Publicité

Valérie Pécresse annonce la dématérialisation des titres de transport franciliens

  • Le pass navigo pourrait être dématérialisé avant 2020 Nicolas Nova Flickr.jpg

    Le pass navigo pourrait être dématérialisé avant 2020 (Nicolas Nova / Flickr)
    Le pass navigo pourrait être dématérialisé avant 2020 (Nicolas Nova / Flickr)
  • Prendre le métro à Paris ou le RER à Saint-Denis, verser ses données dans le cloud et faciliter ses déplacements en région parisienne.

    « Le Pass Navigo va devenir le Smart Navigo », annonce Valérie Pécresse. La présidente de la région Île-de-France s'apprête à soumettre au conseil d'administration de l'organisme en charge des transports en commun parisien, le 1er juin, une série de mesures.

    Elle les présente avant tout, dans le Journal du dimanche du 22 mai, comme un moyen « d'améliorer la vie quotidienne des Franciliens ».

    Objectif zéro ticket

    La première échéance se profile dès 2018. Les abonnés aux transports en commun d'Île-de-France (RATP et SNCF) pourront utiliser une application mobile qui remplacera l'actuelle carte de transport. Le smartphone pourra directement servir à composter et à accéder aux stations.

    Les autres pourront également « recharger » leurs téléphones et leurs applications avec une sorte de crédit qui remplacera les achats de titre à l'unité.

    L'élue francilienne du parti Les Républicains prévoit que grâce à la généralisation du « Smart Navigo », « le ticket de métro sera supprimé à l’horizon 2021 ». Elle ne précise pas ce qui est prévu pour les usagers qui ne disposent pas d'un smartphone.

    Combiner les progrès technologiques

    Pour recharger son smartphone-billet, Valérie Pécresse souhaite que le paiement par carte bleue sans contact soit possible dans deux ans, d'abord dans les bus puis dans les trains et les RER.

    Le titre de transport dématérialisé serait un genre de carte unique pour plusieurs services de la région. La présidente du conseil régional souhaite qu'il permette de « payer tous les autres services de mobilité ».

    Elle cite les vélos et les voitures en libre service, le covoiturage et les taxis mais aussi les parkings, les musées, les événements culturels et les hôtels. Elle n'évoque pas les besoins, pour y parvenir, de coordination entre les structures gestionnaires de ces différentes activités.

    Données centralisées contre la pollution

    Grâce à ce système de paiement unique, « toutes les données de mobilité seront donc centralisées par le Syndicat des Transports d’Île-de-France (qui gère principalement les transports en commun de la région) et disponibles en temps réel ».

    L'exploitation de cette masse de données par une batterie d'algorithmes devrait donner naissance à un « calculateur d’itinéraire nouvelle génération, prédictif et prévisionnel du trafic » pour optimiser les suggestions de déplacements et réduire les embouteillages et la pollution. C'est ce type d'algorithme prédictif qu'utilise par exemple l'application Bikepredict pour aider les cyclistes à trouver une borne Vélib disponible selon l'horaire de leurs trajets.

    D'un point de vue plus individuel, Valérie Pécresse promet également que ces données permettront de proposer automatiquement à chaque usager un tarif plus adapté à ses habitudes.

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Archimag
    Pas à pas, l’administration avance vers un service public 100 % dématérialisé, comme le veut le programme Action publique 2022. Où en est-on aujourd’hui ? Dans quel esprit les projets sont-ils menés ? La direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (Dinsic) et la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) font le point. Ministère de la Culture, gendarmerie et Pôle Emploi font part de leurs expériences. Des outils spécifiques peuvent être à l’oeuvre. Les Maisons de services au public s’élèvent contre l’illectronisme.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
    archimag-guide-dematerialisation
    Cherchant à toujours mieux répondre aux besoins des activités privées et publiques, la dématérialisation ne cesse d’évoluer. Selon le contexte, telle approche conviendra mieux qu’une autre… Affaire d’état du système d’information, de gouvernance et de stratégie. Mais derrière l’engouement pour le cloud (Saas), le marché doit être décrypté. De la Ged au réseau social d’entreprise, de multiples briques et assemblages peuvent servir la dématérialisation, tandis que l’intelligence artificielle bouscule les habitudes. Les derniers impératifs juridiques sont rappelés. Les concepts et les normes utiles sont décrits. Des méthodes montrent comment analyser ses processus et flux documentaires et élaborer le Swot déclencheur de son projet de dématérialisation. Comment se lancer dans la mise en oeuvre ? En connaissant les outils, matériels et logiciels, en acquérant de la méthode et en prenant exemple sur des retours d’expérience : gestion du courrier, traitement de la facture, signature électronique, coffre-fort numérique, automatisation des processus.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Couv demat 2020.png