Article réservé aux abonnés Archimag.com

Conseils pour réussir son équipement informatique en bibliothèque

  • salle-lecture-bnf-logiciel-bibliotheque.jpg

    conseil-logiciel-equipement-bibliotheque-panorama
    Une salle de lecture à la Bibliothèque nationale de France. (Béatrice Lucchese/BnF)
  • Le marché des sociétés de conseil en équipements logiciels pour les bibliothèques est modeste, mais il propose des prestations qui vont au-delà du simple volet technologique. Capables d’intervenir sur tout le territoire national, elles pratiquent des prix assez proches les uns des autres. Retrouvez nos recommandations ainsi qu'un panorama des sociétés de conseil du secteur.

    mailDécouvrez Le Bibliothécaire Innovant, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des bibliothèques et de la conservation !

    La dernière édition qu’Archimag a consacrée aux sociétés de conseil en informatique auprès des bibliothèques remonte au mois de novembre 2017. Il y a cinq ans, ce marché ressemblait à une niche : six prestataires de services avaient alors répondu à nos sollicitations.

    En 2022, ce marché semble s’être encore rétréci. Ils ne sont que deux (sur une demi-douzaine contactés) à avoir rempli le questionnaire que nous leur avons fait parvenir : Tosca Consultants et Olkoa.

    Les défis informatiques auxquels sont confrontées les bibliothèques sont nombreux : installation et paramétrage d’un système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB), accessibilité numérique, migration de systèmes d’information, etc. Faute de personnel et/ou de temps, ces tâches peuvent être réalisées par les éditeurs de logiciels ou bien par des prestataires.

    Lire aussi : 3 axes pour transformer et améliorer les bibliothèques

    Précision importante : les deux prestataires qui ont répondu à notre questionnaire n’interviennent ni sur l’étape d’intégration ni sur celle du développement. Leurs missions portent essentiellement sur le conseil et/ou l’audit.

    Audit, conseil et suivi de marché

    Tosca Consultants propose notamment des prestations de conseil et d’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour des projets de développement de la lecture (notamment PCSES pour Projet culturel, scientifique, éducatif et social) et pour des projets numériques. Olkoa propose de son côté des prestations d’audit et de conseil dans le domaine de la dématérialisation des processus et de l’archivage électronique.

    Basés à Paris (Tosca Consultants) et à Grenoble (Olkoa), ces prestataires sont en mesure d’intervenir en France, en Belgique et en Suisse pour le premier, et sur le territoire national pour le second. Avec respectivement deux et six consultants, les deux sociétés sont également en mesure de proposer d’autres services : audit de politique de lecture publique, audit de l’offre et des outils numériques, appui à l’analyse des offres, au suivi de projet et au suivi de marché, formation…

    Au-delà du volet technologique, des prestations auxquelles on ne pense pas spontanément sont susceptibles d’intéresser les bibliothécaires comme le diagnostic de lecture publique et les préconisations de développement, l’assistance à la rédaction d’un cahier des charges ou bien la définition du schéma directeur numérique.

    Lire aussi : Logiciels pour bibliothèques : l'enquête (avec comparatif)

    À noter que Tosca Consultants publie chaque année une enquête, relayée dans Archimag, sur les logiciels métier destinés à l’équipement des bibliothèques. Un document qui pourra aider les bibliothèques à faire leur choix parmi les solutions SIGB commercialisées par les éditeurs.

    Nous avons également demandé à ces sociétés si elles avaient noué des partenariats avec des éditeurs ou des associations. La réponse est négative pour l’ensemble des prestataires, ce qui est de nature à rassurer les bibliothécaires qui craignent une trop grande proximité entre ces sociétés de conseil et les éditeurs.

    Entre 800 et 920 euros la journée

    Comme toutes les prestations, celles-ci ont un coût : entre 800 et 920 euros. En l’espace de cinq années, ces prix ont légèrement augmenté. En 2017, les prestataires annonçaient des tarifs commençant à environ 750 euros pour s’établir en moyenne autour de 900 euros. Mais cette grille tarifaire n’est pas gravée dans le marbre. Une remise peut être envisagée en fonction du nombre de jours vendus par le prestataire.

    Côté références, l’ensemble du paysage bibliothécaire français est représenté (bibliothèques et médiathèques municipales, établissements universitaires…) à l’échelle de la ville, de la communauté de communes, du département ou des établissements publics.

    >> Télécharger le panorama des sociétés de conseil en équipements logiciels pour les bibliothèques << 

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    teletravail-cloud-ou-sommes-
    Contraint durant la crise sanitaire, le travail à distance s’est pérennisé, voire accéléré : 60 % des organisations ont adopté un mode de travail hybride en 2022. Mais si le cloud a fait changer de dimension le télétravail, offrant une flexibilité inédite aux utilisateurs, les enjeux sont nombreux...
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Le Syndicat intercommunal d'énergies de Maine-et-Loire (SIÉML) s’est lancé dans un grand projet d’archivage électronique en 2023. L’opportunité de réduire l’impact carbone tout en optimisant les processus est apparue au cours du projet. Agnès Arendo, archiviste et déléguée à la protection des données du SIÉML, revient sur la mise en route et les grandes étapes de ce chantier.

    sponsoring_display_archimag_episode_6.gif