Publicité

Droits voisins : Google condamné à une sanction de 500 millions d'euros

  • google-concurrence.jpg

    Droits voisins : Google condamné à une sanction de 500 millions d'euros
    Google devra également présenter une offre de rémunération aux éditeurs et agences de presse (Pixabay / ID 422737)
  • L'Autorité de la concurrence estime que Google n'a pas négocié "de bonne foi" avec les éditeurs français de presse. L'entreprise devra également présenter une offre de rémunération aux éditeurs et agences de presse sous peine d'astreinte pouvant atteindre 900 000 euros par jour de retard.

    Pour n'avoir pas respecté les injonctions formulées en avril 2020 par l'Autorité de la concurrence, Google s'est vu infliger une amende de 500 millions d'euros. Cette sanction a été prononcée à la suite de demandes présentées par le Syndicat des éditeurs de la presse magazine, l'Alliance de la presse d'information générale e.a. et l’Agence France-Presse.

    L'Autorité de la concurrence ordonne, par ailleurs, au géant du numérique de se conformer aux injonctions 1 et 2 prononcées par sa décision initiale, sous peine d’astreintes journalières.

    Absence de bonne foi

    "Lorsque l’Autorité impose des injonctions aux entreprises, celles-ci sont tenues de les appliquer scrupuleusement, en respectant leur lettre et leur esprit. Au cas d’espèce, tel n’a malheureusement pas été le cas" constate Isabelle de Silva, présidente de l'Autorité ; "Google n’avait pas respecté plusieurs injonctions formulées en avril 2020. Tout d’abord, la négociation de Google avec les éditeurs et agences de presse ne peut être regardée comme ayant été menée de bonne foi, alors que Google a imposé que les discussions se situent nécessairement dans le cadre d’un nouveau partenariat, dénommé Publisher Curated News, qui incluait un nouveau service dénommé Showcase". 

    Au-delà de la sanction financière, Google devra également présenter une offre de rémunération aux éditeurs et agences de presse ayant saisi l’Autorité. Dans le cas contraire,  l'entreprise pourra se voir  infliger des astreintes pouvant atteindre 900 000 euros par jour de retard.

    Droit à la rémunération

    Le "droit voisin" est une directive européenne du droit d'auteur adoptée au mois de mars 2019 (et transposée en droit français le 24 juillet 2019). Il contraint les plateformes à rémunérer les entreprises de presse lorsqu'elles utilisent leurs contenus. Ce droit à la rémunération pourra être exercé pendant deux années après la publication de l’article.

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité