Publicité

E-vote : le vote par internet a enfin son label

  • vote électronique.jpg

    Notez que l'appartenance éventuelle à la FNTC d'un éditeur de solutions de vote ne préjuge pas de sa capacité à obtenir la labellisation "e-vote" pour les solutions qu'il propose. (ElDave via Visual hunt / CC BY-NC-SA)
  • La Commission nationale de l'informatique et des libertés vient d'attester de la conformité à la loi Informatique et libertés du label "e-vote", développé par la FNTC pour la sécurisation du vote par internet.

    122. C'est le nombre d'exigences que compte le cahier des charges avec lequel une solution de vote par internet devra prouver sa conformité si elle souhaite être labellisée. Le label "e-vote", développé par la Fédération des Tiers de Confiance (FNTC) et dont la conformité vient d'être attestée par la Cnil, est le tout premier label dédié à la sécurisation du vote électronique.

    Sincérité et la confidentialité

    Son objectif : permettre aux utilisateurs qui auront recours à des sociétés prestataires de vote par Internet, de s'assurer, en choisissant une solution labellisée, qu'elle est fiable et utilise des procédés reconnus et reproductibles propres à assurer la sincérité et la confidentialité du scrutin. Plus largement, ce label permettra une plus large participation lors d'élections pour lesquels le vote par correspondance est déjà possible (élections professionnelles, mutuelles, etc).

    Rapport d'audit

    Nul besoin d'être adhérent à la FNTC pour candidater au label "e-vote". Seul un rapport d'audit que la Fédération fera réaliser par un organisme indépendant, le Coref, permettra de prouver la conformité d'un produit avec le cahier des charges du label.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Rencontre avec Stéphane Roder, le fondateur du cabinet AI Builders, spécialisé dans le conseil en intelligence artificielle. Également professeur à l’Essec, il est aussi l’auteur de l’ouvrage "Guide pratique de l’intelligence artificielle dans l’entreprise" (Éditions Eyrolles). Pour lui, "l’intelligence artificielle apparaît comme une révolution pour l’industrie au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur".

    supplement-confiance-numerique-270500.png