Un quart des micro-entreprises françaises n'utilise pas d'ordinateur

Seulement 5 % des micro-entreprises réalisent des ventes en ligne http://www.flickr.com/photos/davidglover/

 

Les entreprises de moins de dix salariés sont également peu engagées dans la dématérialisation administrative.

A l'heure du tout numérique, certaines entreprises françaises restent à l'écart de l'informatique. C'est en particulier le cas des micro-entreprises : un quart d'entre elles n'utilise pas d'ordinateur ! Et seulement 5 % d'entre elles réalisent des ventes en ligne. Selon une étude de l'Insee, 25 % des micro-entreprises disposent d'un site web contre 64 % des sociétés employant plus de dix salariés.

L'Insee précise cependant que l'équipement informatique des micro-entreprises varie grandement selon leur secteur d'activité. Celles dont le coeur de métier est tourné autour des TIC sont évidemment très connectées : 94 % d'entre elles disposent d'un accès internet. En revanche, les secteurs de la restauration, de l'hôtellerie et des transports restent à la remorque. 

Obligations administratives

Du côté de la dématérialisation, les micro-entreprises sont également loin d'être passées à l'acte. Moins d'un tiers d'entre elles a entièrement dématérialisé une démarche administrative... contre les neuf dixièmes des sociétés plus importantes (au moins dix salariés). "Cette moindre utilisation est non seulement due au fait que les micro-entreprises sont moins nombreuses à disposer d’un accès à Internet, mais aussi à celui qu’elles ne sont pas toutes soumises à certaines obligations administratives, contrairement aux plus grandes sociétés" explique l'Insee.

Sont considérées comme micro-entreprises les sociétés de moins de 10 personnes, hors auto-entreprise, dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas 2 millions d'euros. 

Les podcasts d'Archimag
Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.