Publicité

Responsabilité numérique : les grands musées de France pas exemplaires

  • responsabilite_numerique_musee_france.jpg

    responsabilite-numerique-musee-france
    Site web, open data (collections en ligne), accessibilité numérique, respect de la vie privée et éco-conception numérique sont les différents points de la responsabilité numérique sur lesquels les musées français doivent s'améliorer. (Freepik/@master1305)
  • Nos grands musées français pratiquent-ils un numérique responsable ? C'est la question posée par Karl Pineau, doctorant à l'UTCompiègne & Decalog et co-président des Designers Éthiques. Dans une étude très complète, disponible en ligne, le chercheur a analysé dans le détail les sites web des 100 plus grands musées de France selon les différents critères de la responsabilité numérique : les sites web, l'open data, l'accessibilité numérique, le respect de la vie privée des internautes et l'écoconception. Il ressort de cette étude que les musées ont de gros efforts à faire pour prétendre pratiquer un numérique responsable.

    mail Découvrez Le Bibliothécaire Innovant et L'Archiviste Augmenté, les deux newsletters thématiques gratuites d'Archimag pour les professionnels du patrimoine. 


    strategie-digitale-musee-methode-guide-archimagDécouvrez toutes les méthodes, conseils, interviews d'experts et retours d'expérience inspirants destinés à vous aider à construire la stratégie digitale de votre service d'archives ou de votre musée dans le dernier guide pratique Archimag :

    Doc, bib et patrimoine : tirer profit du digital

    Descriptif : Comment documentation, archives, bibliothèques ou musées peuvent-ils être digitaux pour des utilisateurs digitaux ? Il s’agit d’abord de faire le point sur ses lacunes et atouts pour construire ensuite sa stratégie digitale afin de conquérir et fidéliser de nouveaux publics. Cibler ses utilisateurs, souvent mobiles, recourant à plusieurs écrans, est une importante phase préalable. Pour son projet, différentes voies peuvent être empruntées : web, réseaux sociaux, newsletter, Mooc, blog, vidéo, podcast, réalité augmentée ou virtuelle ! Les contenus sont également à adapter.

    Un guide avec des méthodes, des avis d’experts et des témoignages sur des expériences innovantes.

    Découvrez le sommaire du guide ! 


    46 millions. C'est le nombre total de visiteurs que les 100 musées les plus fréquentés de France ont attirés dans leurs murs en 2018. Cela en dit long sur le potentiel de leurs sites web, et ce, bien avant la crise sanitaire du Covid-19 et la fermeture au public des musées. A titre d'exemple, l'outil dédié au SEO SemRush indique que la fréquentation du site internet du musée du Louvre s'élèverait à 780 000 visiteurs uniques en janvier 2021.

    Mais alors, que font les plus grands musées de France de tout ce potentiel d'utilisateurs en ligne ? Quels choix techniques ont-ils opérés ? Ont-ils mis ces technologies au service des individus ? Le respect de l'environnement entre-t-il en ligne de compte ?

    Qu'est-ce que la responsabilité numérique ?

    C'est ce qu'a analysé le chercheur Karl Pineau, doctorant à l'UTCompiègne & Decalog et co-président des Designers Éthiques dans son étude Responsabilité numérique et musées français.

    L'objet de son enquête ? La responsabilité numérique, c'est à dire "le domaine visant à recouvrir l’ensemble des bonnes pratiques s’appliquant dans l’espace numérique et qui se fixent pour objectif de maintenir ou d’accroître l’habitabilité du monde dans toutes ses dimensions".

    La responsabilité numérique s'appuie notamment sur les trois piliers du développement durable : l'humain (pour inclure les personnes au centre du processus), la planète (pour préserver l’environnement) et la croissance (pour développer l’attractivité économique).

    enlightenedLire aussi : Bibliothèque, archives, musée, documentation : comment construire votre stratégie digitale ?

    Les sites web des musées français

    Les 100 plus grands musées de France possèdent tous un espace en ligne. Mais ils ne sont pas tous logés à la même enseigne : 54,8 % ont leur propre site internet, accessible via un nom de domaine propre, quand certains (5 %) disposent simplement d'une page web sur le site de leur collectivité ou tutelle.

    responsabilite-numerique-musee-france-site-web

    Et si près d'un musée sur deux utilise pour son site la plateforme Drupal (43 %), les deux autres CMS les plus populaires sont Wordpress (13,5 %) et Typo3 (11,2 %).

    Côté hébergement du site, Karl Pineau indique que 19 % des sites de musées n'en font pas mention alors qu'il s'agit d'une obligation légale. 13 % des musées choisissent d'être hébergés par leur tutelle. Concernant les hébergeurs privés, c'est OVH qui arrive en tête (10 %).

    92% des musées étudiés lors de cette enquête disposent d’une version mobile de leur site web. "Seuls 7 sites ne sont toujours pas adaptés à une navigation mobile", indique Karl Pineau, "dont de façon très surprenante celui du musée du Louvre, pourtant musée le plus fréquenté du monde".

    Crise sanitaire oblige, les billetteries en ligne des musées analysés sont actuellement fermés ce qui a rendu impossible leur analyse dans le détail en janvier et février 2021, lorsque l'enquête a été réalisée. Néanmoins, il est à noter que 58 % des musées disposent d'une boutique en ligne pour acheter ou réserver un billet à distance. 

    enlightenedLire aussi : Le musée de l'Air et de l'Espace lance sa nouvelle e-médiathèque

    Open data : les collections des musées de France sont-elles en ligne ?

    Comme le rappelle Karl Pineau, la Loi République numérique de 2016 oblige les institutions publiques à pratiquer l'open data. Les musées sont donc tenus de permettre au public d'accéder à leurs collections en ligne.

    Surprise, l'étude indique que 57 % des musées (soit 40 insitutions) mettent en ligne leurs collections, sur des sites web propres ou mutualisés. Grâce à eux, près de 2,9 millions d'oeuvres sont librement accessibles en ligne. Bonnet d'âne pour 43 % des musées étudiés lors de l'enquête, qui n'ont toujours pas proposé d'accès en ligne à leurs collections.

    responsabilite-numerique-musee-france-open-data

    Et si open data veut aussi dire réutilisation des données, l'analyse des fonctionnalités facilitant l’accès et la réutilisation des données prouve que les données culturelles restent largement inaccessibles : seuls 2 sites (le musée de l’Armée et le musée des Beaux-Arts de Besançon) proposent des ARK (Archival Resource Key. Il s'agit de la norme URI dédiée aux institutions culturelles). Seul le site des collections de la ville de Paris propose une API d’accès aux données et place ses images sous licence libre. Enfin, aucun musée français n’utilise la norme IIIF pour ses images. 

    "Nous constatons qu’à l’exception du musée de l’Armée, qui propose des ARK, seuls les sites de collectivités - celles de Paris et de Besançon - mettent en place des conditions de réutilisation des données", indique Karl Pineau ; "l’ouverture des données semble donc venir des institutions de tutelle, plus que des institutions culturelles elles-mêmes".

    enlightenedLire aussi : Musées de France : le patrimoine français gratuitement accessible en un clic grâce à l'open data et au web sémantique

    L'accessibilité numérique des musées français

    En France, l’accessibilité web des services publics est imposée par l’article 47 de la loi du 11 février 2005 n°2005-102 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Bien que complexe à évaluer, ce sujet est loin d'être anecdotique puisque 24 % de la population française présente une forme de handicap.

    "Il existe plusieurs normes (WCAG, RGAA) et analyser en détail un site prend environ 2-3 jours à un expert", explique Karl Pineau ; "pour évaluer les sites, j'ai appliqué sur toutes les pages d'accueil des outils automatisés (qui couvrent environ 20 % des critères) - Google Lighthouse et Asqatasun - et vérifié la présence ou non d’une page de déclaration d’accessibilité web sur le site web".

    Les scores obtenus par les musées français sont assez mauvais en terme d'accessibilité numérique et n’offrent pas de meilleurs résultats d’accessibilité vis-à-vis de la moyenne des sites du web. Par ailleurs, la déclaration d’accessibilité web n’est présente que sur 21,3 % des sites étudiés.

    enlightenedLire aussi : Suisse : cap sur l’inclusion culturelle de personnes en situation de handicap

    Comment les musées respectent votre vie privée et vos données personnelles ?

    Le respect de leur vie privée sur le web est un sujet qui préoccupe de plus en plus les internautes, encadré notamment depuis 2018 par le RGPD. Il s'agit par ailleurs d'un élément central de la responsabilité numérique. 

    L'analyse réalisée par Karl Pineau se concentre autour de 4 critères : 

    • L’activation du protocole HTTPS
      85,5 % des sites mettent en œuvre le protocole sécurisé HTTPS. A noter : le château de Versailles, le Quai Branly et le musée Rodin, c'est à dire trois des quinze plus grands musées, ne le mettent pas en œuvre.
       
    • Le type d’outil statistique utilisé
      Les services d’analytics et de traçage de Google sont utilisés sur quasiment 90% des sites de musées. En effet, il s'avère que l’utilisation de Google Analytics reste largement dominante sur leurs sites web (61,8%). 25% des sites utilisent Google Tag Manager, qui peut être utilisé pour mettre en place des outils d’analyse statistique sans que cela soit visible par l’utilisateur.

    responsabilite-numerique-musee-france-vie-privee

    • La présence de mouchards et pisteurs
      Cette étude révèle la présence d’un nombre important de mouchards de médias sociaux et publicitaires sur les sites des musées français. "Tous mouchards confondus, chaque site installe en moyenne 2 mouchards", indique Karl Pineau, qui précise néanmoins d'un seul site ne dispose d'aucun mouchard : le musée des Plans et reliefs. La surprise se situe au niveau des mouchards de régies publicitaires : "Nous avons détecté la présence d’au moins un mouchard publicitaire ou de captation des données sur 31 % des sites étudiés (soit 28 sites)", indique l'étude ; "ce résultat est d’autant plus étonnant qu’aucun site étudié n’affiche pourtant de publicité, et qu’aucun des musées étudiés ne se situe dans une situation d’économie de l’attention"
       
    • La présence et conformité du bandeau RGPD
      L'étude révèle que seuls 15,5 % des sites internet de musées étudiés présentent un bandeau RGPD tenant réellement compte des préférences des utilisateurs. En effet, 21 sites mettant en place des mouchards n’affichent pas de bandeau RGPD et 62 % des sites ne laissent pas la possibilité à l’utilisateur de refuser le dépôt de cookies et la mise en place de mouchards, que ce soit partiellement ou complètement. Enfin, sur les 25 % de sites laissant la possibilité à l’utilisateur de refuser les cookies, 12,5 % ignorent totalement ou partiellement la demande de l’utilisateur.

    enlightenedLire aussi : Données personnelles : méthode et outils pour les gérer

    Eco-conception numérique : quelle est l'empreinte carbone du web des musées français ?

    Pour rappel, l’article 55 de la loi AGEC de 2020 impose aux services publics de "promouvoir le recours à des logiciels dont la conception permet de limiter la consommation énergétique associée à leur utilisation". La question de l'éco-conception étant devenue un sujet incontournable du numérique, l'étude de Karl Pineau s'interroge sur le niveau de l'empreinte carbone du web des musées français.

    Pour son étude, Karl Pineau s'est notamment servi de la méthodologie du Collectif Conception Numérique Responsable pour ses outils d’analyse EcoIndex et GreenIT-Analysis : le poids des pages en octet, le nombre de requêtes effectuées par la page (pour le chargement de médias ou de bibliothèques externes) et la taille du DOM, c’est-à-dire une approximation de la complexité de la page (structure de la page HTML chargée par le navigateur).

    L'analyse révèle que les sites web des 100 plus grands musées de France sont peu performants en termes d'éco-conception. En effet, les sites étudiés présentent une note médiane de 34,5/100, alors que la médiane des sites analysés par EcoIndex se situe à 57,74/100. Par exemple, la moyenne observée sur les sites des musées est de 2,25 gCO2e avec un écart de 1 à 2 entre le site le plus sobre du corpus analysé et celui le plus consommateur.

    responsabilite-numerique-musee-france-empreinte-carbone

    Les sites de musées sont également plus lourds (3,4 MO) que la médiane du web (1,4 MO). "Cela vient principalement du poids des pages, explique Karl Pineau, et notamment des images souvent peu optimisées". Concernant la taille du DOM, les pages étudiées présentent une complexité sensiblement plus élevée (813 éléments) à la médiane des sites analysés par EcoIndex (603 éléments). 

    enlightenedLire aussi : L'écologie numérique : infographie, chiffres-clés et conseils pour une dématérialisation plus verte

    Comment s'engager vers un numérique responsable ?

    Forts de ce constat, les grands musées de France peuvent s'inspirer des pistes d'amélioration évoquées par Karl Pineau dans son étude : par exemple, les institutions culturelles doivent s'emparer de la question de l'open data sans attendre que celle-ci vienne de leur tutelle. Il est important pour les professionnels du patrimoine en charge de ces sites de se former à l'accessibilité web et pourquoi pas de prendre contact avec la Dinum (pour les structures publiques), qui mettent par ailleurs de nombreuses ressources en ligne à disposition ou Access42, pour les organismes privés. Concernant le respect de la vie privée, les institutions peuvent bien sûr se tourner vers les ressources proposées par la Cnil. Enfin, sur le vaste sujet de l'éco-conception numérique, Karl Pineau signale le Guide des 115 bonnes pratiques d’éco-conception numérique, ainsi que les rapports du Shift Project dédiés au numérique. De beaux projets en perspective !

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
    strategie-digitale-ocumentation-bibliotheque-patrimoine
    Comment documentation, archives, bibliothèques ou musées peuvent-ils être digitaux pour des utilisateurs digitaux ? Il s’agit d’abord de faire le point sur ses lacunes et atouts pour construire ensuite sa stratégie digitale afin de conquérir et fidéliser de nouveaux publics. Cibler ses utilisateurs, souvent mobiles, recourant à plusieurs écrans, est une importante phase préalable. Pour son projet, diérentes voies peuvent être empruntées : web, réseaux sociaux, newsletter, Mooc, blog, vidéo, podcast, réalité augmentée ou virtuelle ! Les contenus sont également à adapter. Un guide avec des méthodes, des avis d’experts et des témoignages sur des expériences innovantes.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    4
    C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
    Publicité

    archives 2021.PNG

    Indispensable

    Bannière BDD.gif