Publicité

Gouvernement : la souveraineté numérique en ligne de mire

  • bruno-le-maire-souverainete-numerique-gestion-donnees.jpg

    souverainte-numerique-gestion-donnees-bruno-lemaire
    “Ne venez pas toucher à nos données, elles nous appartiennent," a déclaré Bruno le Maire à l'occasion de l'inauguration du nouveau datacenter OVHcloud. (DR/ministère de l'Economie)
  • Le 12 septembre dernier, OVHcloud a inauguré un tout nouveau datacenter à Strasbourg. Le premier centre issu de la stratégie “hyper résilience” de l’entreprise française. A cette occasion, le ministre de l’Économie, Bruno le Maire a fait quelques annonces sur “le nouvel or noir économique” : les données.

    “Maîtriser ses données, c'est maîtriser la prospérité économique, déclare Bruno le Maire, durant son discours. Tous ceux qui laissent filer leurs données laisseront filer leur prospérité, leur souveraineté et leur indépendance. Je crois que chacun doit bien prendre la mesure de ce qui se joue.”

    Pour le ministre, la gestion des données est aussi un enjeu culturel. Après avoir rappelé les différents modèles américains ou encore chinois, à savoir une liberté totale pour le premier ou une prise de contrôle du numérique pour le deuxième, il est revenu sur le modèle français et par extension européen. Selon lui, il repose sur trois grands piliers : la protection, la régulation et l’innovation.

    Clarifier la définition des données sensibles

    L’heure est donc à la souveraineté numérique. Bruno le Maire est revenu sur le label SecNumCloud. “Ne venez pas toucher à nos données, elles nous appartiennent. Et il est bon que sur le territoire national, ce soit la loi nationale qui s'applique et pas la loi américaine. Et il serait bon que nos partenaires européens comprennent tous unanimement que sur le territoire européen, il est bon que ce soit la loi européenne qui s’applique.”

    Lire aussi : Sécurité des données : la bataille des clouds souverains

    Il invite ainsi, les entreprises à davantage s’ancrer dans cette démarche SecNumCloud. Elles auront pour cela l’appui de la Direction Interministérielle du Numérique (DINUM). De plus, des précisions sur la définition des données sensibles devraient être publiées par voie circulaire dans les prochaines semaines pour garantir à tous les opérateurs, qu’ils soient publics ou qu’ils soient privés, la protection face au principe d’extraterritorialité américain.

    Vers une norme obligatoire ?

     “Si jamais nos entreprises, qui ont des données extraordinairement sensibles, ne se saisissaient pas librement de cette offre de sécurisation de leurs données, je ne peux pas exclure qu’à un moment ou à un autre, nous en venions à une norme obligatoire pour protéger notre souveraineté industrielle et protéger notre indépendance.”

    Lire aussi : Quelle politique de la donnée en France et en Europe ?

    Enfin, pour animer ces différents débats, Bruno le Maire a aussi annoncé la création d’un comité stratégique de filière sur le numérique de confiance, présidé par Michel Paulin, directeur général d’OVHcloud. A suivre…
     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Saison 2, Ép. 9 - Sommes-nous devenus accros aux algorithmes ? Aux recommandations de nos réseaux sociaux ou encore aux IA génératives qui se démocratisent depuis plus d'un an ? Pour répondre à cette question, nous avons rencontré Luc de Brabandère. Il se définit comme un philosophe d’entreprise, un mathématicien, un professeur, mais aussi un heureux grand-père et un Européen convaincu. Ses multiples casquettes nourrissent ses divers travaux. Luc de Brabandère est notamment l'auteur de "Petite Philosophie des algorithmes sournois", publié aux éditions Eyrolles en octobre 2023. Pour le podcast d'Archimag, il nous livre ses réflexions sur les algorithmes et revient sur son parcours atypique.
    Publicité

    supplement-confiance-numerique-270500.png