Publicité

Une 14ème place très moyenne pour Paris sur le marché mondial des start up

  • startup_classement.jpg

    14eme-place-Paris-marche-mondial-startup
    Paris gagne quatre places par rapport à l'année 2024 (Freepik Premium / rawpixel.com)
  • La capitale française reste en deuxième partie de tableau dans le classement international des jeunes pousses loin derrière les villes anglophones.

    La Silicon Valley, New York et Londres, tel est le podium des trois premiers écosystèmes les plus dynamiques pour les start up. Selon l'édition 2024 du Global Startups Ecosystem Report, ce classement demeure inchangé depuis 2020. Malheureusement, Paris n'émarge qu'à la 14ème place alors qu'elle se classe deuxième à l'échelle européenne. Un lot de consolation cependant : la capitale française  a gagné quatre places par rapport à l'année dernière. Une performance relative toutefois puisque Paris occupait la douzième place en 2020 et 2021.

    Sur les vingt villes/régions figurant dans ce classement, les Etats-Unis sont particulièrement bien représentés : outre la Californie et New York, on trouve Boston, Washington, Miami, Chicago, Seattle… Avec Londres, Paris, Amsterdam et Berlin, l'Europe parvient à placer quatre villes sur vingt étudiées. En dehors des Etats-Unis et de l'Europe, quelques villes particulièrement dynamiques figurent dans ce classement : Tel Aviv, Singapour, Pékin, Séoul, Tokyo et Shanghai.

    Le classement du Global Startups Ecosystem Report s'appuie sur des données provenant de 4,5 millions de jeunes pousses réparties dans 300 écosystèmes mondiaux et sur plus d'une décennie de "recherches indépendantes". Sont également prises en compte des données produites par des institutions publiques telles que les ministères.

     

     

     

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".