60 années d'archives "hors de contrôle" en Haïti

Un ouvrage dans les décombres de Port-au-Prince en 2010 Archimag

 

Le tremblement de terre de 2010 avait détruit de nombreux bâtiments publics dont les Archives nationales d'Haïti.

Près de quatre ans après le tremblement de terre qui a frappé Haïti, les archivistes dressent un terrible constat de la situation : "plus de 60 ans d'archives sont hors de contrôle" souligne Jean-Wilfrid Bertrand, le directeur général des Archives nationales d'Haïti. Les documents les plus menacés concernent les registres de l'état-civil et les documents administratifs délivrés par la présidence, les ministères, le parlement ainsi que les départements et municipalités.

Selon Jean-Wilfrid Bertrand, les archives haïtiennes sont menacées par un double danger : "il n'y avait pas de versements systématiques des archives produites par tous les ministères aux archives nationales, et les conditions de conservation sont catastrophiques". Une situation d'autant plus préoccupante qu'aucun inventaire n'a pu être réalisé après le séisme de 2010.

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a provoqué la mort de plus de 200 000 personnes et détruit les principaux bâtiments publics d'Haïti : palais présidentiel, ministères, Archives nationales et, dans une moindre mesure, la bibliothèque nationale.

Fondées le 20 août 1860, les Archives nationales d'Haïti sont l'une des plus anciennes institutions du pays. 

 

Le chiffre du jour
1
est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.