Publicité

Les États généraux de l'information avancent à petits pas

  • etats-generaux-informations-avancement.jpg

    etats-generaux-droit-information-avancement
    Les organisations professionnelles ont versé "150 à 200 propositions très élaborées" aux États généraux de l'information.
  • Annoncés le 13 juillet 2023 et lancés officiellement le 3 octobre dernier, les États généraux de l’information poursuivent leur travail. Entre contributions citoyennes et professionnelles et Tour de France… Où en sommes-nous ? Christophe Deloire, délégué général du comité de pilotage revient sur les avancements.

    À l'occasion de la Presse au Futur, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans Frontières et délégué général du comité de pilotage des États généraux de l'information, fait un premier point d'étape.

    Pour le moment, il est difficile de tirer les premières conclusions de cette initiative visant à élaborer une stratégie pour l'ensemble des questions informationnelles. "Nous nous attachons à travailler sur un champ très large allant de la qualité de l'information au financement du journalisme, en passant par l'utilisation de l'intelligence artificielle, des réseaux sociaux ou encore par l'éducation aux médias", explique Christophe Deloire.

    Lire aussi : Emmanuel Macron annonce des États généraux de l'information

    Les cinq groupes de travail nommés par le comité de pilotage ont déjà commencé à mener des auditions auprès de parlementaires, de professionnels de l'information, de partenaires sociaux et d'organisations syndicales.

    80 000 contributions citoyennes

    À ce jour, près de 4 000 citoyens ont participé au débat via la plateforme participative mise en ligne par le Conseil économique, social et environnemental (Cese). "Cela représente 80 000 contributions", précise Christophe Deloire. De leur côté, des organisations professionnelles ont versé "150 à 200 propositions très élaborées".

    Pour le délégué général du comité de pilotage des États généraux de l'information, la prochaine étape consiste à amplifier le travail d'auditions, à dépouiller les propositions reçues et à mobiliser les participants au Tour de France. Car si la question de l'information passionne, elle peine à trouver un large public.

    Lire aussi : États généraux de l’information : la consultation et les débats sont lancés

    À Auxerre, le mercredi 29 novembre dernier, la première journée de débats et d'ateliers n'a pas attiré les foules, avec une grande majorité de professionnels de l'information. "Tout le monde en parle, mais trouver des solutions pour améliorer la sphère informationnelle est plus compliqué… L'enjeu pour nous est d'arriver à atteindre toute la population. Nous nous interrogeons sur comment inciter les gens à participer", conclut Christophe Deloire.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité