Publicité

La startup américaine Catalog réussit à stocker le Wikipédia anglais sur des brins d'ADN

  • ADN_stockage.jpg

    stockage-ADN
    "Nous sommes des exemples d’ordinateurs à base d’ADN, affirme Catalog ; non seulement nous stockons beaucoup de données dans l'ADN, mais nos cellules y ont accès et les calculent de manière extrêmement parallèle". (Freepik/kjpargeter)
  • Le monde générera 160 zettabytes de données en 2025. Heureusement, les molécules biologiques peuvent stocker d'autres données que les gènes !

    16 Go. C'est ce que pèsent les données de la version anglaise de Wikipedia. Imaginez maintenant transférer ce volume de données dans un ADN pour les y stocker durablement ; c'est l'exploit que vient de réaliser Catalog, une startup américaine fondée en 2016. Celle-ci annonce pouvoir stocker 600 milliards de gigaoctets dans un seul et même volume d'ADN. Selon elle, cette technologie de stockage sur support organique serait même plus stable et perenne que les autres alternatives.

    Stocker un maximum de données

    En matière de support de stockage, le temps est rarement un allié. Sommes-nous certains de pouvoir lire, dans 30 ou 50 ans, la présentation Powerpoint que nous venons de terminer et de stocker sur une clé USB ? L'entreprise Catalog, basée à Boston, estime justement que l'ADN est un milieu plus compact et plus stable que d'autres solutions électroniques plus grand public. Certes, Catalog affirme utiliser des brins d'ADN synthétiques plus courts que l'ADN humain, mais en utilise en plus grande quantité pour y stocker un maximum de données.

    "L'ADN est le support de stockage numérique sélectionné par la nature qui s'est perfectionné au cours de 3 milliards d'années d'évolution, explique la startup ; il peut stocker des millions de fois plus de données dans le même volume que les solutions conventionnelles, peut durer des milliers d'années et vous donne la possibilité de posséder physiquement vos données, même en très grande quantité".

    Actuellement de 4 mégabits par seconde, la vitesse de transfert de données pourraient bientôt tripler avec quelques optimisations et permettre aux utilisateurs d'enregistrer jusqu'à 125 gigaoctects de données en une seule journée (l'équivalent de la capacité de stockage d'un smartphone haut de gamme). 

    Clients potentiels

    Pour le moment, seule la fondation Arch Mission, qui tente de stocker le savoir humain sur terre et en orbite autour du soleil (dans la boîte à gants d'une Tesla Roadster) s'est positionnée pour bénéficier de la technologie mise au point par Catalog. Mais la startup est confiante : "Nous sommes en pourparlers avec des agences gouvernementales, de grands projets scientifiques internationaux générant d'énormes quantités de données de test, de grandes entreprises du secteur pétrolier et gazier, des médias et du divertissement, de la finance et d'autres industries", a déclaré Catalog dans un communiqué. Affaire à suivre.

    À lire sur Archimag
    Les podcasts d'Archimag
    Pour cet épisode spécial Documation, nous nous sommes penchés sur une autre grande tendance de l'année 2024 : la cybersécurité, et plus particulièrement la sécurité dans le domaine de la gestion des données. La protection des données contre les menaces internes et externes est non seulement cruciale pour garantir la confidentialité, l'intégrité et la disponibilité des données, mais aussi pour maintenir la confiance des clients. Julien Baudry, directeur du développement chez Doxallia, Christophe Bastard, directeur marketing chez Efalia, et Olivier Rajzman, directeur commercial de DocuWare France, nous apportent leurs éclairages sur le sujet.

    supplement-confiance-numerique-270500.png