la mutation est bel et bien en cours

 

Les bibliothèques voient leurs pratiques évoluer, tant du point de vue des services aux lecteurs que des portails internet qui leur offrent une visibilité accrue. Mais la présence d’un SIGB robuste et aux fonctions de communication entre établissements reste essentielle.

 Lors d’un atelier tenu dans le cadre du Salon i-Expo au mois de juin dernier, plusieurs observateurs se sont interrogés sur la nouvelle génération de systèmes d’informationi documentaire. Leurs réflexions portaient sur les évolutions récentes dans le domaine du webi et leur impact sur les systèmes intégrés de gestion de bibliothèque (SIGBSystème intégré de gestion de bibliothèque Prologiciel de gestion informatique des différentes tâches d'une bibliothèque: catalogage des documents et gestion de leur circulation, ainsi que la gestion des acquisitions, des périodiques, des autorités.  ">i). Caroline Wiegandt ,directrice de la médiathèque de la Cité des sciences et del’industrie à Paris et trésorière de l’Association des professionnels de l’information et de la documentationi, y avait procédé à quelques rappels : les premiers SIGB sont apparus dans les années 1970 et n’ont depuis jamais cessé d’innover. C’est ainsi que des modules fenêtrés et multitâches ont permis l’intégration de fonctions auparavant séparées ; les années 1990 ont vu l’émergence d’applications liées au développement du web. Aujourd’hui, il semble bien que les ressources numériques constituent un « point de rupture », selon l’expression de Caroline Wiegandt. En effet, les collections numériques, les abonnements électroniques et autres cédéroms ont progressivement enrichi les fonds documentaires gérés par les médiathèques.
 
dérive cosmétique

Mais il ne faudrait pas pour autant oublier les missions premières du SIGB. Didier Pied, directeur commercial de Décalog, met les pieds dans le plat : « Nous assistons à une dérive vers l’aspect cosmétique des SIGB, au détriment de leurs fonctionnalités. C’est le cas des SIGB utilisant les couvertures numérisées de livre proposées par Amazon. Tout cela est très beau, mais que se passera-t-il lorsque ces images deviendront payantes. Depuis deux ou trois ans, une tendance est apparue, elle consiste à jeter les catalogues aux orties... pour ne pas dire les SIGB eux-mêmes ! L’un des problèmes des interfaces esthétiques, c’est qu’elles ne respectent pas toujours la charte W3CWorld Wide Web Consortium Organisation internationale qui définit les recommandations pour les technologies du web. Développe également des  protocoles communs pour l’évolution du web. Pour en savoir plus http://www.w3.org/  ">i censée assurer l’accessibilité à l’information. Il est devenu très difficile pour les éditeurs de convaincre les bibliothèques d’acquérir un SIGB sobre et pertinent plutôt qu’un SIGB esthétique, mais aux fonctions limitées ».
 
phonétisation des autorités

Il est vrai que les interfaces riches ont tendance à gagner l’univers des SIGB. Mais au-delà de leur dimension esthétique, la problématique des usages doit être posée. Didier Pied constate que « le problème des doublons apparus lors d’une recherche reste un souci pour de nombreux bibliothécaires. Un SIGB de qualité doit proposer une phonétisation des autorités afin d’éviter ces doublons. La notion de pertinence des résultats est essentielle. Malheureusement, je constate que certains jeunes bibliothécaires, marqués par une forte culture web, ont tendance à se concentrer sur les services aux usagers, plutôt que sur les fonctionnalités des SIGB ».
Du côté d’Opsys, éditeur du SIGB Aloes, on confirme que « le métier de bibliothécaire évolue depuis quelques années ». Selon Thierry Ponset, PDG d’Opsys, « les supports se multiplient, se consultent à partir d’outils différents – bornes, catalogues en ligne (Opaci), etc. –et se dématérialisent. La mutation des publics et de leurs besoins demeure une réalité quotidienne ». Cela débouchera-t-il sur des changements ? « Le marché reste actif, mais évolue. Les prochaines années verront les comportements des éditeurs de logiciel se modifier profondément vers la rationalisation de la gestion des collections et d’une plus grande offre de services au public ». Une vision du marché que ne dément pas Nicole Olivier, directrice commerciale de JLB Informatique, pour qui « les demandes des bibliothèques ne changent pas de façon fondamentale. Certaines nécessitent un peu plus de visibilité par le biais de portails internet">i. Quant aux demandes liées aux SIGB eux-mêmes, les évolutions notables portent surle client-web et la numérisation des fonds ».
 
des fondations solides

Jean-François Piat, directeur France de la division bibliothèque chez Infor, estime que le marché des SIGB se dirige vers le web 2.0i : « les retours d’information de nos commerciaux et ingénieurs, en contact permanent avec les bibliothèques, montrent que leurs demandes concernent davantage l’aspect collaboratif : possibilité d’annoter les notices de l’Opac, attribution de notes ou d’étoiles sur la valeur des documents comme sur les sites marchands, etc. Nous sommes également attentifs aux témoignages des clubs utilisateurs. Nos plans de développement à un an tiennent compte de toutes les tendances». Mais Jean-François Piat, à l’instar de ses concurrents, considère qu’un SIGB doit être avant tout robuste et proposer l’automatisation plutôt que l’esthétique : « les fondations ont l’obligation d’être solides ! Si l’interface est belle, c’est un plus, mais ce n’est pas l’essentiel ».
 
intégrateurs

D’autres acteurs, n’étant pas des éditeurs purs, interviennent sur le marché des systèmes intégrés de gestionde bibliothèque, tels les intégrateurs de SIGB dans un portail internet et dans tout autre environnement numérique. Philippe Martin, responsable du créneau patrimoinei culturel digital chez Jouve, explique que « les éditeurs de SIGB proposent toujours plus de services et commencent à piétiner le terrain des intégrateurs. Le marché de renouvellement reste moins lucratif que celui d’une première acquisition. Mais les SIGB ne sont pas tous en mesure de proposer des fonctionnalités telles qu’assurer le lien avec une solution RFIDi ou un système de paiement par carte pour imprimante ». De toute évidence, l’axe de développement des SIGB repose sur une communication accrue, aussi bien entre les bibliothèques que de celles-ci vers les lecteurs. De nouveaux défis pour les éditeurs et les bibliothécaires.

 

Le chiffre du jour
1
est en moyenne signalée toutes les semaines dans les établissements de santé depuis janvier 2021. Les hôpitaux ont subi 27 cyberattaques majeures - qui ont effectué tout ou partie de leurs systèmes d'information - en 2020.