le Cevipof recueille la mémoire électorale française

 

L'adresse est connue de tous les chercheurs et étudiants en sciences politiques : le 98 rue de l'Université, dans le 7e arrondissement de Paris, héberge le Cevipof, un incontournable lieu dédié à la recherche sur les élections et les comportements politiques. Fondé en 1960, le centre de recherches politiques de Sciences Po compte aujourd'hui plus de 80 enseignants-chercheurs et doctorants. C'est aussi un important centre de documentation et d'archives politiques en France. « Notre centre propose un ensemble intéressant de sources sur les archives sur les élections françaises, souligne Odile Gaultier-Voituriez, responsable de la documentation et des archives du Cevipof; les fonds sont classés par élection et regroupent des articles de presse, des tracts, des affiches, des professions de foi, des bulletins de vote, des badges... mais aussi des t-shirts et même des ballons de baudruche ! »

métadonnées inscrites au crayon au papier

Depuis plus de cinquante ans, les « électoralistes » du Cevipof procèdent à une vaste collecte d'objets documentaires. Les chercheurs ont progressivement constitué un important fonds d'archives électorales en tous genres. Odile Gaultier-Voituriez, de son côté, active régulièrement son réseau d'universitaires, d'archivistes et de militants pour enrichir les fonds : « Je leur demande de renseigner systématiquement tous les documents qu'ils nous fournissent avec des métadonnées inscrites au crayon à papier : lieu de la collecte, date, circonstances (élection, manifestation, réunion publique...). Cette collecte ne vise pas l'exhaustivité car nous manquons de contacts dans certaines régions alors que la ville de Paris est très bien couverte ».

Heureusement, les fonds sont également alimentés par des dons de collectionneurs. Selon l'inventaire des archives électorales (1936-2010) mis en ligne sur le site du Cevipof, 236 cartons d'archives inventoriées sont désormais à la disposition des chercheurs. Ces derniers peuvent également puiser dans les listings de résultats et les fameux « livres blancs » du ministère de l'Intérieur qui consignent à une échelle très précise les résultats de toutes les élections françaises depuis 1956.

Le centre de documentation du Cevipof dispose par ailleurs d'une sondothèque couvrant soixante années de sondages produits par les instituts. Riche de plus de 20 000 références, cette sondothèque est accessible via une indexation réalisée au niveau des questions posées selon 556 rubriques.

Autre document mis en ligne, l'inventaire des tracts couvrant la période 1951-2010 recense un demi-siècle de parole militante. Ce fonds obéit à un classement rigoureux : par années, par thèmes, puis par producteurs (partis, syndicats, associations...) et par sujets. L'étude de cette collection de tracts permet d'établir que la gauche produit un nombre de tracts bien plus important que la droite, ce qui correspond aussi à une tradition militante de gauche qu'est le tractage.

pas le principal souci des partis politiques

A l'instar de nombreux archivistes, Odile Gaultier-Voituriez constate que « la gauche conserve mieux ses archives que la droite, mais, dans l'ensemble, les archives ne sont pas le principal souci des partis politiques car ils vivent dans le temps présent et l'immédiateté. De plus, la vie des partis est faite de scissions et, surtout, peu de personnes sont dédiées au traitement des archives. Cela est préjudiciable à la mémoire des partis, mais aussi aux chercheurs en histoire, en sciences politiques et en sociologie qui ont besoin de documents originaux pour mener leurs recherches ».

Outre ses activités au sein du Cevipof, Odile Gaultier-Voituriez enseigne la méthodologie de recherche documentaire et archivistique à l'Institut d'études politiques de Paris et le droit des archives privées à l'Université de Bourgogne. L'occasion de rappeler à ses étudiants l'importance des archives pour la recherche historique. Et contrairement à certains archivistes qui souffrent d'un manque de reconnaissance au sein de leur institution, elle est heureuse de constater que le minutieux travail de collecte sert quotidiennement à la production intellectuelle du Cevipof : livres, notes, analyses, bibliographies. Mais aussi aux travaux des doctorants et des chercheurs de Sciences Po et des autres universités, françaises et étrangères, ainsi qu’à des documentaristes ou des journalistes. « Cela nous donne une visibilité très gratifiante ».

+ Dossier: archives et politiques: une cohabitation diffiicile d'Archimag N° 251

Le Mag

Tout Archimag, à partir de 9,50 €
tous les mois.

Le chiffre du jour

76
des répondants à notre grande enquête sur les professionnels de l'information et l'entrepreneuriat affirment être attirés par le statut d’entrepreneur (créateur d’entre-prise, indépendant, freelance, etc.).

Recevez l'essentiel de l'actu !