Publicité

Monétisation des données : un nouveau modèle économique en préparation

  • data_monetisation.jpg

    données-argent-ordinateur
    "Toutes les données sont exploitables et donc monétisables", estime Benjamin Faraggi, le CEO de Spuro Blockchain. (Freepik)
  • Entreprises ou particuliers, vous produisez quantité de données qui ont de la valeur et qu’il est possible de collecter et de monétiser pour en tirer du profit. Mais de quelles données parle-t-on et comment s’y prendre ? Liviu Apolozan et Benjamin Faraggi, les CEO respectifs de Docprocess et Spuro Blockchain nous expliquent leur démarche depuis le Salon Solutions 2019

    Qu'est-ce que la monétisation des données ?

    La monétisation des données (aussi appelée "data monetization") consiste à générer de nouveaux revenus, en plus du chiffre d'affaire classique de l'entreprise, grâce à ses données. Cela passe par leur exploitation et la création de valeur en interne, ou bien par leur vente en externe. Il est alors possible de vendre ses données, soit en direct soit en passant par un intermédiaire, mais aussi de les partageant (soit en l'échange d'autres données soit contre des biens ou services). 

    Spuro Blockchain propose une plateforme qui permet de déployer et de rendre opérationnelle la technologie blockchain afin d’en faciliter son usage. De son côté Docprocess propose une solution d’automatisation de la finance et de la comptabilité dans le cloud basée sur la RPA (robotic process automation). Ces deux acteurs proposent de monétiser vos données : ou bien en vue d’un partage gratuit d’informations ou bien en vue de leur commercialisation.

    Toutes les données sont exploitables !

    « Les informations peuvent être monétisées à quiconque souhaite les exploiter », confirme Benjamin Faraggi, le CEO de Spuro Blockchain ; « Et tout est exploitable ! Même le fait que je sois là en train de vous parler, peut intéresser quelqu’un ». « Monétiser des données d’une certaine complexité est de plus en plus rentable ! », s'enthousiasme de son côté Liviu Apolozan, le CEO de Docprocess.

    Imaginez : vous êtes un distributeur de boissons que vous vendez à différentes boutiques dans le pays. Malheureusement, vous êtes confrontés à un grand nombre de clients qui ne vous payent pas en temps et en heure. Ne serait-il pas pertinent de vous allier avec vos concurrents (très probablement confrontés aux mêmes difficultés) pour recenser, ensemble, sur une liste actualisée en temps réel tous les mauvais payeurs ? Ce partage d’informations (sur un périmètre extrêmement restreint) peut être réalisé depuis un registre de données basé sur la blockchain (non distribué). « Soit on vend des données en one shot, soit on crée des services autour de ces données, avec des mises à jour permettant un suivi », précise Benjamin Faraggi.

    Confidentialité et sécurité

    Evidemment, le travail de sécurisation des données est colossal. Ce que confirme Liviu Apolozan, CEO de Docprocess, dont la plafeforme exploite 120 millions de documents par an, qui génèrent plusieurs milliards d’euros d’investissement : « Bien sûr, il y a toujours un peu d’informations personnelles ou d’informations confidentielles sur les produits de nos clients dans les documents que nous exploitons, explique-t-il ; « Nous effectuons un important travail d’anonymisation avant de tagger, marquer puis exploiter la signification des données ». Et les applications sont multiples : depuis la lutte contre la fraude et le vol, jusqu’à la fourniture de benchmarks aux entreprises pour leur permettre d’évaluer leurs performances.

    Un nouveau modèle économique

    Et pour les particuliers, qu’en est-il ? Monétiser ses données personnelles est un choix qui appartient évidemment à chacun. Mais il ne faut pas se leurrer, si vous utilisez quelques-uns des services fournis par les Gafa, il est fort probable que vous ayez déjà perdu le contrôle sur beaucoup d'entre elles. « Le nouveau modèle économique de la monétisation des données va prendre du temps avant de fonctionner, reconnaît Benjamin Faraggi ; probablement 5 à 10 ans. Mais il est normal d’être rémunéré pour ça ! »

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    63
    C'est le part des entreprises françaises qui adhèrent à la dématérialisation des notes de frais.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    2019_03_270x270_aidel-archimag_fondu.gif