Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comparatif 2018 : comment choisir un logiciel de DAM ou de photothèque ?

  • editer_photo.jpg

    editer-photo
    Attention ! Pas de photothèque performante sans une gestion optimale des droits d’auteur, de l’indexation ou encore du partage. (Freepik)
  • Acquérir un logiciel de DAM (Digital asset management) ou de photothèque est indispensable pour une organisation ayant à gérer un grand nombre d’images et de photos. Les éditeurs sont nombreux à proposer ce type de solution et rivalisent de fonctionnalités pour s’adapter aux besoins actuels et futurs de leurs clients. Voici quelques conseils ainsi qu'un tableau comparatif avec les différentes solutions du marché pour vous aider à choisir le bon outil.

    A lire aussi : Le DAM, un outil devenu incontournable (article partenaire)

    Loin d’être un simple outil de classement, un logiciel de photothèque est en réalité un véritable atout pour les équipes devant manipuler et gérer une grande collection de photos et d’images au quotidien : stockées et centralisées au sein d’un même service, les fichiers sont ainsi classés dans une arborescence et indexés, disponibles via un moteur de recherche. La gestion de droits, de partage ou encore de retouche par le biais de l’outil ne sont que quelques-unes des fonctionnalités qui peuvent faire la différence pour choisir la solution qui convient.

    Car la grande tendance du moment, se résume en trois lettres : D. A. M., pour Digital asset management. Ces solutions de gestion des actifs numériques, qui intègrent toutes des fonctionnalités de photothèque, voient plus loin que les simples fichiers photo ou image. Elles fusionnent la photothèque et la vidéothèque (et même les logiciels) pour permettre à une organisation de gérer l’ensemble de ses médias de façon intuitive, en les rendant accessibles à tous les départements, marketing, équipes créatives, brand management, etc. Si nous avons choisi de ne nous intéresser ici qu’aux photothèques, le tableau ci-contre indique si les prestataires présents proposent ce type de solution. Et ils sont de plus en plus nombreux à s’être adaptés à cette tendance. C’est le cas d’Opsomaï et de son logiciel « full web » Opsis Media : « La capacité d’une solution de photothèque à évoluer vers la gestion d’autres médias, en particulier la vidéo, doit être étudiée », explique David Clemenceau, fondateur et gérant d’Opsomaï, « pour la simple et bonne raison que les entreprises qui ne communiquent qu’avec des photographies sont rares aujourd’hui ».

    banniere dalim.gif

    Autre fonctionnalité « tendance » à prendre en compte : la sécurité des données. « Nos clients sont aujourd’hui très attentifs à la mise en conformité de leur outil avec le RGPD (Règlement général sur la protection des données) », confirme Bertrand Therouin, directeur général d’Orki....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Archimag-316
    Peu à peu, le numérique prend le pas sur le papier et l’archiviste devient archiviste numérique. Archiviste ou records manager, quelles sont les conséquences pour le métier ? Le recrutement d’archivistes numériques suppose différents prérequis dans leurs formations et leurs parcours, dès lors, comment se positionner ?
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !