Publicité

"Révolution numérique" à l'Assemblée nationale

  • AN.png

    Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale (Ass. Nat.)
  • La dématérialisation documentaire a "permis de libérer un étage entier du Palais Bourbon" soit 210 m².

    "Une Assemblée numérique pour une République numérique". Claude Bartolone a présenté  ses trois chantiers lors de sa conférence de presse de rentrée devant l'Association des journalistes parlementaires. Le président de l'Assemblée nationale s'est d'abord félicité de la dématérialisation documentaire qui a permis de "libérer un étage entier du Palais Bourbon (210 m²) qui servait auparavant à stocker les documents parlementaires dans leur version papier". 

    Premier des trois chantiers de Claude Bartolone, une consultation numérique des citoyens sera lancée sur un projet de loi : "ce ne sera pas seulement un débat participatif mais un échange éclairé grâce à des données qui seront librement mises en ligne" souligne le président de l'Assemblée nationale. Un rapport de synthèse de ces échanges sera versé aux documents mis à disposition du rapporteur. Cette consultation expérimentale sera appliquée à deux premiers textes : projets de loi sur la fin de vie et sur la politique numérique.

    Un concours et un appel à projets

    Deuxième chantier, un concours et un appel à projets qui permettront de désigner des personnes qui se verront engagés pour un an au service de l'Assemblée nationale. "Elle pourront circuler librement dans chaque service et formuler toutes les recommandations pour que soit mieux prise en compte la dimension numérique au Parlement" explique-t-on à l'Assemblée nationale.

    Le troisième chantier porte sur la visibilité du Palais Bourbon. Claude Bartolone a affiché sa volonté d'en faire le parlement le plus performant en matière de visite numérique.

     

     

     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.