Article réservé aux abonnés Archimag.com

Master data management : unifiez vos données de référence avec le MDM !

  • master-data-management-donnees-reference.jpg

    master-data-management-unifier-donnees-reference
    Il est encore fréquent de trouver des données de référence stockées dans des feuilles de calcul ou cloisonnées dans des systèmes disparates et des départements différents. Le master data management permet d'unifier ces données. (Freepik/pressfoto)
  • Le master data management (MDM) offre un point unique de référence pour le traitement et la gestion de toutes les données d’une organisation, depuis leur collecte jusqu’à leur diffusion, quelle que soit leur source. Mais de quoi s’agit-il concrètement ? A quoi sert-il ? Quels sont ses avantages et comment permet-il d’optimiser les différents processus d’une organisation ?

    Temps de lecture : 5 minutes

    mail Découvrez Le Brief de la Démat, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux projets de dématérialisation et de transformation numérique des organisations !

    Le master data management ou MDM, c'est quoi ?

    mdm-master-data-management-dessin-barros.jpg1 400 milliards de km3. C’est le volume total d’eau estimé sur Terre. Cette eau provient de sources multiples dont la qualité est hétérogène, c’est pourquoi moins de 1 % de cette eau est consommable pour l’être humain. Filtration, ozonation, chloration… L’eau doit subir un ensemble de traitements et d’enrichissements pour devenir potable.

    Il en va de même pour les données, éléments vitaux des organisations : dispersées dans plusieurs applications métier, elles doivent être rassemblées, nettoyées, standardisées et enrichies pour devenir exploitables et disponibles ensuite, depuis un endroit unique, pour tous les processus métier.

    Cette « filtration », c’est l’objet du master data management (MDM ou « gestion des données de référence », en français). Cet ensemble de techniques, de méthodes et outils, indispensables à la prise de décisions stratégiques, permet d’identifier correctement les données de références, puis de s’assurer qu’elles soient de la meilleure qualité possible, sans erreur, afin d’être ensuite utilisées sans risque depuis un référentiel unique (« single source of truth »).

    C’est depuis ce « fichier maître » que sera géré le partage des données entre les différents services d’une organisation.

    enlightenedLire aussi : 5 étapes pour mener une gestion des données de référence efficace

    Unifier les données de référence

    Partage et sources de données décentralisées, prolifération de technologies et de plateformes, complexité des données… Dans beaucoup d’entreprises, il est encore fréquent de trouver des données de référence stockées dans des feuilles de calcul ou cloisonnées dans des systèmes disparates et des départements différents.

    Le besoin d’unifier toutes les données de référence des différents domaines en une plateforme intégrée à laquelle l’ensemble des utilisateurs et des processus métier peuvent accéder de manière transparente peut devenir urgent.

    Le contexte actuel d’accélération de la digitalisation pousse de nombreuses organisations à se tourner vers le master data management pour répondre aux besoins de leurs clients, pour assurer la croissance de leur activité, mais également pour mettre en place une véritable gouvernance des données.

    enlightenedLire aussi : Quels sont les points d’attention et les bonnes pratiques pour assurer l’intégrité de vos données ?

    Gouvernance des données

    C’est la problématique rencontrée par beaucoup de clients d’Informatica, entreprise internationale fondée en 1993 spécialisée dans la gestion des données cloud d’entreprise, dont le siège est en Californie. Elle propose notamment une plateforme de MDM en mode Saas assurant l’intégration, la qualité et l’orchestration des données. Rapide à mettre en œuvre et simple d’utilisation grâce à une approche « zéro code », elle peut prendre en charge tous les cas d’usages « référentiels ».

    « Nos clients veulent rendre les processus métier compatibles avec la digitalisation pour être en mesure de prendre les bonnes décisions au bon moment », explique Are Hegdal, sales leader customer 360 chez Informatica ; « certains sont également confrontés à un impératif de gouvernance des données car ils doivent se mettre en conformité avec des réglementation nationales ou supranationales. Nos solutions permettent d’assurer cette conformité réglementaire et ce sur des thèmes, secteurs, réglementations diverses (pour la traçabilité des ingrédients ou des allergènes dans le secteur alimentaire, par exemple) ou encore avec le RGPD ».

    enlightenedLire aussi : Comment mener votre démarche de data quality ?

    Collecter, gérer, diffuser les données

    Stibo Systems, qui fait partie de la fondation danoise Stibo, propose depuis ses dix-huit bureaux implantés dans le monde une plateforme multidomaine unique pour accompagner les entreprises dans leur besoin de centralisation de leurs données, qu’il s’agisse de données client, produit, fournisseur ou autre. Évolutive, elle s’adapte aux besoins du client, que ce soit en termes de gestion de la volumétrie ou de la complexité de ses données.

    « Nos clients nous contactent lorsque leur activité est freinée par l’impossibilité d’exploiter leurs données, non fiables (souvent obsolètes, dupliquées, et pas actualisées) car concentrées dans l’entreprise en silos », explique Joseph Cohen, EMEA marketing manager chez Stibo Systems ; « les entreprises ont besoin d’embarquer leurs données issues de leurs fournisseurs, de savoir les gérer, les nettoyer, les dédupliquer, les mettre à jour et les proposer à la publication (vers un site e-commerce ou une marketplace, par exemple). Les trois mots clés du MDM sont collecter, gérer, diffuser ».

    enlightenedLire aussi : Gouvernance de l’information : quelles tendances ? Quels métiers ?

    Le master data management, comment ça marche ?

    Concrètement, une solution de MDM connecte, gère et partage des données provenant de multiples sources, internes et externes, afin de créer un référentiel regroupant des données de haute qualité. Enrichies et validées, les données de référence peuvent ensuite être partagées du MDM vers les systèmes d’entreprise, ce qui garantit leurs performances et leur fiabilité.

    « Notre plateforme MDM consolide les données de référence pour l’ensemble des domaines en une source unique de vérité », précise Joseph Cohen, de Stibo Systems ; « elle intègre les informations de manière transparente dans toute l’entreprise, les applications et les systèmes pour fournir une précision complète et cohérente des données et une visibilité couvrant les clients, les produits, les fournisseurs, les sites, et plus ».

    enlightenedLire aussi : Gouvernance de l'information : "La norme Iso aura vocation à être transversale”

    Les avantages du master data management

    Les bénéfices du MDM sont donc multiples : il offre une vision claire et en temps réel de l’ensemble des données du référentiel permettant de prendre les meilleures décisions possibles qui ont une influence et un impact sur la stratégie commerciale de l’entreprise. Ce que confirme Joseph Cohen, de Stibo Systems :

    « Avec des données complètes et à jour, les entreprises sont en mesure de proposer le bon produit, au bon client, au bon moment et sur le bon canal de diffusion (e-commerce, marketplace, réseau social) ».

    Il permet également d’améliorer l’agilité de l’entreprise : « Le MDM améliore la productivité et la collaboration en rationalisant le partage des données tout en facilitant le traitement informatique pour les environnements dotés de plusieurs architectures, plateformes ou applications », ajoute Are Hegdal d’Informatica.

    Sans compter ses avantages pour la mise en conformité avec les réglementations sectorielles ou sur la donnée (RGPD), essentielle pour leur réputation et la maîtrise des coûts.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-347-fraude-documentaire
    Le fléau de la fraude documentaire ne faiblit pas. De l’utilisation de faux documents — parfois pour en obtenir de vrais — à l’usurpation d’identité : ici encore l’imagination est sans limites ! Pour les victimes, la note s’élève à des centaines de millions d’euros, voire des milliards d’euros. Secteur public et secteur privé sont touchés. Un avocat s’exprime sur les faits et les conséquences. Côté ministériel, notamment, la lutte antifraude agit. Le management et les outils de l’identité numérique apportent des réponses, comme aussi les solutions de connaissance du client (know your customer, KYC).
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le montant total des pénalités infligées aux entreprises en 2022 - et à l'échelle internationale - pour le non respect du RGPD.

    Serda Formations Data 2023