technologiques.

    Cette levée de fonds permettra à Finovox de consolider ses positions sur le marché très prometteur de la détection de faux documents. Alors que la fraude documentaire se diversifie (utilisation de faux documents, contrefaçon, usurpation d'identité...) et dépasse les 40 milliards d’euros de préjudice par an en France, l'éditeur propose une solution en deux volets : une API qui s'intègre dans le système d’information de chaque entreprise et qui permet une analyse continue de l’ensemble des documents ; et une solution SaaS qui analyse les documents suspects pour fournir un maximum d'informations sur les fraudes via ses outils d’investigation (vues 3D, mises en lumière d’une zone, historique des versions du document, etc.).

    Diviser par 6 la fraude documentaire

    "Finovox veut utiliser les fonds levés pour accélérer son développement, aussi bien d’un point de vue produit fonctionnel que R&D" explique la société qui a pour ambition de "créer la solution anti-fraude la plus performante et complète du marché." L'éditeur travaille également à l’obtention des certifications ISO 27001 et ISO 27701.

    Fondée en 2019 par Marc de Beaucorps, Théophile du Portal et Pierre-Alexis Gouzien, Finovox revendique une solution "qui permet de diviser par 6 la fraude documentaire." La start-up compte parmi ses clients des grands groupes tels que Bouygues Telecom, mais aussi des ETI comme iCover, des néo-assurances comme Luko et Parachut ou encore des petites entreprises/start-up comme Codetek, Alvysion ou Goodliz.

     

     

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le montant total des pénalités infligées aux entreprises en 2022 - et à l'échelle internationale - pour le non respect du RGPD.