Article réservé aux abonnés Archimag.com

Comment mettre en place une revue de presse automatisée ?

  • revue_presse_automatique.jpg

    revue-presse
    Pour votre revue de presse automatisée, ne soyez pas trop gourmands dans les sources que vous souhaitez surveiller au risque que votre revue de presse devienne indigeste et ne soit plus lue. (Freepik/benzoix)
  • Pratique pour les services de veille ou de documentation en recherche d’efficacité, la revue de presse automatisée, ou alerte par newsletter, est un bon compromis pour diffuser de l’information. Voici plusieurs conseils pour mettre en place une veille automatique qui ne passe pas à côté de son objectif : qu’elle soit lue.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez Le Push du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag pour les veilleurs et les documentalistes !

    Listing exhaustif de titres de presse généraliste ou spécialisée organisés par thématiques, une revue de presse peut être automatisée sous la forme d’alertes média par newsletter pour soulager les documentalistes et les veilleurs ou bien pour satisfaire les besoins en veille de petites structures qui ne disposent pas en interne de tels professionnels.

    enlightenedLire aussi : Quel outil de veille média choisir pour gérer votre e-réputation (comparatif) ?

    Bien sûr, il existe différents agrégateurs de flux gratuits qui permettent de surveiller un large panel de sources en ligne (celles qui proposent des flux RSS). Mais à moins de partager sa veille sur une plateforme en ligne, ces outils impliquent nécessairement une intervention humaine pour transformer la revue de presse en un livrable qui soit ensuite envoyé aux destinataires de la veille.

    Surtout, la surveillance des flux RSS limite le nombre de sources consultées : dans le cas d’une veille presse, il est rare de se contenter des titres parus sur le web.

    De nombreux prestataires en veille média et agrégateurs de presse proposent la surveillance de milliers de sources couplée à un service d’alertes par mail pour l’envoi de la revue de presse directement aux destinataires.

    Ces prestataires ont accès à un large panel de sources (web, papier, TV, radio, etc.) et permettent une gestion simplifiée des droits d’auteur, en toute légalité. Le client est autonome dans le paramétrage de l’alerte, sa ligne éditoriale et la personnalisation. La collecte et l’envoi aux différents utilisateurs sont ensuite entièrement automatisés. Mais comment s’y prendre ?

    enlightenedLire aussi : Quel logiciel de veille choisir en 2020 (avec tableau comparatif)

    Étape 1 - Échange et réflexion en amont

    Une revue de presse diffusée sous la forme de newsletter automatique n’exclut pas l’action humaine, loin de là. Car c’est en se posant les bonnes questions en amont que l’on assurera à son alerte le bon paramétrage qui garantira ensuite la réussite du projet : c’est-à-dire que la newsletter soit lue (qu’elle fasse gagner du temps aux destinataires en répondant parfaitement à leurs besoins).

    - Quels sont les enjeux et les objectifs de cette veille ?

      Par exemple : aide à la prise de décisions stratégiques, meilleure connaissance ou surveillance d’un marché, détection de signal faible, etc.- À qui est-elle destinée ?Par exemple : direction générale, service commercial, service de communication, etc.- À quelle fréquence doit-elle être envoyée....
      Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
      Archimag-droit-auteur-infodoc
      Vous êtes veilleur, documentaliste, community manager ou iconographe ? Vous recueillez de l’information textuelle, image ou vidéo que vous traitez et diffusez à vos utilisateurs ou clients sous forme de livrables ou autres ? Attention ! vous le savez, juridiquement, on ne peut pas faire tout ce que l’on veut avec l’oeuvre d’autrui. Il faut savoir situer où un droit d’auteur s’exerce, recourir rigoureusement au droit de citation, payer éventuellement une redevance, etc. Ce dossier fait témoigner différents métiers au sujet de leurs pratiques quotidiennes et propose un point juridique synthétique propre à chaque problématique, validé par le juriste Didier Frochot (Les Infostratèges). Une société de gestion du droit d’auteur, le Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), explique son rôle et son pouvoir de contrôle.
      Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
      À lire sur Archimag
      Le chiffre du jour
      4
      C'est le montant de la levée de fonds réalisée par la start up Affluences.
      Publicité

      Veille 2020.PNG