Publicité

Coronavirus : les bibliothécaires et les documentalistes témoignent (ou s'interrogent)

  • coronavirus_bibliotheque_documentation_temoignage.jpg

    coronavirus-bibliotheques-documentation-temoignage
    Télétravail, chômage partiel ou technique, arrêt de travail... comme tous les Français, les bibliothécaire et les documentalistes s'adaptent aux mesures du gouvernement pour faire face à l'épidémie de coronavirus (Covid-19). (Freepik).
  • Dans le cadre du passage au "stade 3" de l'épidémie de coronavirus (Covid-19) qui sévit en France, les bibliothèques et les centres documentation ont fermé leurs portes au public dès le samedi 14 mars à minuit sur décision du gouvernement. Mais comment cela se traduit-il sur le terrain, dans les établissements et pour les professionnels de l'information ? Les bibliothécaires et les documentalistes resteront-ils chez eux ou profiteront-ils de l'absence des usagers pour réaliser des tâches annexes ? Nous avons lancé un appel à témoignages sur Twitter et sur Facebook et consulté ceux laissés sur des groupes professionnels. Voici comment s'organise leur quotidien pour les semaines qui viennent... et leurs interrogations.

    "Bonsoir à tous. Une petite question (égocentrique) : je travaille seule dans une mediathèque d'une commune de 900 hab, je n'ai aucune consigne de ma DGS, je ne sais pas si je dois aller travailler seule en interne. Je tente d'avoir des réponses auprès de collègues mais j'ai l'impression que c'est au cas par cas un peu flou... Êtes-vous dans la même situation ? Merci pour vos réponses. Prenez soin de vous".

    Ce message a été posté le lundi 16 mars au soir sur le groupe public Facebook "Professionnels des bibliothèques" par une bibliothécaire dans l'expectative. Suite aux mesures gouvernementales qui ont été prises les jours précédents pour freiner la propagation du coronavirus (Covid-19) sur le territoire français, la consigne est claire pour tout le monde : rester confiné chez soi autant que possible, télétravail impératif si son emploi le permet, et respect de règles de "distanciation" pour les emplois qui ne permettent pas le travail à distance.

    > Lire aussi : Coronavirus : les bibliothèques et les centres de documentation fermés au public jusqu'au 15 avril 2020

    En plus de ces préconisations, le gouvernement a également prévu des dispositions spécifiques pour soutenir les travailleurs et les organisations à surmonter cette crise sanitaire sans précédent : dispositif de recours au chômage partiel simplifié et accéléré, ou encore mise en place d'arrêts de travail exceptionnels pour les professionnels qui doivent garder leurs enfants de moins de 16 ans à la maison.

    Et pour ce qui est des bibliothèques et des centres de documentation, ils devront fermer leurs portes au public comme "tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays".

    Sur le terrain : le cas par cas

    Sur le terrain, au regard des témoignages de bibliothécaires et de documentalistes, force est de constater que c'est bien la règle du cas par cas qui domine, chacun étant soumis à la décision de sa hiérarchie : 

    De nombreux bibliothécaires et documentalistes témoignent de leur nouvelle organisation en télétravail :

    "Chez nous, on n'a pas le choix... la fermeture totale a été décidée par en haut vendredi à 13h30... donc on essaie de bosser depuis la maison (tant que le réseau/serveur tient la charge ^^) rapporte une professionnelle sur Twitter.

    "Bibliothèque spécialisée ici : fermeture au public et consignes de télétravail pour toute l'équipe dans la mesure du possible", rapporte une autre.

    "Bibliothécaire jeunesse, je serai en télétravail chez moi comme tous mes collègues et responsables", assure une bibliothécaire.

    "Dans notre bibliothèque, nous continuons tous à travailler en interne, au moins pour cette semaine en tout cas", confirme une autre.

    >Lire aussi : Coronavirus : 5 clés pour être efficace en télétravail en cas de confinement

    Le télétravail, facilité par les outils métier en ligne

    Une chargée de bibliothèque aux Archives nationales du monde du travail (ANMT) donnait hier quelques précisions sur l'organisation de son établissement, facilitée par l'utilisation d'outils métier en ligne, comme, dans ce cas précis, d'un système de gestion de bibliothèque (SIGB) : 

    "Je suis en télétravail chez moi, explique-t-elle ; tout le service a été fermé, ne reste pour le moment que les dirigeants et un peu de personnel responsable des ressources humaines pour aujourd'hui je pense afin de gérer correctement la situation. Cette mesure ne m'empêche aucunement de travailler car j'ai la chance d'avoir un SIGB maintenant sur internet et pleins d'inventaires sur notre site dans lesquels je peux puiser pour travailler chez moi. Bon courage à tous".

    Que faire depuis chez soi ?

    Certains professionnels ont d'ores et déjà établi la liste des tâches qu'ils pourraient exercer de chez eux afin de mettre à profit ce confinement forcé :

    "Il faut rester chez soi, assure une bibliothécaire ; il y a plein de choses à faire : les stats annuels au ministère :-D faire ses listes d'achats, de la veille, préparer les animations de l'été... Sans parler de la joie de pouvoir enfin lire sur son temps de travail !!! Alors, profitons !".

    "Personnellement, l'urgent c'était de prévenir le public puis de prolonger les prêts, les réservations et de suspendre les avis de retard, explique une autre ; quelques compte-rendus en retard à rédiger. Après je vais m'avancer sur des dossiers de fond sur lesquels j'ai plus de temps pour travailler (mettre à jour l'espace professionnel du réseau, réfléchir à la politique documentaire)".

    "Idem, rapporte une bibliothécaire proactive : faire les déclaration Sofia et scrib. Préparer des fiches projets pour les futurs animations, faire des trucs de fonds administratifs que l'on a jamais le temps de faire. Prévoir les futurs commandes et bouquiner des documents que l'on n'a pas pu le temps de lire".

    Pour les centres de documentation, même tendance : "Je travaille en centre doc et on va travailler à la maison, rapporte une documentaliste ; les étudiants sont rentrés chez eux ou dans leur famille". "Dans mon service documentaire, le télétravail se profile...", témoigne une autre.

    >Lire aussi : Coronavirus : des cartes pour suivre l'évolution de la pandémie en temps réel

    Quand travailler à la maison n'est pas possible

    Mais pour beaucoup de professionnels de l'information, le télétravail n'est pas une option envisageable :

    "Je suis chez moi, explique une documentaliste ; je dois garder mes enfants de moins de 16 ans. Mon centre de doc est fermé jusqu'à nouvel ordre".

    Une autre témoigne de son impossibilité de télétravailler, en raison du manque d'outils lui permettant de travailler depuis chez elle : "Si on avait accès à notre logiciel métier à distance on pourrait télé travailler mais ce n'est pas le cas. Donc chômage technique".

    De nombreux professionnels s'interrogent encore

    Mais à la lecture des messages qui fleurissent depuis hier, il semblerait que de nombreux professionnels n'aient encore reçu aucune consigne claire sur l'organisation qui sera la leur dans les prochaines semaines.

    Et chacun y va de ses interrogations et de son interprétation : "Fermer au public oui, mais dois-je travailler seule en interne ?" s'interroge une bibliothécaire sur Facebook. "Exercez votre droit de retrait", lui conseille un internaute.

    "Personnellement, j'ai pas trouvé [les consignes] très claires et mes collègues non plus, témoigne une bibliothécaire ; du coup comme je suis à 3 minutes à pied du boulot, j'y vais ce matin pour voir ce qu'il en est directement. Et comme ça, si je peux récupérer les dossiers pour télétravailler, je dis pas non".

    "Je ne me plains pas, explique une autre professionnelle ; une collègue d'une petit bibliothèque en milieu très rural a ouvert hier parce que son maire, ça le fait rire le Covid-19, et n'avait pas jugé bon de la prévenir".

    >Lire aussi : Coronavirus : le Salon Documation est reporté aux 26, 27 et 28 mai 2020

    Mais alors que faire ?

    Face à toutes ces interrogations, chacun y va de son conseil pour tenter d'orienter ses pairs :

    "Écrivez un mot a votre direction en leur disant que vous respectez les consignes gouvernementales, conseille une bibliothécaire : listez ce que vous allez faire en télétravail et restez disponible sur vos heures de travail pour être contacté si besoin. Tenez un journal de bord du travail effectué à votre domicile".

    "La bibliothèque doit être fermée, assure une autre ; et vous pouvez éventuellement passer prendre des affaires pour travailler à distance. Les bibliothécaires ne font pas partie des métiers indispensables. Donc restez chez vous !"

    En l'occurrence, si jamais votre direction ne vous a pas encore contacté, celui que nous avons trouvé le plus pertinent est le suivant :

    "Télétravail si possible. Votre DGS (Direction générale des services) doit vous informer. Vous faites un mail pour le/la prévenir que vous attendez les consignes".

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre de dossiers médicaux partagés ouverts par les assurés.
    Publicité

    banniere-archimag_2_0.gif

    doc 2020.PNG

    banniere GP52 web.png