Article réservé aux abonnés Archimag.com

Marie-Laurence Dubois, la gouvernance de l'information en toute indépendance

  • marie-laurence-dubois-gouvernance-toute-independance.jpg

    Marie-Laurence-Dubois-gouvernance-toute-independance
    À côté de ses missions de consultante, Marie-Laurence Dubois assure également des formations, notamment dans le domaine de l’empreinte environnementale du numérique, sans oublier l’accompagnement au RGPD. (DR)
  • Marie-Laurence Dubois est consultante en gouvernance de l’information au sein du cabinet Valorescence, situé à Namur. Elle a également présidé l’Association des Archivistes Francophones de Belgique (AAFB).

    enlightenedCET ARTICLE A INITIALEMENT ÉTÉ PUBLIÉ DANS ARCHIMAG N°375
    mail Découvrez L'Archiviste Augmenté, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des archives et du patrimoine !


    "Petite, je ne jouais pas avec des poupées, mais avec des papiers que je faisais circuler et que j’archivais !". Lorsqu’elle se retourne sur son enfance passée en Belgique, son pays natal, Marie-Laurence Dubois se souvient d’une passion assumée pour les documents en tous genres.

    Plusieurs décennies plus tard, son ardeur d’enfant s’est concrétisée. Sur son CV apparait le titre de consultante en gouvernance de l’information, en préservation numérique et en archivage électronique, ainsi que celui de spécialiste du règlement eIDAS et des impacts environnementaux du numérique.

    Lire aussi : eIDAS 2.0 : l’archivage électronique enfin reconnu au plan européen !

    Gestion des connaissances et management de l'information numérique

    Elle revendique "un parcours atypique" après avoir décroché un premier diplôme de bibliothécaire - documentaliste dans les années 1990. Une formation qu’elle enrichira plus tard de deux certificats universitaires en gestion des connaissances à l’Université de Bruxelles et en management de l’information numérique au sein de l’Université de Namur.

    Un passage de près de cinq années dans un cabinet ministériel va changer sa vie : "cette expérience m’a sortie de ma zone de confort et m’a beaucoup appris sur le parcours d’une décision politique et l’importance d’en conserver les traces", explique-t-elle. "La charge de travail y était considérable, mais passionnante, car j’aime chercher l’information et jouer le rôle d’intermédiaire. L’archive est un enjeu démocratique et je regrette que la loi sur les archives en Belgique, qui date de 1955, soit l’une des plus anciennes d’Europe".

    Lire aussi : La gouvernance de l'information numérique en 2024 : sujets centraux et thèmes émergents

    Aller au-devant des attentes des clients

    En 2004, après un passage d’un an au Conseil d’État comme documentaliste, Marie-Laurence Dubois intègre le centre de documentation et d’archives Etopia, dédié à l’écologie politique et aux questions environnementales. Des préoccupations qu’elle partage en raison de l’engagement de son père, agriculteur, au service de l’intérêt général.

    Dix ans plus tard, elle se lance dans le grand bain de l’indépendance et crée le cabinet Valorescence. "Être consultante m’a obligée à sortir de mon antre et à aller au-devant des attentes de mes clients", poursuit la professionnelle, qui conseille au quotidien des PME et des associations souvent démunies en matière de gouvernance de l’information. "J’apprécie la diversité des missions qui me sont confiées, qu’il s’agisse de documents d’entreprises ou d’archives patrimoniales, comme celles du peintre Félicien Rops (1833 - 1898)".

    Lire aussi : Comparatif des systèmes d'archivage électronique : un marché soutenu par la digitalisation des processus

    Empreinte environnementale du numérique

    À côté de ses missions de consultante, Marie-Laurence Dubois assure également des formations, notamment dans le domaine de l’empreinte environnementale du numérique ("nous n’en sommes qu’au début et tout reste à faire"), sans oublier l’accompagnement au RGPD ("qui fait parfois office d’épouvantail dans les PME"). L’ensemble de ses casquettes l’ont conduite à présider l’Association des Archivistes Francophones de Belgique de 2015 à 2021. "Cette fonction m’a offert une vision large et très contemporaine du monde des archives et de la préservation de l’information", affirme-t-elle. "Je reste très impliquée, même si je n’en suis plus la présidente".

    Lire aussi : Alexandre Monnin : "La sobriété numérique est l'un des axes majeurs de la redirection écologique”

    Elle like

    • Sa ville préférée : Namur, au confluent de la Sambre et de la Meuse. C’est la ville où je vis, ainsi que celle du peintre Félicien Rops et de Benoît Poelvoorde. 
    • Sa chanson préférée : "Les gens qui doutent", d’Anne Sylvestre.
    • Son artiste préféré : René Magritte et de Jean-Michel Folon, deux artistes belges qui sont actuellement mis à l’honneur dans une exposition à Bruxelles.
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    bibliotheques comment faire (re)venir publics
    Si fréquentation ne rime pas toujours avec inscription, force est de constater que les bibliothèques de prêt font face au déclin constant de leur nombre d’usagers et à de fortes disparités d’affluence selon les territoires et les publics. De leur côté, les BU regardent leurs chiffres d’avant Covid avec envie. Engagées dans une véritable reconquête, les bibliothèques rivalisent d’initiatives pour attirer les publics.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    Serda Formations Archives 2025

    Indispensable

    Bannière BDD.gif