Article réservé aux abonnés Archimag.com

Digital asset management (Dam) : l'intelligence artificielle automatise le traitement des photos, sons et vidéos

  • digital-asset-management-intelligence-artificielle.jpg

    Dam-digital-asset-management-IA-intelligence-artificielle-photo-video
    "Nous explorons 2 principaux axes de recherche : le sous-titrage automatisé du son des vidéos et la détection de visages dans les photos et les vidéos", explique André Capurro d'Orkis, qui propose une solution de digital asset management (Dam). (Freepik)
  • Les spécialistes des solutions de gestion des actifs numériques (Dam pour digital asset management) se mettent de plus en plus souvent en capacité d’entraîner des intelligences artificielles (IA) via leurs propres technologies ou celles de tiers. L’objectif ? L'automatisation des traitements sur les images, les sons et les vidéos… Décryptage.

    Temps de lecture : 6 minutes

    guide-gestion-ressources-multimedia-digital-asset-management>>>Vous souhaitez en savoir plus sur la gestion des ressources multimédia et le digital asset management (Dam) ?
    Découvrez le dernier guide pratique d'Archimag sur le sujet : Gérer et valoriser ses ressources multimedia

    Découvrez comment et avec quels outils stocker, gérer et valoriser l'ensemble de vos ressources multimédia ! Car les images fixes ou animées sont au coeur de nombreux métiers (marketing, communication, documentation, patrimoine...) !

    enlightenedLire aussi : Comment gérer et valoriser vos photos et vidéos ? Voici les meilleurs méthodes et outils !

    Toujours aussi bouillonnant, voire "encombré", le marché du Dam (les solutions de gestion des actifs ou des ressources numériques) est au niveau international dominé par une quinzaine d’éditeurs, tels Adobe (avec Adobe Experience Manager), Aprimo, Celum, MediaBeacon, Nuxeo et OpenText (avec OpenText Digital Asset Management).

    Ils se distinguent, d’après l’institut de recherche Forrester, par l’intuitivité et l’ergonomie de leurs interfaces, qui se doivent d’être simples et faciles à utiliser par tous les collaborateurs, et par leurs capacités à s’intégrer avec les outils permettant aussi bien de créer des contenus numériques que de les diffuser.

    Mais ils se démarquent surtout par les avancées dans l’utilisation de l’intelligence artificielle ou de l’apprentissage automatique (machine learning) pour enrichir les contenus numériques et les catégoriser dans de toutes petites entités potentiellement réutilisables.

    enlightenedLire aussi : Photos, vidéos, sons : quel logiciel choisir pour gérer vos ressources multimédia (avec comparatif) ?

    Partenariats avec les Gafam

    Pour cela, il est possible d’utiliser avec les plateformes de Dam les solutions d’éditeurs spécialisés à 100 % dans l’intelligence artificielle appliquée aux images, aux textes ou aux vidéos (Clarifai ou Vue.ai, par exemple).

    Les éditeurs spécialisés peuvent exploiter depuis leurs outils (à un tarif intéressant) des interfaces de programmation (API) d’outils de traitement des images développés par plusieurs géants du numérique.

    C’est le cas de la technologie de deep learning (apprentissage profond) Amazon Rekognition, facturée proportionnellement au nombre d’images traitées. Elle permet entre autres d’identifier des objets, des scènes, des visages ou du texte dans des images et des vidéos.Google suit un modèle économique comparable et propo....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    magazine-Archimag-numerisation
    Dans le privé comme dans le public, les besoins en numérisation sont encore nombreux. La tentation de vouloir tout numériser ne tient pas longtemps lorsque l’on se pose la question du coût, ou d’abord celle de l’utilité. Records managers et archivistes le savent, mais ne sont pas forcément aux manettes.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    des bibliothèques proposant des ressources numériques ont constaté depuis le début du confinement une augmentation des usages de leurs ressources en ligne, selon une enquête flash menée par le ministère de la Culture fin mars 2020.
    Publicité

    Couv demat 2020.png