Publicité

SGB mutualisés : 4 éditeurs sur la ligne de départ

  • bibliotheque_sigb.jpg

    Les premières bibliothèques recevront leur SGBM dès 2017 (Pixabay / ThirtyPegasus)
  • Dans le cadre du projet de Systèmes de Gestion de Bibliothèques mutualisés (SGBM), quatre éditeurs ont été retenus afin de fournir de nouveaux outils informatiques aux bibliothèques.

    Après seize mois de travail, quatre éditeurs ont été retenus par l'ABES dans le cadre du projet SGBM (Systèmes de Gestion de Bibliothèques mutualisés) : Decalog - Data Management, Ex-Libris, Linagora - Bibilibre, et OCLC. Le choix de ces quatre éditeurs a été acté au terme "d'une analyse poussée des solutions" explique l'Agence bibliographique de l'enseignement supérieur.

    Les quatre fournisseurs sont désormais habilités à équiper les 46 établissements documentaires d'une solution SGBM. Dès le printemps 2017, des sites pilotes seront les premiers à être dotés de logiciels avant un déploiement plus large.

    Trois objectifs

    Porté par l'ABES, le projet SGBM vise plusieurs objectifs. D'abord fournir un système de gestion locale mutualisé aux bibliothèques des établissements membres du réseau Sudoc. Ensuite fournir un outil de découverte local associé au système de gestion. Enfin, garantir l’articulation entre le SGBM et les systèmes nationaux de signalement administrés par l’ABES pour les bibliothèques.

    Le 12 décembre prochain, l'ABES et les sites pilotes organiseront une journée d'information à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) pour faire le point sur l'avancée des travaux.

     

    Sur le même thème : bibliothèques, quand les SIGB passent à la mutualisation

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    sponsoring_display_archimag_episode_6.gif