Article réservé aux abonnés Archimag.com

Où se cachent les archives des jeux de société ?

  • archives_jeux_societe.jpg

    archives-jeux-societe
    La BNF conserve de nombreuses archives de jeux de cartes et quelques jeux de plateau de type jeu de l'oie. Mais des archives de jeux de société plus récents sont-elles conservées quelque part ? Et où se trouvent-elles ? (Gallica/BNF)
  • Les jeux de société ont la cote ! Reflets et témoins de leurs époques, ils font partie de notre culture collective et de notre patrimoine. Mais qu’en est-il de leurs archives ? Voici une enquête surprenante, qui nous mène de la BNF au deuxième sous-sol d'un parking de banlieue parisienne, et ce à quelques semaines de la création d’un fonds patrimonial du jeu.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag sur les archives !

    Saviez-vous que le jeu de société Risk a été créé en France à l’après-guerre et fut au départ un échec commercial, proposé sans doute trop tôt après des conflits dont tout le monde voulait tourner la page ? Inventé par le réalisateur Albert Lamorisse, le Risk portait initialement le nom de « La Conquête du monde ».

    Ce n’est qu’en 1957, après que le jeu ait traversé l’Atlantique pour passer dans l’escarcelle de l’éditeur Parker, qu’il fut remanié. Il prit alors le nom de Risk et entama sa conquête des familles du monde, au point d’avoir été adapté en de nombreuses versions et même en jeu vidéo. 

    L’engouement pour les jeux de société n’a jamais été aussi fort. Il en sort plus de 1 000 nouveaux par an et, selon le NPD Group, leurs ventes ont progressé de 15 % entre le 1er janvier et le 18 octobre 2020, boostées par les confinements et l’approche des fêtes de fin d’année. Mais comment sont conservés ces jeux qui nous divertissent depuis des siècles ? Où se trouvent leurs archives ?

    enlightenedLire aussi : Participez à des escapes games dans des centres d'archives et des bibliothèques

    Des jeux de cartes à la BNF

    Une très importante collection de jeux est détenue par la Bibliothèque nationale de France (BNF), au sein du département des estampes et de la photographie, sur le site Richelieu.

    D’ailleurs, on trouve des jeux de cartes au sein du cabinet des estampes de la BNF dès sa création, en 1667, puisque la collection de l’Abbé de Marolles, qui fut achetée par Colbert pour Louis XIV et qui constitue le premier fonds de ce département, en comprenait. Beaucoup de jeux ont été transmis à l’institution via des donations de collections.

    Mais qu’on ne se méprenne pas : point de Monopoly ou de Scrabble dans les réserves de la BNF :

    « Les jeux de société n’étant pas soumis au dépôt légal, nous ne recevons pas tous les jeux qui sont édités », explique Corinne Le Bitouzé, directrice adjointe de ce département de la BNF ; « mais nous conservons néanmoins des jeux de cartes car il s’agit du départ d’estampes. Certains jeux nous arrivent aussi par le biais du dépôt légal de l’image, via des éditeurs ou des imprimeurs ».

    Aujourd’hui, la BNF conserve quelques jeux de plateau, dont beaucoup de jeux de l’oie, mais surtout des jeux de cartes (2 000 pour 60 000 cartes).

    archives-jeux-cartes

    Légende (de gauche à droite) :
    1. La carte du fou issue du « Tarot dit de Charles VI » réalisé à la fin du 15e siècle qui comporte encore 17 cartes sur les 78 que le jeu devait comporter à l’origine, conservé à la BNF. (Gallica/BNF)
    2. La carte de la liberté de la presse, issue d’un jeu révolutionnaire créé entre 1789 et 1799 et composé de cartes dont les rois et les reines ont été remplacés par des principes tels que la « liberté du mariage », « l’égalité de couleurs » ou « l’égalité de rangs ». (Gallica/BNF)
    3. Carte issue du jeu de cartes dit « des Cent poètes » créé à l’école de Tosa au Japon entre 1700 et 1799, conservé à la BNF. (Gallica/BNF)

    enlightenedLire aussi : Jeux vidéo : le MoMA transforme les joueurs en archivistes

    Les jeux : témoins de notre Histoire

    « Le fonds s’accroît très raisonnablement », poursuit Corinne Le Bitouzé ; « nous continuons d’acquérir des jeux considérés comme exceptionnels ».

    Elle précise : « Ces jeux doivent témoigner d’un événement historique, d’un bouleversement politique ou d’un fait de société. Car le jeu de cartes a plusieurs valeurs : ce que la carte représente et ce qu’elle dit d’une époque ». La collection des jeux a été enti....
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    banniere-archimag_2.gif

    archives 2021.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif