Article réservé aux abonnés Archimag.com

Les conservateurs : grands oubliés de la réforme de la haute fonction publique

  • association-conservateurs-territoriaux-bibliotheques.jpg

    association-conservateurs-territoriaux-bibliotheques-reforme-haute-fonction-publique
    William Jouve et Anaïs Laborde sont respectivement le président et la vice-présidente de l’Association des conservateurs territoriaux des bibliothèques (ACTB). (DR)
  • Pour l'Association des conservateurs territoriaux des bibliothèques (ACTB), les conservateurs - bibliothèque et patrimoine - sont les grands oubliés de la réforme de la haute fonction public. William Jouve et Anaïs Laborde, respectivement président et vice-présidente de l’ACTB reviennent sur les revendications de l'association.

    mail Découvrez Le Bibliothécaire Innovant, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels des bibliothèques et de la conservation !

    Pourquoi avoir créé une association des conservateurs territoriaux de bibliothèques ?

    Entre autres représentants de la filière culturelle, les conservateurs (bibliothèque, patrimoine) ont fait partie des grands oubliés de la réforme de la haute fonction publique au moment du rapport établi par Frédéric Thiriez en 2020 (Mission Haute Fonction Publique, février 2020) aboutissant à la création de l’Institut National de Service Public (INSP), qui remplace l’Ena.

    Nous n’avons pas été consultés sur l’évolution de la fonction publique alors même que notre cadre d’emploi nous positionne comme de hauts fonctionnaires.

    Cette méconnaissance de la part de l’institution, volontaire ou non, a servi de déclic pour la tenue de nos premières assises il y a deux ans, qui ont abouti à la création de notre association l’an dernier.

    Quelles sont les revendications de l’ACTB ?

    Notre association veut promouvoir notre cadre d’emploi et le revaloriser par le biais des grilles indiciaires comme des enjeux d’évolutions du métier. La définition statutaire des conservateurs territoriaux de bibliothèques qui « constituent, organisent, enrichissent, évaluent et exploitent les collections de toute nature des bibliothèques […] sont responsables de ce patrimoine et du développement de la lecture publique » a vécu.

    Lire aussi : Concours de la fonction publique : la mallette de survie

    Notre formation à l’Institut national des études territoriales (Inet) est d’ailleurs davantage en phase avec les défis qui nous attendent une fois en poste : aide à la décision, management stratégique et opérationnel, conduite de projets innovants.

    Au-delà de cette réforme, quels sont les projets portés par l’ACTB ?

    Nous avons l’ambition de poursuivre le travail déjà entrepris avec les institutions, les ministères, l’Inet, et les autres associations professionnelles et de porter notre parole, notamment auprès des élus et des collectivités territoriales.

    Nous voulons contribuer à rendre plus attractif ce cadre d’emploi, qui constitue un débouché peu proposé aux élèves qui passent les concours de la haute fonction publique. Or, il y a là un véritable enjeu d’attractivité du concours et du métier.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    gestion-electronique-courrier-Gec
    Est-ce la fin annoncée des « ouvreurs d’enveloppes » ou en tout cas une formidable opportunité d’évolution pour les services courrier ? Indispensable à tout projet de digitalisation, la gestion électronique du courrier (Gec) est annonciatrice de changements. Désormais, les entités métier pilotent la circulation des flux courrier entrant et sortant. Et de nouvelles briques optimisent toujours plus ces circuits, depuis la capture jusqu’à l’archivage, comme les imprimantes virtuelles, la LRE ou l’e-enveloppe, dont la gestion est centralisée par des plateformes performantes garantes de la traçabilité. Comment mener ces projets, sources d’évolutions pour les organisations comme pour les métiers ? Experts et entreprises témoignent.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    sponsoring_display_archimag_episode_6.gif