Chut !, le documentaire qui déclare son amour aux bibliothèques et à ceux qui y travaillent est sorti en salles

  • documentaire_chut_bibliotheque.jpg

    documentaire-chut-bibliotheque
    "Sans bruit, joyeusement, il se fabrique ici quelque chose d’important, d’invisible au regard pressé ou comptable", explique Alain Guillon, co-réalisateur du documentaire Chut! : "l’élaboration d’un nouveau contrat social" (DR)
  • "Il existe un lieu de gratuité et de rencontre où l’on combat les inégalités et la violence sociale, la bibliothèque de mon quartier". Les réalisateurs Alain Guillon et Philippe Worms ont posé leur caméra pendant un an au sein de la bibliothèque Robert Desnos de Montreuil, en Seine-Saint-Denis (93). Le résultat est "Chut...! Ici, à bas bruit se dessine un avenir", sorti en salles ce mercredi 26 février. Un documentaire comme une déclaration d'amour en huis-clos pour cette "Babel improbable" et pour les bibliothécaires qui y travaillent.

    affiche_chut_documentaire.jpgLe réalisateur Alain Guillon a toujours fréquenté les bibliothèques. Mais c'est en se rendant à l'atelier de conversation organisé par celle de son quartier, à Montreuil, alors que se déroulent en France de grands débats sur l'assimilation et l'intégration, que naît le projet du film "Chut...!".

    >Lire aussi : Laurène Pain-Prado : la bibliothécaire qui a le service public dans le sang

    "Je me suis dit qu'il se passait quelque chose à cet endroit, explique Alain Guillon ; c'était comme un résumé du monde avec, en toile de fond, comme une cartographie des conflits de la planète". Et à l'intérieur de la bibliothèque : le refuge.

    La bibliothèque contre la violence du monde

    Car c'est bien un "film de crise" que souhaitaient tourner les deux réalisateurs. "Nous voulions prendre notre temps, poursuit Alain Guillon ; s'offrir le 'luxe' du temps, d'un regard attentif et bienveillant sur la manière dont on lutte à cet endroit contre la violence du monde".

    Le réalisateur s'est alors littéralement installé à la bibliothèque, s'enquérant tous les matins auprès des bibliothécaires du planning de la journée. "J'étais 'embedded' comme on dit dans les journaux", s'amuse-t-il.

    >Lire aussi : Quel avenir pour les bibliothécaires ?

    Le rôle social des bibliothèques

    Si rien n'était vraiment défini au départ et si le film s'est construit au fur et à mesure du tournage, en découvrant le lieu et ses activités, mais aussi au gré des intuitions et des envies d'Alain Guillon et Philippe Worms, un fil conducteur les a néanmoins dirigés :

    "Ce qui nous a guidés, c’est le rôle social des bibliothèques aujourd’hui, poursuit Alain Guillon ; Quand j’étais petit, c’était la MJC qui jouait ce rôle, maintenant c’est la médiathèque. Il y a dans cet endroit un truc un peu magique, en premier lieu y faire entrer des gens qui pensent qu’une bibliothèque c’est pas pour eux, ce n’est pas leur place".

    CHUT...! Sortie 26 février 2020 from aaa production on Vimeo.

    Les bibliothécaires, ces producteurs d'espoir

    Les deux réalisateurs se sont particulièrement intéressés au métier de bibliothécaire : "nous devions filmer le travail dans les bureaux, pas seulement les ateliers mais tous les aspects du travail, explique Philippe Worms ; le prêt, les moments où on couvre les livres, où on les nettoie après usage, le ménage même".

    Le film pose également un vrai regard sur l'accueil et même sur les nombreuses réunions entre les agents, indispensables au bon fonctionnement des établissements.

    "Ce qui nous a le plus surpris, dans ce métier, c'est l'espoir qu'il fait naître, poursuit Alain Guillon ; on est dans un pays où il est de bon ton de critiquer la fonction publique ; qu’ils viennent voir, les grognons ! on a des gens qui font un travail formidable et qui ne comptent pas leur énergie".

    >Lire aussi : 24 heures dans la vie d'un bibliothécaire universitaire

    Un nouveau contrat social

    Le documentaire "Chut..." porte un regard émerveillé sur les vocations plurielles des bibliothèques : lieu d'accueil universel, voire de refuge, lieu de partage et de transmission, lieu de combat des inégalités, lieu d'une culture ouverte et curieuse, lieu de l'imaginaire... Pour les réalisateurs, la bibliothèque est surtout le lieu de "l'élaboration d'un nouveau contrat social".

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
    GP_62
    Les bibliothèques sont de vieilles institutions. Cependant, si elles restent des sanctuaires du savoir et des points de repère dans une ville ou sur un campus, elles n’en sont pas moins capables d’innovations, dans un monde qui change, pour attirer de nouveaux publics tout en gardant les anciens. Ces innovations s’opèrent par petites touches ou à travers de vastes chantiers. Les évolutions des usages forment le moteur de la transformation. Il est devenu nécessaire d’élargir les horaires d’ouverture, de faire davantage appel à l’automatisation, de procéder à des “mesures d’impact” et d’ajuster son offre. Les challenges sont nombreux : gestion des données de recherche, transition bibliographique, prêt numérique, mobilité, chatbot, question des communs, prêt d’objets, tenue d’ateliers, présence à travers les réseaux sociaux, maîtrise de l’expérience utilisateur… Logiciels, mobilier, automates et équipements divers : les moyens à la disposition des bibliothèques prennent aussi part à l’innovation.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag

    Commentaires (2)

    • Portrait de siroisb

      Bonjour, Votre article est très intéressant. Vous pouvez corriger cette erreur de frappe : en toile de fonds ( plutôt en toile de fond) ... Merci. Brigitte Sirois

      fév 26, 2020
    • Portrait de Clémence Jost

      Merci beaucoup Brigitte pour votre lecture attentive. Nous venons de corriger la coquille ! Bonne journée.

      fév 27, 2020
    Le chiffre du jour
    des bibliothèques proposant des ressources numériques ont constaté depuis le début du confinement une augmentation des usages de leurs ressources en ligne, selon une enquête flash menée par le ministère de la Culture fin mars 2020.
    Publicité

    banniere-archimag_2_0.gif

    doc 2020.PNG

    banniere GP52 web.png