Publicité

Numérique : le "visa développeur" séduira-t-il les cerveaux étrangers ?

  • 1 actu visa developpeur CJO.jpg

    "Internet étant global, la mobilité humaine dans les filières du numérique est extrêmement forte, plus que dans n'importe quel autre secteur", a confié Axelle Lemaire au JDD. (JD Hancock/Flickr)
  • La création d'un visa dédié aux talents étrangers pourrait, selon Bercy, sortir le numérique français de la pénurie.

    La position du gouvernement, relayée par la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire, est claire : "attirer ceux qui peuvent aider l'économie française à se tourner vers l'avenir numérique". Et ce qui intéresse surtout Bercy, c'est susciter et faciliter la venue des cerveaux étrangers, une démarche pouvant passer par la création d'un "visa développeur".

    C'est dans un rapport remis début mars à Fleur Pellerin que le fondateur de Netvibes et Jolicloud Tariq Krim a proposé la création de ce visa d'un genre nouveau. Expliquant dans une interview au JDD qu'il pourrait "entrer dans le cadre du 'visa entrepreneur' ou du 'passeport talents' annoncé par le président de la République en février", Axelle Lemaire en a détaillé les ressorts : "il permettra d'octroyer, à compter de 2015, un droit de séjour de quatre ans en France aux entrepreneurs, travailleurs, investisseurs, chercheurs hautement qualifiés, donc possiblement aux programmeurs".

    Paradoxe français

    Car en matière de main d'oeuvre, le numérique français flirte avec la pénurie. Avec près de 36 000 recrutements attendus d'ici cinq ans, il est un secteur créateur d'emploi en plein paradoxe : malgré plus de 93 % des offres d'emplois qualifiés à forte valeur ajoutée proposées en CDI et de rapides perspectives d'évolution, il peine pourtant à recruter. Le décalage entre le potentiel et la réalité du marché est criant et les offres d'ingénieurs, de programmeurs ou de développeurs ne trouvent pas preneur. Selon Pôle Emploi, il s'agit même du secteur où les recrutements sont les plus difficiles à effectuer.

     

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité